Marseille Restaurants en Provence

La Clique, une leçon de bistrologie, de l’accueil au dessert

la Clique

Le Larousse dit de la clique que c’est un nom commun, féminin, qui s’accorde en nombre avec le sujet auquel il se rapporte. Ce mot désigne également un « ensemble de personnes ayant des relations de connivence, des affinités, des intérêts communs ». Jolie façon de dire que les amateurs de cuisine classique seront ici à la fête, préférant à la sciure au sol des bistrots d’autrefois, un joli cadre soigné et décoré dans l’air du temps. Si l’adresse est coquette, pour ne pas dire petite, avec sa vingtaine de couverts tout au plus en salle, la terrasse n’en est pas moins idéalement placée. On tire la chaise, au soleil, lunettes bien vissées sur le nez et on profite du défilé incessant de « figures » locales, un régal.
L’ardoise promet des œufs mimosa-crème d’avocat, une burrata et coulis de poivrons fumés, un carpaccio de haddock aux agrumes. Les plats, sans surprise, alignent un onglet aux échalotes et pommes grenailles, des gnocchi pesto rouge-chèvre pignons, des pâtes aux asperges et speck. De la prise de commande à la présentation de la note, le service est rapide, souriant, dynamique, attentionné pour ne pas dire prévenant… Une très belle leçon dont beaucoup devraient s’inspirer.

la Clique

Le tartare de thon à l’italienne doit sa dénomination géographique à son assaisonnement au parmesan, délicatement posé sur une salade frisée fraîche idéalement assaisonnée. L’assiette est conséquente et pourrait même se partager. Le filet de julienne en croûte de parmesan a perdu un peu de sa croustillance mais il est posé sur des tagliatelles de courgettes et carottes juste sautées, travaillées al dente. L’ensemble est servi nappé d’une sauce tomate fraîche qui n’appelle aucun reproche.
La terrasse est désormais pleine ; sur les tables, le rosé et le blanc de Peyrassol, le domaine de Fredavelle et quelques exemplaires d’un Paternel blanc donnent le sourire et un air d’été à la scène en dépit d’un petit vent encore un peu frisquet. Arrive un Paris-Brest maison, juste sucré ce qu’il faut qui pourrait, lui encore, être partagé. En accompagnement d’un café, sa saveur pralinée fait merveille.
Alors faut-il déjeuner chez la Clique ? Mais oui car le rapport qualité-prix est excellent et la fraîcheur au rendez-vous. La clientèle se compose à parts égales d’habitués, de copains et de clients de passage. Et une fois encore, merci pour cet accueil si chaleureux et cette gentillesse bien réelle, jamais jouée.

La Clique, 13, place Notre-Dame-du-Mont, Marseille 6e ; infos au 06 27 82 93 03. Carte 30-31 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux