Carnet de cave

Clos Saint-Michel 2014 : un blanc qui invite à la patience

Clos Saint-MichelPour celles et ceux qui aiment les anecdotes, sachez que le terroir de Châteauneuf-du-Pape est réputé pour ses galets. Comment des galets ont-ils atterri en pleine vallée du Rhône ? Tout simplement parce qu’en des temps immémoriaux, la mer recouvrait cette zone et les galets, bien ronds et dodus, témoignent de cet âge. Leur présence est plus qu’anecdotique car ils ont pour fonction d’emmagasiner la chaleur du soleil le jour et de la restituer la nuit, ce qui limite les variations d’amplitude thermique et confère à Châteauneuf-du-Pape son caractère atypique.
La bastide du clos Saint-Michel jouit de cet environnement ; la maison familiale au centre même du domaine abrite Franck et Olivier Mousset ; incarnant la 4e génération de vignerons en ces terres, ils ont apporté leur pierre (leur galet) à la saga familiale en rénovant, il y a quelques années, les caves du Clos. Ils ont recentré le domaine sur ses fondamentaux : la richesse naturelle du terroir et le savoir-faire familial. En limitant les rendements et respectant les impératifs imposés par l’appellation, ils ont entamé leur conversion en agriculture biologique l’an dernier.

On connaît l’AOC châteauneuf-du-pape pour ses rouges mais les blancs méritent à eux seuls le détour, à l’instar de cette cuvée confidentielle de 8000 bouteilles à peine. Fruit d’un assemblage très équilibré de grenache et clairette (30% chacun), de roussane et bourboulenc (20% à parts égales), ce vin se distingue par sa fraîcheur et sa minéralité. Il doit à son élevage en fûts durant 8 à 10 mois, sa rondeur et son caractère ample qui en font l’hôte idéal des tables gastronomiques. L’attaque est minérale, évoluant sur des notes de fleurs des vergers puis sur le fruit. La finale, sur des accents de vanille et de pain brioché surprend par sa longueur. Ce vin de moyenne garde patientera en cave de 5 à 10 ans pour donner le meilleur sur une cuisine méridionale « de l’intérieur des terres » et un plateau de fromages de chèvre affinés.

Le clos Saint-Michel, route de Châteauneuf-du-Pape, 84700 Sorgues. Infos au 04 90 835 605 ; le blanc 2014, 75 cl, tarif : 25 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.