Magazine

Crowdfunding : les chefs s’y mettent, les projets fleurissent

Avec le printemps, les projets et initiatives fleurissent un peu partout sur la planète food. Pour les financer, beaucoup se tournent vers le crowdfunding, un bon moyen de tester auprès de sa communauté la pertinence d’un projet,  de lancer une entreprise ou de pré-payer un bien ou un service… Et un joli pied de nez aux banques qui, à force de mettre des bâtons dans les roues des entrepreneurs, se sont tiré une balle dans le pied en générant une concurrence qui pourrait, à terme, leur nuire.

crowdfunding
Il ne tient qu’à vous pour que le livre de Fabien Torrente devienne réalité !

Le monde de la restauration n’échappe pas à la règle à l’image de Fabien Torrente et Grégory Goutoulli, le premier chef de cuisine, le second chef de salle, tous deux associés au sein du restaurant Bubo. Fabien en rêvait, il a décidé de publier un livre de cuisine à 33 ans, un livre qui raconterait pêle-mêle son parcours professionnel, la création du restaurant de la rue Jean-Fiolle et dévoilerait quelques unes de ses recettes les plus prisées. “Côté prêts bancaires, on est déjà saturé avec les crédits pour le restaurant, confie Fabien Torrente. Et puis un crédit c’est compliqué, il faut des quantités de papiers, les procédures sont longues”, poursuit le cuisinier. C’est au hasard de rencontres que le financement du livre de Fabien a pris forme : “On s’est rapproché de Elodie Gagnepain de Mon petit artisan et tout s’est fait naturellement, poursuit Torrente. En toute sincérité, on n’a même pas pensé aux banques” assure-t-il.

45 jours pour convaincre
“Le crowdfunding c’est de la prévente, comme une trésorerie d’avance, résume Coline Faulquier qui, pour son futur restaurant, a eu recours à ce mode de financement. Initialement, je suis partie sur une demande de 4000 € pour financer tables et chaises, et à ce jour, on a dépassé les 6 461 euros” dit-elle. Parce que c’est son caractère, Coline Faulquier a, un temps, pensé “qu’il s’agissait de tendre la main et je n’aime guère demander, dit la jeune chef d’entreprise. J’ai tenté l’aventure dans le cadre de mon accompagnement à la création d’entreprise. Je me suis rapprochée de la BGE qui m’a accompagnée dans la formation à la gestion d’entreprise. C’est un truc gratuit et génial car la BGE nous donne tous les outils qui nous mâchent le travail et redonnent confiance en nous” assure Coline Faulquier.
Les intérêts sont nombreux à commencer par le coût : Ulule perçoit 8% jusqu’à 100 000 € collectés, dérisoire eu égard aux coûts d’un prêt bancaire. Il faut ensuite compter avec l’implication des clients dans le projet : “Ce n’est pas une simple quête, ça va bien au-delà” dit Coline. Fabien Torrente a lancé sa campagne le 12 avril, elle durera 45 jours : – On est parti pour 1500 livres et une participation de 29 €” dit-il avec le sourire. Des projets, des paris, un enthousiasme qui se vivent désormais sans l’aide du secteur bancaire…

https://fr.ulule.com/restaurant-coline-faulquier/
https://fr.ulule.com/bubo-livre/

Le calendrier presse !

Livres, restaurants, applications… Tous trouvent leur bonheur dans ces modes alternatifs à l’image de Fouad et Vincent qui ont lancé en 2016 Mama Cook. Rapidement rejoints par Ahmed, Djamel et Perrine, tous promettent une appli qui “va révolutionner vos pauses-déj’ “ . Mama Cook consiste à acheter son déjeuner auprès de particuliers géolocalisés près de vous, “une alternative aux sandwiches, pizzas (…) pour avoir son repas tout près, tout prêt”. Mama Cook a besoin de plusieurs dizaines de milliers d’euros pour étoffer son réseau de cuisiniers “locaux” dans un maximum d’adresses afin d’être le plus proche des éventuels clients. En ce 15 avril, il reste 27 jours à la petite équipe pour rafler les 4500 € espérés et seuls 260 € ont été promis.
https://fr.ulule.com/mama-cook/

 

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Infos express

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 26 septembre, le restaurant de l’île d’If, Marseille en Face, vous ouvre sa table pour un moment culinaire inédit et unique au pied du château d’If. C’est dans ce lieu chargé d’histoire, face à Marseille et privatisé pour l’occasion que le trio Sébastien Dugast, Romain Nicoli (restaurant Le Môle – Gérald Passedat) accompagnés du cuisinier nomade Emmanuel Perrodin vous propose de vivre une soirée unique autour d’un menu découverte faisant la part belle à l’histoire du lieu et des vins sélectionnés pour l’occasion. Frédéric Presles, invité d’honneur, nous contera un peu d’histoires de Monte-Cristo et d’Alexandre Dumas. Déroulé de la soirée : embarquement au Vieux-Port en direction du château d’If (une navette privée). 18h30 : apéritif au soleil couchant. 19h30 : menu découverte. 22h30 : retour sur Marseille. Tarif : 75 € par personne (incluant apéritif, dîner, vins et navette). Plus d’informations & réservations : romain@lemole-passedat.com / 06 09 55 25 01. Attention, places très limitées.

Samedi 26 septembre journée spéciale “les pieds dans les vignes” à la maison des Vins d’Avignon, sur la place de l’Horloge. Au programme : une matinée pour découvrir la richesse sensorielle des vignobles de la vallée du Rhône par une approche méthodique de la dégustation et un vocabulaire adapté pour percevoir et exprimer les sensations et saveurs. L’après-midi, l’expérience continue dans le vignoble à la rencontre des vignerons et négociants qui font la typicité des vignobles de la vallée du Rhône. De 10h à 17h30. Tarif : 190 €par personne pour la journée. Ce tarif comprend l’initiation à la dégustation, le déjeuner, la visite de 2 domaines viticoles et le transport. Infos auprès de Clémence Durand au 04 90 27 24 00.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter