Magazine

Crowdfunding : les chefs s’y mettent, les projets fleurissent

Avec le printemps, les projets et initiatives fleurissent un peu partout sur la planète food. Pour les financer, beaucoup se tournent vers le crowdfunding, un bon moyen de tester auprès de sa communauté la pertinence d’un projet,  de lancer une entreprise ou de pré-payer un bien ou un service… Et un joli pied de nez aux banques qui, à force de mettre des bâtons dans les roues des entrepreneurs, se sont tiré une balle dans le pied en générant une concurrence qui pourrait, à terme, leur nuire.

crowdfunding
Il ne tient qu’à vous pour que le livre de Fabien Torrente devienne réalité !

Le monde de la restauration n’échappe pas à la règle à l’image de Fabien Torrente et Grégory Goutoulli, le premier chef de cuisine, le second chef de salle, tous deux associés au sein du restaurant Bubo. Fabien en rêvait, il a décidé de publier un livre de cuisine à 33 ans, un livre qui raconterait pêle-mêle son parcours professionnel, la création du restaurant de la rue Jean-Fiolle et dévoilerait quelques unes de ses recettes les plus prisées. « Côté prêts bancaires, on est déjà saturé avec les crédits pour le restaurant, confie Fabien Torrente. Et puis un crédit c’est compliqué, il faut des quantités de papiers, les procédures sont longues », poursuit le cuisinier. C’est au hasard de rencontres que le financement du livre de Fabien a pris forme : « On s’est rapproché de Elodie Gagnepain de Mon petit artisan et tout s’est fait naturellement, poursuit Torrente. En toute sincérité, on n’a même pas pensé aux banques » assure-t-il.

45 jours pour convaincre
« Le crowdfunding c’est de la prévente, comme une trésorerie d’avance, résume Coline Faulquier qui, pour son futur restaurant, a eu recours à ce mode de financement. Initialement, je suis partie sur une demande de 4000 € pour financer tables et chaises, et à ce jour, on a dépassé les 6 461 euros » dit-elle. Parce que c’est son caractère, Coline Faulquier a, un temps, pensé « qu’il s’agissait de tendre la main et je n’aime guère demander, dit la jeune chef d’entreprise. J’ai tenté l’aventure dans le cadre de mon accompagnement à la création d’entreprise. Je me suis rapprochée de la BGE qui m’a accompagnée dans la formation à la gestion d’entreprise. C’est un truc gratuit et génial car la BGE nous donne tous les outils qui nous mâchent le travail et redonnent confiance en nous » assure Coline Faulquier.
Les intérêts sont nombreux à commencer par le coût : Ulule perçoit 8% jusqu’à 100 000 € collectés, dérisoire eu égard aux coûts d’un prêt bancaire. Il faut ensuite compter avec l’implication des clients dans le projet : « Ce n’est pas une simple quête, ça va bien au-delà » dit Coline. Fabien Torrente a lancé sa campagne le 12 avril, elle durera 45 jours : – On est parti pour 1500 livres et une participation de 29 € » dit-il avec le sourire. Des projets, des paris, un enthousiasme qui se vivent désormais sans l’aide du secteur bancaire…

https://fr.ulule.com/restaurant-coline-faulquier/
https://fr.ulule.com/bubo-livre/

Le calendrier presse !

Livres, restaurants, applications… Tous trouvent leur bonheur dans ces modes alternatifs à l’image de Fouad et Vincent qui ont lancé en 2016 Mama Cook. Rapidement rejoints par Ahmed, Djamel et Perrine, tous promettent une appli qui « va révolutionner vos pauses-déj’ «  . Mama Cook consiste à acheter son déjeuner auprès de particuliers géolocalisés près de vous, « une alternative aux sandwiches, pizzas (…) pour avoir son repas tout près, tout prêt ». Mama Cook a besoin de plusieurs dizaines de milliers d’euros pour étoffer son réseau de cuisiniers « locaux » dans un maximum d’adresses afin d’être le plus proche des éventuels clients. En ce 15 avril, il reste 27 jours à la petite équipe pour rafler les 4500 € espérés et seuls 260 € ont été promis.
https://fr.ulule.com/mama-cook/

 

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.