Art de vivre

« Des repas pour nos héros » : plus de 1000 paniers livrés par le traiteur Marrou

traiteur MarrouLe traiteur Marrou a lancé ce 31 mars une opération « Des repas pour nos héros ». « C’est une décision familiale, présente Laurent de Buzonnière, nous avons unanimement décidé d’agir pour apporter un peu de réconfort au personnel hospitalier. Notre entreprise met à disposition son outil de production et son savoir-faire et sollicite la générosité pour pouvoir produire et livrer gratuitement des repas ». Le principe est simple : Marrou a composé un panier repas à un tarif spécial de 10 € comprenant 1 tarte salée, 1 salade composée et 1 dessert. « Pour tout panier commandé, nous augmenterons de 50% la quantité de paniers commandés », développe Buzonnière. Ainsi, pour 10 paniers achetés pour les soignants, 15 paniers leur seront livrés, soit 5 paniers supplémentaires à la charge du traiteur marseillais.

« Il n’y a pas de petite commande, chaque geste compte »

« Il ne s’agit pas d’une opération commerciale mais bien une chaîne de solidarité que nous voulons mettre en place pour soutenir ces héros du quotidien », complètent François et Constance de Buzonnière qui travaillent, eux aussi, pour l’entreprise. L’initiative est déjà un succès, en 24 heures depuis le lancement de l’opération, 900 paniers ont déjà été composés, prêts à être distribués. « Jean-Pierre Foucault en a commandé 100, c’est un geste magnifique » s’émeut Laurent de Buzonnière. Les paniers repas seront élaborés dans les laboratoires du traiteur et livrés en camion frigorifique aux différents services des hôpitaux de la ville avec un protocole de livraison sans contact et sécurisé pour notre personnel. « Les équipes se sont reformées, ils seront 2 ou 3 en pâtisserie et 4 côté salé, compte Laurent de Buzonnière. Outre les services hospitaliers, nous avons été sollicités pour livrer les pompiers et les aide à domicile dont on ne souligne pas assez le rôle important ».

« Des repas pour nos héros » durera deux semaines au moins « mais nous poursuivrons l’opération tant que nous recevrons des commandes, il n’est pas question de limiter ça dans le temps » avertit Constance de Buzonnière.

Avec le traiteur Marrou, on s’engage dans l’opération « Des repas pour nos héros »

          • Commandez le nombre de paniers que vous souhaitez offrir par mail marrou@marroutraiteur.com
          • Précisez le nombre de paniers repas que vous souhaitez offrir
          • Surtout mentionnez votre numéro de téléphone pour être recontactés et procéder au règlement par carte bancaire à distance (vous préciserez à quel nom Marrou établira une facture).

« Nous avons déjà des contacts pour la livraison dans les différents hôpitaux et casernes de pompiers mais nous sommes à votre écoute si vous souhaitez en faire profiter un service en particulier, précise Constance qui ajoute : – Nous ne manquerons pas d’indiquer la provenance du don pour chaque livraison et nous relaierons toutes ces initiatives sur les réseaux sociaux ».

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.