Art de vivre

Chez les pâtissiers un seul mot d’ordre : commandez au préalable

Les journées sont marquées, au mieux, par l’attente, au pire, par l’arrêt pur et simple de toute activité. Si de très nombreux artisans boulangers arrivent à tirer leur épingle du jeu par la seule vente de pain, ces derniers reconnaissent ne vendre quasiment plus de pâtisserie. Du côté des pâtissiers, les chiffres flirtent avec le zéro et ceux qui ont investi récemment ont peur de ne pas garantir leurs remboursements. « Dans les semaines qui arrivent, je garde espoir que les gens s’achèteront de temps à autres un gâteau. Un gâteau c’est une petite dépense pour un grand plaisir ». Un espoir auquel cet artisan, qui demande l’anonymat, se raccroche éperdument…

Hugo Renoux porte la Boutique du Glacier à bout de brasA situation exceptionnelle, organisation exceptionnelle. Les chocolatiers et pâtissiers, en cette veille de Semaine sainte et des fêtes de Pâques rivalisent d’ingéniosité pour faire vivre leurs enseignes. Hugo Renoux a mis tout le personnel de la Boutique du Glacier au chômage partiel et tient seul la barre : « Le magasin est fermé depuis le 16 mars, regrette-t-il. Tous les chocolats de Pâques sont prêts et c’est moi qui assure les livraisons à domicile », dit Renoux. Esprit d’entraide, des amis restaurateurs ont intégré les chocolats de la Boutique du Glacier dans leurs menus également livrés à domicile. « Il y a une centaine de pièces, du petit sujet à 8 € aux très grosses pièces de plus d’un kilo coulées dans des moules anciens, énumère l’artisan. Je ne propose plus de gâteaux et veux travailler sans prendre de risques, ni pour moi ni pour le personnel » dit Hugo Renoux.

pâtissiers
Clément et Aurélie en duo comme aux premières heures

Clément Higgins et Aurélie se sont, eux aussi, remis en configuration minimale : – Nous avons fermé les deux magasins le 17 mars, pour éviter tout risque et l’équipe est en chômage partiel, souffle Clément. Nous avons, un temps, pensé à rouvrir les magasins pour les fêtes de Pâques mais ça n’aurait pas eu de sens de se remettre en danger alors que l’épidémie gagnait en virulence ». Pour le 12 avril, le pâtissier chocolatier avait limité sa production à 50% des volumes commercialisés en 2019, bien lui en a pris. « Je suis tout seul à la production et Aurélie s’occupe de la prise des commandes et du colisage ». Les magasins Bricoleurs de Douceurs seront fermés et ne vendront que sur commandes au préalable du dimanche 5 au lundi 13 avril, « après, on verra si on continue comme ça ou si on ferme », dit Higgins. Outre les chocolats, des gâteaux seront proposés : un Marseille-Brest, un saint-honoré, des cakes, brownies, flans et une tarte aux premières fraises-praliné sésame noir. « Tous les gâteaux seront pour 4 personnes uniquement, on est rarement confiné à 15… » grimace l’artisan.

pâtissiers
Myriam et Sylvain ont fermé la chocolaterie et accueillent à la pâtisserie

Sylvain Depuichaffray et son épouse Myriam se sont placés en configuration ultra réduite mais le pâtissier n’avait « anticipé aucune baisse de la demande ». Au contraire, il misait sur des « fêtes de Pâques flamboyantes parce que les fêtes tombaient au premier week-end des vacances et c’est toujours meilleur qu’en plein milieu des deux semaines… Je misais aussi sur des ventes en amont », confesse Sylvain Depuichaffray. Outre une belle gamme de chocolats en trois couleurs, seuls deux ou trois gâteaux seront proposés à la vente pour Pâques et la fin de semaine, ont décidé les Depuichaffray qui se sont attachés l’aide d’un seul pâtissier. Les clients seront servis par Myriam et Sylvain tentera, s’il en a le temps, de l’assister en boutique. Entraide et solidarité.

La boutique du Glacier, commandes au 04 91 33 76 93. Paiement par CB, chèque, virement et espèces, livraisons à domicile.
Bricoleurs de Douceurs, 202, chemin du Vallon de l’Oriol, Matseille 7e ; commandes au 09 86 35 23 92 et sur le site ; Aurélie vous rappelle, encaisse à distance et vous n’avez plus qu’à venir en voiture récupérer votre commande sans descendre de votre auto.
Sylvain Depuichaffray, 66, rue Grignan, Marseille 1er ; commandes obligatoires au 04 91 33 09 75. Du mardi au samedi de 9h à 13h30 jusqu’au 13 avril.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.