Marseille Restaurants en Provence

Pizzéria Didier et Brigitte, un dernier tour avant l’arrivée de Grégory

Didier et Brigitte Didier et Brigitte ont fait vivre ce petit coin de rue pendant 35 ans. Sur la vitrine de cet estaminet d’une trentaine de mètres carrés, une affiche annonce leur départ prochain, nos deux héros confiant leur « bouclard » à leur gendre Grégory. Ce dernier a hérité de Didier et Brigitte l’amour mis à l’ouvrage et le sens de l’accueil. Brigitte, c’est comme une maman réservant un mot gentil à chacun, apportant un soin personnalisé à chaque table, souriant à chacun de ses clients. En pleine ville, il respire ici comme une ambiance de « routier », une auberge en bord de route où chacun viendrait chercher du réconfort auprès de ces patrons qui souhaitent « de l’amour et une bonne année » en ce début d’année, sur le ton de la sincérité et de la fraternité.

La carte qui tient sur le recto d’une feuille A4 proclame comme une profession de foi : « Cuisine familiale marseillaise. Chez nous tout est fait maison avec amour. A Marseille, fromage = emmental ». Les 15 pizzas se divisent en « classiques marseillaises » et « nos spécialités ». La royale, un des best-of dans le Panthéon marseillais, offre une pâte ultra fine presque comparable à un pain azyme, craquante et ventripotente sur ses bords. Une épaisse couche de fromage combinée au jambon, donne le sourire pour peu qu’on l’arrose d’un trait d’huile pimentée qui vient fouetter l’assiette. Grégory a esquissé un discret sourire lorsqu’on lui a demandé de l’ail dans la salade… C’est comme ça qu’on la mange la salade : avec de l’ail et sans timidité, une saveur bien appuyée, presque rustre, c’est à ce moment qu’elle est la meilleure.

Didier et Brigitte

Au déjeuner, la salle de 16 couverts, voire 18 en se serrant un peu, s’anime d’un joyeux petit chahut. Brigitte, sans se départir de son sourire annonce des desserts faits maison : « Un parfait au chocolat et sa sauce chaude, une mousse au chocolat, un soufflé glacé au Cointreau, un flan… » Elle est à ce point catégorique qu’on ira la chercher sur le terrain des profiteroles. Noyés sous une montagne de chantilly et de sauce chocolat, les petits choux sont garnis de glace vanille et conformes à la promesse.

Alors faut-il y aller ? Oui car cette famille convertit prudemment mais sûrement sa carte vers les valeurs bio (vins, pâte nocciolata) et les produits frais (salade du marché et surtout pas en sachets). Oui pour l’exceptionnelle gentillesse et la chaleur de l’accueil qui sont rares à ce degré à Marseille. Oui car on y déjeune à petit prix dans une ambiance de village avec une placette au soleil, un trésor lorsqu’arrivent les beaux jours. Oui enfin, car le 15 février, Didier et Brigitte tireront leur révérence.

Pizzéria chez Didier et Brigitte, 97, rue Tilsit, Marseille 6e arr. Infos au 04 91 47 37 57. Pizzas de 9 à 14 €. Carte 20-22 €.

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux