Magazine

Fonds Epicurien, le bras armé d’une alimentation saine et durable

Cinq cent mille euros de dons pour 75 événements organisés et 60 initiatives soutenues… Il aura suffi de cinq années pour que le Fonds Epicurien devienne l’un des acteurs, souvent discret, de l’alimentation durable en Provence. “Nous sommes un fonds de dotation, à mi-chemin entre la fondation et l’association, résume Tatiana de Williencourt, sa présidente. Nous soutenons les projets et initiatives d’associations comme les Champignons de Marseille, le Slowfood, le Talus, les Grandes Tables de la Friche” énumère la jeune femme.

Fonds Epicurien
Tatiana de Williencourt, présidente du Fonds Epicurien

L’univers du Fonds Epicurien, c’est l’alimentation durable : – Nous favorisons tous les projets locaux, durables et raisonnables. Nous sommes très attachés à ce qui prend soin de la biodiversité sans pour autant nous attacher au bio. Nous prônons le juste, le propre et le bon, des valeurs qui sont aussi celles du mouvement Slowfood” rajoute la présidente du Fonds Epicurien.
Les donateurs du Fonds sont des privés et quelques entreprises, une trentaine en tout qui, chaque année, permettent de financer ces projets conformes aux valeurs. La philanthropie de ces mécènes ne se limite pas au seul soutien financier et beaucoup apportent du conseil juridique, marketing ou de gestion : – L’argent, ce n’est pas tout et bien souvent nos conseils et le lobbying que nous exerçons s’avèrent plus importants que les sommes allouées”, assure Tatiana de Williencourt.

“Le don incite le donateur à se poser des questions
et à repenser son engagement”

L’enveloppe moyenne s’élève à 5 000 € par donateur et par an et 66% de ces sommes sont défiscalisés, “mais tous les dons sont les bienvenus quel que soit leur montant, sourit la présidente. Et les entreprises qui nous soutiennent ne font pas ça pour se mettre en avant”.

Le Fonds Epicurien, ce sont 6 bénévoles qui se réunissent quatre fois par an afin de passer en revue toutes les demandes de financement et, parfois, pour l’octroi de prêts d’honneur. Une structure assez rare, pour ne pas dire unique en France compte tenu de son périmètre d’action. “Pour que notre accompagnement soit efficace, nous rayonnons sur les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse, les Alpes de haute-Provence et le Var, quelle serait notre efficacité si nous financions un projet en Normandie ?” poursuit de Williencourt.

L’équipe est consciente que si on veut transformer les choses, il faut rassembler les gens et fédérer les initiatives sans être dogmatique : “Tous les dons sont les bienvenus même ceux provenant d’entités peu habituées à nos périmètres d’intervention”. L’œcuménisme allié à la philanthropie.

Pour rejoindre le Fonds Epicurien, cliquer ici.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter