Magazine

Food’in Sud 2020 : la restauration en fête pour trois jours

Food'in Sud 2020
Photo inaugurale de famille

Le salon Food’in Sud 2020, quatrième du nom, a ouvert ses portes ce dimanche 26 janvier 2020, donnant lieu à 3 jours de rencontres et concours, sur fond d’innovations et découvertes pour les professionnels des métiers de l’hôtellerie et de la restauration. Dans les allées, Alexandre Mazzia et Meryem Cherkaoui, le parrain et la marraine du salon, ont parcouru les allées, à la rencontre de leurs homologues venus en nombre. « Cette année, le salon met l’accent sur la sensibilisation aux vertus du développement durable, explique Anne Labasque, au nom de la Safim, société organisatrice de l’événement. On n’a plus le choix, il faut y aller maintenant » insiste la responsable de la communication, ajoutant qu’un accord avait été conclu avec la Banque alimentaire qui recueillera tous les aliments non consommés durant le salon…

Food'in Sud
Meryem Cherkaoui et Alexandre Mazzia, le parrain et la marraine du salon

Outre le très grand nombre de cuisiniers marseillais et provençaux, pour la plupart membres de l’association Gourméditerranée, qui fréquenteront Food’in Sud ces trois jours, de nombreux artisans sont aussi venus à l’instar de Marie Caffarel, de la charcuterie Maison Payany (Marseille, 6e) « pour voir du matériel, rencontrer des gens et faire un peu de réseau ». Ce salon c’est aussi, pour les producteurs, une vitrine et une formidable opportunité de se faire connaître. Solange Nervi-Telme de la Maison Telme, à Forcalquier, participe pour la première fois à un salon professionnel, « j’espère rencontrer des journalistes, des acheteurs et entretenir des liens avec mes clients habituels » assure-t-elle. Même son de cloche pour Alexandre Troupel du Gaec Plaine Terre à Châteauneuf-les-Martigues, pour qui le Food’in Sud permet de nouer et entretenir des liens.

Food'in Sud 2020

Ce lundi 27 janvier sera une journée événementielle pour le Food’in sud 2020 puisqu’il accueillera la sélection France du championnat du monde de la pizza. Dans le même temps, le salon célébrera la première édition du trophée méditerranéen Masse sur la thématique du foie gras et le tout premier trophée Noailles du meilleur apprenti pâtissier. « Toutes les formes d’alimentation sont célébrées au salon mais le mardi est généralement associé à la restauration collective », prévient Anne Labasque.

Concours tous azimuts, premiers trophées

Food'in Sud 2020En cette première journée, l’association marseillaise Gourméditerranée avait organisé un concours, « une épreuve fluide et joyeuse » selon les propres termes du chef Emmanuel Perrodin. Trois équipes se sont affrontées le matin, trois autres ont concouru l’après-midi. Les six associations culinaires en compétition étaient Acyre Madrid (Madrid), Bordeaux Food Club (Bordeaux), le club des chefs marocains (Marrakech), Fish & Chef (Vérone), Gourméditerranée (Marseille) et Mange, Lille ! (Lille). Chaque équipe était composée de deux chefs pour le salé, d’un pâtissier pour le sucré et d’un maître d’hôtel. Les chefs ont eu 1h30 pour la réalisation d’un plat et d’un dessert pour 4 personnes. Les équipes ont été jugées sur deux créations imposées et sur le service. C’est l’association Mange, Lille ! qui a remporté le premier prix de ce concours sur fond d’ « Art culinaire en partage ». Trois coups de coeur ont été décernés, celui du maître d’hôtel a été décerné aux Bordelais, celui du dessert, décerné par Serge Bilelt, est allé aux Marseillais et le coup de coeur du plat a été donné à l’Espagne.

Food'in SudPasta’in Sud, le nouveau concours créé par Food’in Sud a vu s’affronter les candidats dans 3 catégories : les pâtes fraîches blanches (l’accent a été mis sur la qualité gustative et visuelle de la pâte pure, sans condiments sauf l’assaisonnement huile d’olive pour tous les candidats) ; les pâtes farcies (l’accent portait sur la qualité de la farce et son originalité gustative à base de produits de qualité) et les pâtes créatives où les participants devaient proposer une création originale de leur choix qui mettait en exergue un savoir-faire particulier. Vainqueurs par catégorie sont : Magali Camille de Made in Pasta pour les pâtes fraîches blanches, Thierry Pignatta de la maison Mathy pour les pâtes farcies et Dhaker Bejaoui de Halle Ternative pour les pâtes créatives.

Téléchargez votre accréditation

Food’in Sud 2020, lundi 27 janvier de 9h30 à 18h. Mardi 28 janvier de 9h30 à 17h, au parc Chanot de Marseille, M° Rond-Point du Prado.
Le salon Food’in Sud est exclusivement réservé aux professionnels (un justificatif peut être demandé à l’accueil). L’entrée est gratuite sur présentation d’un badge, d’une carte d’invitation ou bien d’un justificatif professionnel.

Photos Sophie Spiteri

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Guide Fooding

Le nouveau Guide Fooding, édition 2023, qui sera disponible, partout en France, dès ce jeudi 17 novembre, dévoile son palmarès. A Marseille, le titre de meilleur Sophistroquet est attribué à Regain (Sarah Chougnet-Strudel et Lucien Salomon) et le titre de Meilleur esprit d’équipe échoit au restaurant l’Idéal (Julia Sammut, Aurélien Baron et Jérémy Nguyen).

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux