Restaurants en Provence

Le Golden Tulip mise sur la générosité de Cyrille Repetto

golden tulip de la Joliette accueille le chef Cyrille RepettoL’arrivée d’un hôtel Golden Tulip dans le périmètre Joliette-Euroméditerranée marque le retour sur le devant de la scène marseillaise de Cyrille Repetto. Chef ultra-discret lui aussi passé par les cuisines de Dominique Frérard aux Trois Forts, Repetto insuffle un vent de Méditerranée au restaurant de ce gros paquebot aux lignes futuristes, un hôtel dessiné comme un vaisseau de Star Wars immaculé, discrètement posé entre docks et passerelle. Le style Repetto se lit ici avec évidence : des assiettes généreuses, des produits d’ici et une heureuse franchise dans les goûts qui contraste avec le maniérisme pédant ambiant. Le cannelloni de saumon fumé se pare d’une esquinade à la coriandre et gingembre-espuma avocat et sauce cocktail. Quelques petits oeufs de poisson volant pour le craquant et la virgule iodée en note finale donnent le ton. Une fourchette de légumes croquants ici, un assaisonnement équilibré là : c’est du Repetto tel qu’en lui même. Suit un superposé de punta et brousse (viande de cochon finement persillée et tendre, cuite en fines tranches) accompagné de cannelloni de ratatouille confite et d’un jus acidulé à la sauge. Une très jolie assiette qui donne envie de saucer sans bouder son plaisir. En dépit de certaines redites (les espumas et écumes se retrouvent dans chaque assiette, les cannellonis de saumon bégaient avec les cannelloni de ratatouille), il y a beaucoup de force dans le style Repetto qui veut régaler ses hôtes. Jusqu’à la tarte aux fraises déstructurée et sa crème mousseline à la pistache, on sent l’énergie et la force d’un cuisinier accompli. Le service est agréable, discret et jamais obséquieux : une volonté de simplicité efficace voulue par le directeur de l’hôtel, Christophe Torres. Alors faut-il y aller ? Oui pour le calme ambiant et la fluidité tant dans le service que dans l’organisation de l’espace. Oui pour le rapport quantité et qualité/prix et les valeurs, classiques certes, mais sûres, que défend Cyrille Repetto, le cuisinier très « force tranquille » qui se rappelle à notre bon souvenir.

« La Table » du Golden tulip, 6, place Henri-Verneuil, Marseille 2e arr. ; réservations au 04 88 91 22 70. Ardoise déjeuner : 25 et 35 €. Carte de 40 à 50 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Extrait du site internet de l’hôtel : « la carte du restaurant est élaborée par un duo de passionnés, le chef étoilé Philippe Renard et Cyrille Repetto qui œuvre au fourneau avec sa brigade ».
    Cela mérite quelques précisions svp !

    • Philippe Renard est l’ancien chef du Lutetia à Paris. La fermeture de l’hôtel (voisin du Bon marché, angle rue de Sèvre et bd Raspail) a incité le cuisinier à créer une nouvelle adresse Rive Gauche, au coeur du jardin du Luxembourg à Paris encore. Parallèlement, Renard joue le rôle de consultant pour le groupe Golden Tulip. Il a travaillé en étroite collaboration avec Cyrille Repetto afin de composer, à deux, une carte en adéquation avec les standards du groupe et les spécificités de l’hôtel marseillais.
      Et voilà, j’espère vous avoir éclairé. Amitiés

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.