Restaurants en Provence

Le Golden Tulip mise sur la générosité de Cyrille Repetto

golden tulip de la Joliette accueille le chef Cyrille RepettoL’arrivée d’un hôtel Golden Tulip dans le périmètre Joliette-Euroméditerranée marque le retour sur le devant de la scène marseillaise de Cyrille Repetto. Chef ultra-discret lui aussi passé par les cuisines de Dominique Frérard aux Trois Forts, Repetto insuffle un vent de Méditerranée au restaurant de ce gros paquebot aux lignes futuristes, un hôtel dessiné comme un vaisseau de Star Wars immaculé, discrètement posé entre docks et passerelle. Le style Repetto se lit ici avec évidence : des assiettes généreuses, des produits d’ici et une heureuse franchise dans les goûts qui contraste avec le maniérisme pédant ambiant. Le cannelloni de saumon fumé se pare d’une esquinade à la coriandre et gingembre-espuma avocat et sauce cocktail. Quelques petits oeufs de poisson volant pour le craquant et la virgule iodée en note finale donnent le ton. Une fourchette de légumes croquants ici, un assaisonnement équilibré là : c’est du Repetto tel qu’en lui même. Suit un superposé de punta et brousse (viande de cochon finement persillée et tendre, cuite en fines tranches) accompagné de cannelloni de ratatouille confite et d’un jus acidulé à la sauge. Une très jolie assiette qui donne envie de saucer sans bouder son plaisir. En dépit de certaines redites (les espumas et écumes se retrouvent dans chaque assiette, les cannellonis de saumon bégaient avec les cannelloni de ratatouille), il y a beaucoup de force dans le style Repetto qui veut régaler ses hôtes. Jusqu’à la tarte aux fraises déstructurée et sa crème mousseline à la pistache, on sent l’énergie et la force d’un cuisinier accompli. Le service est agréable, discret et jamais obséquieux : une volonté de simplicité efficace voulue par le directeur de l’hôtel, Christophe Torres. Alors faut-il y aller ? Oui pour le calme ambiant et la fluidité tant dans le service que dans l’organisation de l’espace. Oui pour le rapport quantité et qualité/prix et les valeurs, classiques certes, mais sûres, que défend Cyrille Repetto, le cuisinier très “force tranquille” qui se rappelle à notre bon souvenir.

“La Table” du Golden tulip, 6, place Henri-Verneuil, Marseille 2e arr. ; réservations au 04 88 91 22 70. Ardoise déjeuner : 25 et 35 €. Carte de 40 à 50 €.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Extrait du site internet de l’hôtel : “la carte du restaurant est élaborée par un duo de passionnés, le chef étoilé Philippe Renard et Cyrille Repetto qui œuvre au fourneau avec sa brigade”.
    Cela mérite quelques précisions svp !

    • Philippe Renard est l’ancien chef du Lutetia à Paris. La fermeture de l’hôtel (voisin du Bon marché, angle rue de Sèvre et bd Raspail) a incité le cuisinier à créer une nouvelle adresse Rive Gauche, au coeur du jardin du Luxembourg à Paris encore. Parallèlement, Renard joue le rôle de consultant pour le groupe Golden Tulip. Il a travaillé en étroite collaboration avec Cyrille Repetto afin de composer, à deux, une carte en adéquation avec les standards du groupe et les spécificités de l’hôtel marseillais.
      Et voilà, j’espère vous avoir éclairé. Amitiés

En bref

Ban des Vendanges à Visan Pour cette 5e édition, les festivités débuteront à 17h, par un concert de l’orchestre de chambre de Lyon, dirigé par Vincent Balse (concerto pour piano en la majeur KV 488 de W.A. Mozart ; concerto pour 2 violons en ré mineur de J.-S. Bach ; quintette pour piano et cordes de N. Kapustin ; valse sentimentale de I. Tchaïkovski ; Azul Tango de R. Galliano).
A l’issue du concert, le défilé des membres de la confrérie Saint-Vincent de Visan, (une des plus vieilles confréries bachiques de France) intronisera quatre personnalités sur la place du Jeu de Paume. Un buffet sera ensuite dressé dans la cour de l’hôtel de Pellissier où seront servies les cuvées de 10 caves et domaines de l’appellation. A l’origine du ban des vendanges, le seigneur local levait une bannière à ses armes, d’où le nom de ban, ce qui levait l’interdiction de ramasser du raisin et non pas l’autorisation de commencer la vendange. Le raisin était goûté par les autorités compétentes qui déclaraient qu’il était mûr. La récolte et le foulage pouvaient alors commencer. Infos et réservations au 04 90 41 97 25 ; tarif : 30€.

Arles, expo au chardon Du 1er août au 30 septembre, le restaurant accueille l’exposition du photographe Samir Ben Rahma : “les Catalanes”. “Nous sommes honorés d’accueillir sur nos murs et pour le plus grand bonheur de vos pupilles, de votre mémoire, de la mémoire des Marseillais, cette expo qui est un hommage au passé, aux femmes et à leurs années glorieuses !” explique l’équipe du restaurant, réputé pour accueillir tout au long de l’année des chefs en résidence, des vignerons, des artistes et des bons vivants. 37, rue des Arènes à Arles ; infos au 09 72 86 72 04.

Les Musicales dans les Vignes jusqu’au 30 août, vingt-cinq domaines de renom célèbrent la noblesse du vin en musique avec des concerts uniques au fil de l’été… Des instants musicaux suspendus dans des lieux d’exception. Et il y en a pour tous les goûts : jazz, classique, tango argentin, flamenco, musique tzigane, klemer, russe, etc. Un tour du monde. Infos et inscriptions 06 60 30 32 90 et http://lesmusicalesdanslesvignes.blogspot.com/

Abonnez-vous à notre newsletter