Restaurants en Provence

Pastis & Olives, Olivier Luisetti en son pays

collage pastisIl rêvait d’un bistrot contemporain, et il touche peut-être au but. Manger chez Olivier Luisetti en cette saison incarne un peu l’art de vivre marseillais. Ce jeudi soir, un petit groupe de supporters portant le maillot rouge de l’Albanie passe devant la terrasse. Une table les interpelle, on crie : « Sana ! Sana ! » en clin d’oeil à Lorik et voilà les poignées de main qui s’échangent, les éclats de rire et les sourires chaleureux. C’est un peu ça manger chez Pastis & Olives. La carte répond à cette ambition ; on grignote des filets de sardines, panisses, des anchois, moules ou calamars en conserve avant de jeter son dévolu sur une omelette (fromage, pancetta), des pâtes à l’ail ou carbonara, ou une salade italienne ou César. En ce moment, le thon snacké ou la bavette marinée sauce soja ont leurs adeptes.

Que faut-il retenir du repas ? Que Luisetti ne se contente pas de prôner le « fait maison » : il joint les actes à la promesse. Il suffit de tremper des potatoes dans un ketchup (trop sucré) pour s’en convaincre. La purée de pommes de terre est certainement la meilleure de toute la ville accompagnant une exceptionnelle entrecôte d’une belle tendreté. Le tartare s’anime de petits cubes de Beaufort, d’ail, câpres et ketchup qui viennent en réponse à une salade de roquette pas trop huilée, équilibrée dans ses assaisonnements. La tarte bourdalou, délicieusement beurrée, le tiramisu nutella-Granola viennent conclure un dîner forcément agréable. Alors faut-il y aller ? Si vous en doutez encore, relisez ces quelques lignes.

Pastis & Olives, 27, rue Sainte, Marseille 1er ; 04 91 54 08 27. Menu 17€, carte 30 €. Du lundi au samedi midi et du jeudi au samedi soir.

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux