Restaurants en Provence

Grenache à Aix, le défi relevé de Pierre Chatelain

Pierre Chatelain s’est fait connaître, il y a quelques années, avec son premier restaurant, joliment baptisé l’Alcôve. Parce qu’il nourrit un sens inné de l’élégance, son nouvel estaminet, inauguré en janvier dernier, a été baptisé Grenache. Rien que de très normal pour cet ancien élève de l’école hôtelière de Bonneveine, à Marseille, qui cultive également un goût très sûr pour les jolies bouteilles. Idéalement situé dans le centre d’Aix, entre les Prêcheurs et les Arts et Métiers, le Grenache possède une très belle terrasse dont on jugera des atouts cet été, à l’ombre du platane. Pour l’heure, la salle réserve de belles surprises, aménagée elle aussi avec un sens de l’esthétique qui le dispute au pratique. Parce qu’il souhaite nous faire vivre les joies d’un « restaurant de partage », Chatelain propose de déboucher des vins renommés à prix caviste à l’instar de ce Trévallon rouge 2014 à 69 euros ; les connaisseurs apprécieront.
Grenache à AixA l’heure de l’apéro, un verre de château Vignelaure cuvée le Page blanc, autre régional bio de l’étape, donne à apprécier de sa fraîcheur et de son caractère fruité. La carte invite au voyage, des pays du Levant, homos à la crème de tahine-grenade et pain nan, à la Suède, avec un saumon gravlax-blinis et crème de wasabi, sans jamais oublier les provinces françaises (oeuf bio parfait-velouté de carottes-maïs grillé, volaille-crème de chorizo-tombée de chou vert)…
En cuisine, Laura donne la pleine mesure de sa maîtrise : cette Bourguignonne rompue à la cuisine de haute volée apprise, entre autres, chez Mathias Dandine, fait monter la pression. Les lentilles corail-feta-concombre-olives et yuzu sont très justement assaisonnées. A l’égal du gravlax servi à juste température charnu et délicat, la qualité des produits est évidente, les équilibres respectés. Au même moment, la bande son distille Polo et Pan dont la fameuse Canopée a enchanté l’été dernier. Les ravioles de tourteaux-bouillon de citronnelle font monter la pression : le travail est minutieux, les assiettes raffinées s’inspirent de l’Asie. Les saint-jacques juste saisies affichent une mine dorée éblouissante, nimbée des arômes de pastis surligné de fenouil taillé en brunoise croquante. Escapade en Afrique du Nord, évocation des époques ou l’agneau était servi en effilochée roulée en pâte à filo, le croustillant d’agneau aux fruits secs résonne sur une purée de patates douces. Alors faut-il y aller ? Oui car Pierre Chatelain a gagné en maturité et son Grenache n’a guère eu à attendre pour convaincre. Oui pour le service serein, le risotto de petit épeautre à la truffe noire, l’ambiance cool et le Snickers pour cahuètes addicts. Oui enfin pour le rarissime affogato, preuve que ce gars-là sort des sentiers battus avec à propos.

Le Grenache, 2, place Joachim Gasquet, 13100 Aix-en-Provence ; résas au 09 80 82 85 92. Carte environ 30 euros.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.