Art de vivre

Hôtel Birdy : Thierry Bernet invite Sébastien Marien et lance ses dîners à 4 mains

Thierry Bernet
(de g. à d.)Sébastien Marien de l’auberge du Mérou à Niolon et Thierry Bernet, puissance invitante.

L’oiseau prend son envol et fourmille de projets. L’hôtel Birdy, s’il s’est déjà fait une place auprès de la clientèle business, cherche à conquérir le coeur des Aixois, dans un premier temps, et des Marseillais, dans un second. Pour bien faire, le chef, Thierry Bernet a imaginé proposer des dîners à 4 mains à tous les cuisiniers de ses amis, un par saison. Et comme pour insuffler plus de dynamisme au sein des équipes du restaurant, l’idée est venue de demander à chacun des membres du personnel de salle du restaurant de créer un cocktail chaque semaine. Aujourd’hui, une recette à base de crème de mangue, jus d’ananas, grenadine et rhum cartonne auprès des clients et vient en écho au décor néo-colonial et pop de l’hôtel. Pour sa première, jeudi 23 novembre dernier, Thierry Bernet a invité Sébastien Marien de l’auberge du Mérou à Niolon.

Hôtel Birdy

Le menu terre-mer proposait une belle assiette à la mise délicate de foie gras de canard mi-cuit servi à juste température, avec une pressée de pommes de terre agata confites et fondantes et quelques crevettes sur une vinaigrette tout en équilibre. Le généreux pavé de bar de ligne joue les textures et saveurs, des petites girolles fraîches et légumes, agrémentés d’un espuma au corail d’oursin, combinent les saveurs sans cacophonie. En guise de dessert, l’ananas Victoria compoté au miel notes de romarin déglacé au rhum-sorbet ananas invite à l’exotisme. Fruit charnu, crème montée vanillée, l’ensemble est éloquent et donne une idée précise des potentialités de la cuisine.
Un muscat de Frontignan pour le moelleux, un blanc de château La Coste 2016 à base de rolle et d’ugni blanc avec le poisson et un shoot de vodka pêche… voilà un menu cohérent, simple et rondement bien mené. L’équipe espère convaincre sur ses ambitions, le ton est donné, rendez-vous est pris pour le menu d’hiver.

Birdy hôtel, 775, rue Jean-René-Guillibert Gauthier de la Lauzière, 13291 Aix-en-Provence. Réservations au 04 42 97 76 00.
Déjeuner : 12, 16 et 26 €. Dîner, 26 et carte 30 € environ.

Fin de service, l’équipe est heureuse, pour une première, c’est une réussite.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter