Restaurants en Provence

Il Caffè, la petite adresse pour des déjeuners bien ficelés

Il CaffèLes années et les époques se succèdent mais Il Caffè résiste au temps avec toujours de nouvelles tribus qui font battre le coeur de ce café-brasserie du cours Julien. L’adresse pourrait entrer dans la famille des institutions puisque, datant déjà du siècle dernier, les souvenirs de 1988, 1989 hantent encore la terrasse. A l’intérieur, l’ardoise va et vient d’une table à l’autre, portant les inspirations du jour. Au fil de sa lecture, les sourires apparaissent, l’appétit titillé par quelques énoncés et origines fièrement revendiquées.
Des exemples ? Une petite échine de porc de race Duroc élevé par la famille Batalle en Espagne avec polenta au cumin-coulis de piquillos, un burger au boeuf d’Aubrac ou encore des moules de la baie du mont Saint-Michel. Mais au-delà des provenances, la cuisine a aussi réfléchi ses compositions et nous offre quelques jolis intitulés : pavé de saumon-homos-sésame noir huile d’olive et wasabi, bavette de black angus-pommes grenailles et pleurotes-beurre aux agrumes, une brandade de morue gratinée minute et spaghetti de légumes.

Il CaffèLe service est joyeux, simple et rapide. Les conseils fusent et les deux gars en salle maîtrisent leur sujet. Les frites sont-elles fraîches et maison ? « Ici, pas de congélateur, suivez-moi, je vous montre la cuisine » assène l’un d’eux. L’assurance dans la voix promet de belles frites, elles seront excellentes, tout comme cette sauce ‘nduja (au saucisson épicé, originaire de Calabre en Italie) qui accompagne une belle assiette de moules charnues. Joliment amené, le magret de canard est posé sur une purée de patates douces surlignées de griottes acidulées. Jamais avares d’un beau geste, les serveurs offrent une seconde assiette de salade, un coeur de sucrine très craquant, pour une parfaite symétrie des services et pour que chaque convive mange en harmonie.
Le clafoutis aux prunes et piment d’espelette le dispute au mi-cuit chocolat coeur poire et noisette, les desserts collent à la saison. Les babas napolitains du Convento sont baignés de limoncello et accompagnent très bien un café expresso.

Alors faut-il y aller ? Oui car depuis plusieurs mois, de réels efforts ont été faits et l’équipe mérite d’être encouragée. Oui car les cartes fières de leurs origines ont tout pour attiser l’appétit et l’ambiance qui règne chez Il Caffè est toujours aussi sympa. Oui enfin car les petites adresses pour (bien) déjeuner en ville ne sont pas légion et lorsqu’on en tient une, on ne la lâche plus.

63, cours Julien, Marseille 6e arr. Infos au 04 91 42 02 19 ; carte de 20 à 26 €. 

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.