Carnet de cave

L’Instant dégustation : les vins IGP13 livrés en coffrets chez vous !

instant dégustation
Les domaines participants : le cellier d’Eguilles, château Ferry Lacombe; domaine Attilon ; domaine de Valdition ; domaine des Oullières ; domaine le Grand Castelet ; domaine Naïs ; Hostellerie des vins de Rognes ; les Vignerons du Garlaban ; les Vignerons du Roy René ; Mas Baracan ; Mas de Rey ; Mas de Valériole et Villa Minna Vineyard
L’initiative va faire parler : 14 domaines des Bouches-du-Rhône proposent de découvrir leurs cuvées et millésimes sans avoir à vous déplacer ! A l’origine de cette initiative, il faut aller chercher du côté des vins IGP des Bouches-du-Rhône qui invitent les consommateurs à vivre une expérience originale de dégustation sous la forme de coffrets d’échantillons directement envoyé chez eux ! Afin de mettre en avant la richesse, la pluralité des vins IGP , le curieux peut choisir selon son envie 6 vinotes de 2cl parmi les 35 références proposées afin de créer son propre coffret pour la somme de 8 euros, expédition comprise. Cette première, baptisée l’Instant dégustation, si elle est ouverte à toute la France, vise en priorité un public local afin de dynamiser la demande et donner l’envie aux dégustateurs d’un jour de se rendre au cœur de leur propre territoire. « Nous souhaitons ainsi promouvoir la richesse de nos vigneronnes et vignerons sur notre département auprès de leurs premiers clients : leurs voisins. Rappeler à tous que les domaines près de chez nous sont ouverts et sont autant d’opportunités de découvrir un pan viticole mais aussi culturel de notre territoire » a expliqué Jean–Claude Pellegrin, président du syndicat des vins IGP 13, lors d’une présentation de cette opération au Grand Pastis.

Comment ça marche ?
Un site a été tout spécialement créé avec des descriptifs pour chacun des domaines et des vins ; il permet de choisir les vins désirés et de créer son  propre coffret. Le site est ouvert pour les commandes jusqu’au 30 juin 2021. Livraison prévue dans les 2 jours ouvrés suivant réception de commande sur le site de l’Instant dégustation. On peut même les offrir en les faisant livrer directement à l’adresse de son choix !
Rendez-vous sur le site ici

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.