Bouches-du-Rhône

Prix Agricole des Produits de Provence.- La Métropole AMP vient d’organiser la première édition du prix agricole des produits de Provence afin de valoriser l’excellence et la diversité de son agriculture et de ses productions. Vins, huiles d’olive, miels, bières et calissons : au total, onze catégories de produits ont été soumises à l’appréciation du jury composé de chefs, d’élus du Projet alimentaire territorial, de référents du réseau « Nos cantines durables », d’agents métropolitains (y compris de son directeur général des services), du président de la chambre d’agriculture Monsieur Levêque et du Grand Pastis. Etait aussi présent Christian Burle, 15e vice-président de la Métropole délégué à l’Agriculture, la Viticulture et ruralité, à l’Alimentation et Circuits courts et maire de Peynier. Chaque table a dégusté 3 produits différents, soit entre 15 et 20 échantillons au total. Un expert produit a accompagné la dégustation de chaque table sans jamais intervenir dans les notations et commentaires du jury. Les lauréats ont reçu leur prix mardi 28 mai.
Vin rouge AOP :  cuvée MIP collection AOP Côtes de Provence, Made in Provence, Puyloubier
Vin rosé AOP : Rose Bon Bon AOP Côtes de Provence, domaine des Diables, Puyloubier
Vin rosé IGP : Terre de passion IGP Méditerranée, vignobles du Roy René, Lambesc
Vin blanc IGP : cuvée tradition IGP Méditerranée, domaine Richeaume, Puyloubier
Huile d’olive AOP fruité vert vierge extra : AOP Provence château Montaurone, Saint-Cannat
Huile AOP d’olive maturée fruité noir : AOP Provence château Calissanne, Lançon-Provence
Miel de Garrigue IGP Provence :  les Ruches du Roy à Simiane-Collongue
Bière blonde :  Pacific Ale, brasserie artisanale de Provence à Rousset
Bière ambrée :  Thymbrée, brasserie Epicentre à Pertuis
Bière blanche : Gaby brasserie Zoumaï, Marseille
Calissons d’Aix :  calissons aux amandes de Provence, confiserie du Roy René, Aix-en-Pce.

Bollène

Le bronze pour Révélations. Installée dans le petit village de Bollène, l’épicerie Révélations gérée par le torréfacteur Nicolas Avon, a remporté la médaille de bronze au concours des Quintessences 2024 ! Cette distinction sera officialisée lors du salon Gourmet international qui se tiendra en septembre à Paris. « Chez Révélations, nous avons créé un lieu unique mêlant épicerie fine, bar à vin et salon de thé avec une offre de petite restauration atypique, où nos produits locaux et régionaux sont à l’honneur. Nous avons à cœur de cultiver une atmosphère chaleureuse et accueillante, propice aux échanges et aux liens sociaux », se réjouit Nicolas.
6, place Henri-Reynaud de la Gardette, 84500 Bollène ; infos au 04 90 61 86 53.

Suis-nous sur les réseaux

La Barasse

Les halles de producteurs de la Barasse fêtent leurs 5 ans. Rendez-vous jeudi 13 juin pour retrouver une trentaine de paysans-producteurs. De 17h à 19 heures, goûter offert : jus de fruit frais ou sirop, biscuits colorés d’Emacréa, et des fruits. Grande tombola gratuite, avec des produits du marché à gagner et ambiance musicale. Les halles de la Barasse, ont accueilli près de 40  000 visiteurs en 5 ans (en intégrant la fréquentation du début de saison 2024 de mars à juin). + 20% de fréquentation en 2023 par rapport à 2022. Et un très bon début de saison 2024. Le marché des 5 ans sera le 165e marché organisé depuis l’ouverture en 2020 avec près de 200 tonnes de produits vendus depuis 2020 (dont 70 tonnes en 2023). Plus de 750 000 € de chiffre d’affaire ont été générés depuis 2020 (270 000 € pour 2023). 58 paysans ou artisans ont participé à au moins 1 marché depuis 2020. En 2024 : 27 producteurs ou artisans se relaieront sur la saison. Les producteurs exercent dans un rayon de 45 km autour de Marseille depuis 2020.

Magazine

Isabelle Brémond : « Provence tourisme met tout en œuvre pour l’après Covid-19 »

La directrice de Provence Tourisme, Isabelle Brémond, en charge du tourisme pour le département des Bouches-du-Rhône répond au Grand Pastis. En pleine crise sanitaire qui frappe de plein fouet l’industrie du tourisme, les équipes se sont mises en ordre de marche pour sauver une saison et des emplois menacés. Qu’adviendra-t-il des événements MPG cette année ? Que peuvent attendre les professionnels du secteur ? A quoi ressemblera le plan de relance ? La directrice avance ses pions en totale synergie avec ses confrères des autres villes du département et des autres départements français.

Isabelle Brémond

Le Grand Pastis : Comment va l’équipe et comment travaillez-vous ?
Isabelle Brémond : L’équipe compte une quarantaine de personnes et tout le monde va bien. Nous sommes tous en télétravail. Nous avons nommé 8 responsables d’activités qui, chacun, gèrent de 3 à 4 personnes. Nous nous réunissons 2 fois par semaines les mardis et jeudis matin où chacun fait le point de ses activités et nous ajustons nos activités au gré des besoins. La charge de travail est importante et tout passe par un cloud numérique.

Sur quoi travaillez-vous ?
Nous travaillons sur l’accompagnement des professionnels. Tous les membres de l’équipe contactent les professionnels dans toutes les spécialités : les offices de tourisme, les cuisiniers, domaines viticoles, les syndicats professionnels, les acteurs culturels (musées, galeries, sites). On prend des nouvelles du terrain, on fait remonter les demandes et questions du terrain. C’est un gros audit pour savoir ce que les gens attendent de nous. Tout ce travail va nous permettre d’échafauder un plan de relance du secteur.

« Cette épidémie doit marquer une frontière entre l’avant et l’après »
Isabelle Brémond

Pour l’heure, quels sont les outils que vous proposez aux professionnels du tourisme ?
Nous envoyons une newsletter par semaine bourrée d’infos utiles, avec des infos sur les bonnes pratiques, une adresse mais pour nous dire quels sont les besoins, les attentes. Nous invitons aussi le public à parcourir notre site myprovence.fr dont le contenu a été aménagé en fonction du contexte. On y retrouve des visites virtuelles de musées (fondation Vasarely, MuCem, carrières de Lumière), l’idée c’est d’être connectés chez vous. On propose aussi une kyrielle de photos historiques des Bouches-du-Rhône pour s’amuser à voir « comment c’était avant »…

Covid-19, le tourisme très durement impacté

Avec l’absence de touristes et l’annulation quotidienne des événements culturels, sportifs et d’affaires, le secteur touristique est l’un des impactés par la crise sanitaire du Covid 19. La période de février à mai représente plus d’un quart de l’activité annuelle avec une saison touristique qui démarre habituellement à Pâques (le 12 avril cette année). Ce sont ainsi près de 11 millions de nuitées qui sont en jeu. La consommation touristique intérieure, c’est-à-dire les dépenses réalisées par les touristes sur l’ensemble de l’année sont évaluées à 2,7 milliards d’euros. Si un quart d’entre elles sont perdues, les pertes s’élèvent à 675 millions d’euros. On recense quelque 28 600 emplois touristiques dans les Bouches-du-Rhône dont 25 000 pour la seule métropole (allant de 20 000 emplois en hiver à 38 000 au plus fort de la saison). La moitié de ces emplois sont occupés dans l’hébergement et la restauration. La taxe de séjour collectée dans le département en 2019 s’élève à 11 millions d’euros. Le manque à percevoir sur la période est évalué à plus de 2,7 millions d’euros.

Les événements MPG vont-ils reprendre ?
Absolument. La période que nous traversons avait prévu très peu d’évenements, le gros de la programmation débutera en juillet avec les Dîners insolites. L’essentiel de la programmation qui débutera à la rentrée sera repensé de façon à ce que MPG irrigue tous les secteurs et confirma sa vocation solidaire. On va disséminer des événements partout dans le département pour que les retombées économiques bénéficient à tout le monde, on va plus encore faire travailler nos restaurants, le festival pizzas, le grand cours de cuisine seront maintenus. Je le répète, il faut que tout le département soit irrigué par l’événement.

Quels enseignements tirés de MPG2019 bénéficieront à la période que nous traversons ?
Les trois temps forts liés à l’attractivité du territoire doivent servir de fil conducteur à notre action. La gastronomie rayonne, elle est un élément d’attractivité de notre territoire. La fête c’est dans notre ADN, elle nous incite à partager l’espace public et naturel. La solidarité sous-tend les questions du développement durable, des circuits courts, la qualité de la production et l’essor du bio. Nous allons travailler sur ces trois axes. Nous voulons inciter à consommer local.

Comment vous joindre ?
Notre cellule est à la disposition des professionnels du tourisme et des Provençaux. Retrouvez-nous sur les sites MPGastronomie et Myprovence. Nous disposons de comptes Facebook, Instagram et Twitter ainsi qu’une ligne téléphonique : 04 91 13 84 13.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.