Restaurants en Provence

J'ai mangé une pizza au Cercle des nageurs de Marseille

pizza cnmClub privé réservé à ses quelque 3800 membres, le Cercle des nageurs de Marseille accueille aussi quelques nageurs professionnels qui s’y entraînent afin d’y grapiller des médailles -d’or de préférence- dans les différentes compétitions nationales, européennes et internationales. Les membres du CNM prennent donc régulièrement leur café au snack à côté de médaillés olympiques à l’instar de Manaudou (frère), Bousquet, Lacourt ou Perez Dortona.
Dès que reviennent les beaux jours, le snack du Cercle se transforme chaque soir en pizzéria. Les membres s’y retrouvent et ont la possibilité d’inviter des « non membres » pour passer la soirée. La carte est très courte :
7 salades (Caesar, niçoise, tartare de saumon, fritures), 12 pizzas (figatellu, royale, pissaladière, arménienne) et 7 grillades (côtelettes d’agneau, saucisse italienne, magret, filet de boeuf). La pâte des pizzas est relativement fine mais pas assez à mon goût ; en revanche, les bords sont bien grillés/brûlés et les garnitures généreuses. Je vous recommande fortement une grande mozza-jambon à partager qui « file » à merveille quand le fromage sort brûlant du four à bois avec du vrai jambon (pas de l’épaule). La saucisse italienne est braisée accompagnée de frites ou de salade et la salade niçoise tient lieu de plat unique mais attention à l’assaisonnement trop vinaigré.
Côté desserts, c’est plutôt morne plaine (comme dans toutes les pizzérias) avec les sempiternels café ou chocolat liégeois, une crème brûlée ou une salade de fruits sans intérêt. Alors faut-il y aller ? Oui assurément pour le cadre qui surplombe la mer et l’ambiance calme et conviviale. Habillez-vous un minimum ; c’est un club privé alors la moindre des choses est de faire honneur aux membres qui vous invitent. Côté prix, on tourne aux environs de 25 € avec une pizza, un dessert et un peu de vin ou un apéro. La soirée, promis juré, sera très agréable.

Boulevard Charles-Livon, 13007 Marseille. Dîner sur réservations uniquement…

3 commentaires

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Cette année, de gros efforts ont été faits, la pizza y est bonne, le rosé frais!!! en dessert,, je privilégie un « magnum » sorti du frigo, c’est délicieusement régressif ! on ne croise pas souvent les « vrais » sportifs le soir, ils partent tôt quand l’entraînement est fini (19h !), mais l’ambiance est cool, la vue sublime et la sensation (vraie) d’être privilégié ( je suis membre!) d’être au bon endroit au bon moment…

  • Endroit « bobo » qui n’a que la chance d’avoir une belle vue !!!
    pour le reste , cuisine, ambiance c’est « beauf » à souhait mais bon ….on vient là pour voir et être vu …….pas pour la cuisine !!!!! lol

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter