Restaurants en Provence

La Petite Maison, à Cucuron

petitemaisonpapier
La cannette de Challans, un classique parmi les classiques

Les années passent et Eric Sapet ne change pas ; bien mieux, il fait corps avec son restaurant, une petite maison bourgeoise, face à un grand bassin protégé par d’immenses platanes séculaires. Une institution dans un cadre idyllique qui scintille la nuit de sa petite mais valeureuse étoile. En ce moment, on dresse les tables dès l’entrée, sous la tonnelle. Nappes blanches épaisses, confort et abandon sont de mise. Le service exclusivement féminin bouscule les codes et apporte une touche plus délicate qu’à l’accoutumée. La cuisine de Sapet est comparable à un bon vin qui prendrait de la rondeur et de l’ampleur avec l’âge. Toujours bourgeoise, elle rappelle cette époque bénie de ces effluves qui embaumaient les châteaux. Cuisine délicate, pour commencer, avec cette quenelle de brousse à la menthe surnageant sur un velouté de courgettes ; terriblement gourmande, ensuite, avec la quenelle de rouget, soufflée et légère, posée sur une bouillabaisse de giroles safranée. Il ose Sapet : la bouillabaisse et les champignons, il faut une sacrée dose de culot… mais quelle réussite dans ce mariage terre-mer rocailleux ! Suit un ravioli de cuisse de canard confite au foie gras sur une soubise d’échalotes caramélisées avec un bouillon d’asperges et mousserons coiffé d’une râpée de truffe d’été et la fameuse poitrine de cannette de Challans, cuite comme il faut, surtout pas sanguinolente. Cette viande rôtie d’une tendreté à défaillir s’accompagne de courgettes violons étuvées à la vanille et d’une sauce acidulée brillante aux cerises. Sapet ose mais Sapet s’amuse aussi, parsemant avec beaucoup d’a propos son plat d’éclats de dragées sucrées. Bien sûr, la carte des vins des Côtes-du-Rhône trouve dans ce répertoire tout son sens mais c’est aussi avec les vins AOP du luberon que vous trouverez votre bonheur. Demandez et vous verrez, rouges et blancs savent être épicés, corpulents, frais et vifs ! Pour finir ? Un financier aux amandes et fraises des bois à la crème citron-basilic et quelque chou-chantilly et une pana-cotta caramel. En fin de service, le chef fait son tour de salle avec humilité et un sourire heureux. Il a gagné son combat et a réussi à arrêter la course du temps. C’est rare d’écrire ça d’un chef.

Place Etang, 84160 Cucuron ; résas au 04 90 68 21 99. Menus 48 et 70 €.
Cours de cuisine, bons cadeaux repas.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom (présents déjà à Paris, les Emirats, Londres, la Savoie , Rio et New York) signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Ramatuelle

Raclette à Pampelonne. Fondée par la famille Manificat dans les années 70, L’Orangerie compte parmi les historiques de la plage de Pampelonne. Ce restaurant de plage est l’un des seuls de la baie à accueillir ses clients toute l’année, 7 jours sur 7. Pour cet hiver, le chef Daniele Negrini a eu l’idée de proposer une raclette… original face à la mer ! Côté tarif, ça reste raisonnable : 35 € par personne, pour deux convives minimum.
L’Orangerie,
962, chemin des Tamaris, 83350 Ramatuelle ; infos au 04 94 79 84 74.

 

Suis-nous sur les réseaux