Marseille

► Dîner des mécènes. Pour financer la rénovation de sa statue monumentale, la basilique  de Notre-Dame de la Garde annonce la tenue de plusieurs « Dîners des mécènes » afin de soutenir financièrement cette campagne de travaux. Programme de la soirée : visite privée de la basilique de 19h à 20h + dîner bouillabaisse autour d’une seule grande table de 50 personnes de 20h30 à 23h sur la terrasse des ex-voto avec vue sur le ville (dîner au Restaurant en cas de mauvais temps). Tarif : 100 € TTC – hors boisson. Sur le prix du dîner, 35 € sont reversés à la basilique pour la rénovation de la statue, cette sommes est éligible à un reçu fiscal pour déduction d’impôts. Uniquement sur réservation pour 50 personnes. Caution bancaire demandée de 65 € TTC par personne, annulation gratuite 48 heures à l’avance.
• Réservations : www.lerestaurant-ndg.fr
Deux dates disponibles pour le moment : jeudi 6 juin et jeudi 4 juillet
Pour vos dons à la basilique en vue de sa restauration, cliquer ici

 

Cavaillon

Festival Confit ! 2024 en vue.- La 2e édition du festival confit ! de La Garance (scène nationale de Cavaillon) se déroulera du mercredi 22 au dimanche 26 mai 2024. Le temps d’une semaine, Chloé Tournier et toute l’équipe de la Garance, convient tous les publics à un festival de rencontres et de convivialité hors des sentiers habituels du théâtre. Autour de spectacles et d’expériences inédites, ici inspirées de la Provence de Giono ou là du Liban d’Hiba Najem – une artiste à découvrir d’urgence – tous les sens et les arts sont sollicités : le regard, l’ouïe, la poésie, l’odorat, le goût et le toucher. Cette année, ce sont 4 femmes qui s’emparent du vivant sous toutes ses formes et vont au contact du territoire et des publics à l’image de Vivantes la création portée par la compagnie B R U M E S, ou de la randonnée-spectacle de Clara Hédouin « Que ma joie demeure », avec le regard complice du chef Emmanuel Perrodin.
La sélection du GP
• Atelier cuisine, « vinyles à déguster » pour les 8 ans et plus avec le Studio Mille Feuilles, mardi 21 mai  à 18h30 à la médiathèque de Cavaillon, 60, rue Véran Rousset (gratuit).
• De l’encre et du vin, un atelier d’écriture accompagné d’une dégustation de vins ! Animé par Alexandre Tran autour de deux ou trois thèmes (une photo, une citation, un vers…) pour se lancer dans l’écriture. A partir de 18 ans, mardi 21 mai 19h.
• Dj set Pastaciutta, une performance musicale et culinaire de Floriane Facchini avec Clément Martin. Ce DJ set allie musiques méditerranéennes qui évoquent avec « amore » le goût de la cuisine italienne et préparation de pâtes fraîches à déguster ensemble entre autres joyeusetés. Le mer. 22 mai de 18h30 à 21h30 (gratuit).

Suis-nous sur les réseaux

Villeneuve-lès-Avignon

► 3 chefs – 5 étoiles au Prieuré.- C’est l’histoire de 3 chefs – Christophe Chiavola, chef étoilé du Prieuré, Glenn Viel, chef triplement étoilé à l’Oustau de Baumanière et Grégory Mirer, chef étoilé privé – qui, sous le signe de l’amitié, nous proposent une soirée exceptionnelle au Prieuré de Villeneuve-lès-Avignon. Une cuisine d’instinct, surprenante, inspirée par la nature, épurée, aux multiples saveurs de Provence et d’ailleurs qui fait la part belle au produit : « Dans le ventre d’un calalard » par Glenn Viel, « Le petit bateau, rapide mais pas trop » par Christophe Chiavola, « De la terre à la plume » par Grégory Mirer. Laissez-vous embarquer et vivez une parenthèse gastronomique en 5 plats.
• Menu 6 mains, en 5 plats avec accord mets et vins (380 € -places limitées) le mercredi 22 mai au dîner. Réservation uniquement par téléphone : 04 90 15 90 15.

Marseille

Street food festival #4.- Pour cette année olympique, le Street food festival mettra à l’honneur les cuisines du monde. Durant trois jours, près de 50 restaurateurs, artisans de bouche, glaciers, vignerons et brasseurs exerçant tous dans les Bouches-du-Rhône vous feront voyager sur les 5 continents en profitant d’une vue imprenable sur la Méditerranée. Comme en 2023, une programmation musicale sera proposée durant les trois soirées, avec un point d’orgue le vendredi 14 juin pour une programmation exceptionnelle orchestrée par Radio Star. Le Street food festival entre dans la programmation de Marseille Provence Gastronomie imaginée par Provence Tourisme, sous l’impulsion du Département des Bouches-du-Rhône et de la Métropole Aix-Marseille-Provence. Pour limiter les files d’attente sur les stands, les paiements sur l’ensemble du festival se feront uniquement par l’intermédiaire d’une carte bancaire ou d’une carte cashless.
Esplanade de la Major (Marseille, 2e arr.), les 13, 14 et 15 juin de 17h à 1h.

Carnet de cave

Jérôme Richet : « Notre intérêt commun, c’est la solidarité »

Déconfinement, réouverture progressive des restaurants, l’heure est à la reprise mais aussi à la réflexion. Jérôme Richet, représentant en vins, agent commercial multicartes qui connaît l’univers de la restauration dans les Bouches-du-Rhône mieux que quiconque, revient sur la période et milite pour une plus grande solidarité entre tous les acteurs du secteur. Entretien.

Jérôme Richet
Jérôme Richet, ambassadeur de plusieurs vignobles et d’une bière marseillaise

Le Grand Pastis : En quoi consiste votre travail ?
Jérôme Richet : Je suis représentant en vins, agent commercial multicartes depuis le 1er avril 2019. Je représente 20 domaines en France, des spiritueux et une marque de bières marseillaise. Je me déplace dans les cafés, hôtels et restaurants, chez certains cavistes et dans certaines entreprises chez qui je propose mes gammes. En résumé : si tu ne viens pas visiter les domaines, ce sont les domaines qui viennent à toi. Nous sommes une petite centaine à exercer ce métier dans le 13, c’est dire s’il y a une grosse concurrence.

Quelles sont les qualités indispensables du bon agent ?
Comme dans tout métier, le plus important, c’est d’avoir et entretenir un bon réseau. Il faut aussi avoir une bonne sélection, des exclusivités et très bien connaître tout à la fois ses produits et ses clients pour viser juste et satisfaire nos acheteurs en leur proposant des produits qui séduiront leurs propres clients. Il faut aussi avoir un minimum de savoir-vivre et être disponible, très disponible.

Y a-t-il une école pour apprendre ce métier ? Quelle formation doit-on suivre ?
Je le répète, il faut un bon réseau et pour se le constituer j’ai commencé comme salarié pour une maison de champagne. On peut aussi débuter son cursus par une école hôtelière et avoir une bonne expérience de terrain en bossant, comme je l’ai fait pour des groupes comme Accor, Intercontinental à Paris. Mon école, ça a été les entreprises premium. Je me suis lancé parce que certains domaines cherchaient un agent et comme j’entamais la quarantaine, je me suis dit qu’être indépendant était un défi intéressant.

Et puis il y a eu la fermeture des restaurants et le confinement…
Immédiatement, j’ai fait un état des lieux des pertes et des emprunts. Que pouvais-je faire quand 90% de mon activité se fait avec les restaurateurs, 5% avec les entreprises et 5% avec les cavistes ? Il fallait continuer à vendre sans porter tort à l’activité des cavistes, alors j’en ai appelé aux entreprises et me suis aussi lancé dans la vente de vin à domicile. En 2 mois, j’ai sollicité mon réseau et commercialisé 2 500 bouteilles. Le maigre bénéfice que j’ai réalisé, je l’ai consacré à acheter des repas à emporter chez des restaurateurs qui sont mes acheteurs en temps normal : 50 € chez l’un, 70 € chez l’autre ; j’ai voulu faire vivre mes clients et entamer une démarche solidaire. J’ai aussi beaucoup communiqué avec Instagram sur leurs offres avec l’espoir d’apporter de la force morale.

Comment voyez-vous l’avenir ?
J’ai contacté les plus gros domaines de mon portefeuille afin qu’ils aident quelques restaurants. J’ai un temps imaginé que tous les agents du département se fédèrent pour récolter une somme qu’on aurait distribuée à des restaurants mais on s’est heurté à des problèmes de logistique et d’organisation. Les mois prochains seront difficiles et il va falloir sérieusement se retrousser les manches. Les bonnes idées seront cruciales en gardant toujours à l’esprit que le client a besoin de sincérité. Nous entrons dans une nouvelle ère, il faudra revenir aux bases : le bon produit, l’échange et arrêter le blabla.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.