Carnet de cave

Nouveau patio et 3 cuvées annoncées, le printemps est arrivé chez Chicoulon

 Mireur équipe cave chicoulon
Tomi le cuisinier au réel talent avéré, Fanny Julé la soeur d’Edouard Mireur (à d.)

Le Chicoulon fêtera ses deux ans le jeudi 25 avril prochain, l’occasion pour Edouard Mireur, son hôte, de présenter son nouveau patio entièrement relooké pour la circonstance : « Jusqu’ici, on en profitait à fond en été et pas assez en hiver, alors on a voulu l’intégrer plus encore à la cave pour y vivre toute l’année ». Edouard Mireur a donc confié à l’équipe des Architectrices, Coralie Aubert, Emilie Camélio et Stella Russo un cahier des charges « pour imaginer une terrasse confortable, agréable à vivre toujours dans l’ambiance qui a fait la réputation du Chicoulon ».
Il en résulte un espace aéré, couvert par un grand platane faisant écho à un mur végétal, des murs ponctués de miroirs et dames Jeanne, pavés de-ci de-là de zéliges soulignant l’ambiance méditerraneo-provençale de l’adresse.
D’ici-là, le 28 mars, Edouard Mireur présentera sa deuxième cuvée Chicoulon, un rouge millésime 2017, élaborée avec Florent Croce-Spinelli : « C’est mon ami de 20 ans et il travaille au sein du château familial Saint-Esprit, dans le Var, entre Lorgues et Draguignan » avance le jeune caviste. Leur vin est une heureuse combinaison de cépages autochtones (33% syrah, 27% mourvèdre, 30% cabernet sauvignon et grenache) et de modes d’élevage divers (barrique, cuve inox) générant un rouge répondant aux canons de l’AOP côtes-de-Provence : « On a recherché un profil plus aromatique, plus fin, frais et subtil que le millésime 2016 qui s’avérait puissant » explique Mireur. Ce 2017 est léger et digeste, « parfait à l’apéritif » mais accompagnera avec maestria une pièce de viande rouge qui révélera son caractère généreux, chaleureux et concentré. Les blanc et rosé Chicoulon 2018, eux, seront présentés le jeudi 25 avril ; énième occasion de faire la fête avec une équipe qui aborde la saison avec enthousiasme.

59, rue Grignan, Marseille 6e arr. Infos au 04 91 33 46 59. Déjeuner uniquement, au choix 2 entrées (7€), 2 plats (15 €) et 2 desserts (6€) ; verre de vin, 4,50 €.
Cuvée Chicoulon rouge 2017, 75cl, 15 € ; les blanc et rosé 2018, 75cl, 13 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.