Magazine

Jérôme Roy a quitté le Couvent des Minimes à Mane

Jérôme Roy
Emouvante photo du dernier service et de l’au-revoir d’un chef à sa brigade.

Jérôme RoyLe chef Jérôme Roy a quitté la direction des cuisines du restaurant gastronomique, le Cloître, et du bistrot, le Pesquier, du Couvent des Minimes à Mane, dans les Alpes de Haute-Provence. Il est remplacé par Gatien Demczyna “en poste depuis 1 mois et demi” affirme-t-on au sein de l’hôtel tout en refusant d’en dire plus. Jérôme Roy est reparti en Touraine. L’annonce a été officialisée ce 5 novembre dernier : le chef reprend, avec son épouse Valérie, l’Opidom, une table réputée de l’agglomération tourangelle, dans la commune de Fondettes. Un événement dans la région d’autant que depuis 4 ans Roy ne faisait plus mystère de sa volonté de revenir sur ses terres d’origine.

Jérôme Roy est né à Loches. Il a suivi les cours du lycée professionnel Albert Bayet de Tours. Il a débuté son parcours à Cordeillan-Bages chez Thierry Marx puis chez les Troisgros à Roanne durant 6 ans. Chef de cuisine à l’ouverture du Restaurant Pierre Gagnaire de l’hôtel des Airelles à Courchevel, il a également piloté l’ouverture du restaurant Pierre Gagnaire du Lotte hotel de Séoul en Corée où il a exercé 2 ans. Fidèle d’entre les fidèles, Pierre Gagnaire lui confie ensuite, 2 années durant encore, la tenue du restaurant Colette by Pierre Gagnaire à l’hôtel Sezz de Saint-Tropez. Jérôme Roy arrive au Couvent des Minimes à Mane en juin 2012, il y restera 7 ans et 5 mois avec un étonnant tableau de chasse : titre Grand de Demain 2016 au Gault & Millau (4 Toques 17/20) et 1 étoile au guide Michelin en 2016.

Gatien Demczyna, un Lyonnais épris de Provence

Gatien DemczynaGatien Demczyna, jusqu’alors chef exécutif, prendra le titre de chef dès la réouverture du restaurant gastronomique, le 12 février 2020. Du côté du Couvent des Minimes, on confesse qu’il est un “professionnel rigoureux (…), cueilleur de champignons à ses heures perdues”. D’origine lyonnaise Demczyna a débuté sa carrière comme chef de partie de 2000 à 2003 à l’Oustau de Baumanière avant d’occuper le poste de second de cuisine, 3 années durant, jusqu’en 2006, chez Bru, à Eygalières. Gatien Demczyna a également secondé Nicolas Sale au Grand Hôtel du Castellet avant de rejoindre, en avril 2009, le Cap d’Antibes beach hotel. Il y restera 1 an et 8 mois avant de rejoindre les cimes et le poste de chef exécutif au  K2 Altitude, restaurant le Montgomerie à Courchevel durant plus de 6 ans.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vite lu

Les vignerons d’Aix et de la Sainte-Victoire reçoivent le temps d’une soirée, dans leur domaine, dès 18h30, pour une visite accompagnée des vignes et du chais et, dès 20h, pour profiter d’un dîner assis servi in situ. Chaque repas sera préparé par un cuisinier (Edouard Loubet, Felipe Licandro, Yannis Lisseri, René Bergès et Éric Sapet) et les vignerons proposeront deux verres de dégustation pour accompagner le menu. Capacité d’accueil limitée à 30 personnes maximum pour respecter les consignes sanitaires et offrir le meilleur confort aux participants. Deux types de soirées sont  proposés : le panier pique-nique 35 €/personne et le dîner gastronomique 45 €/personne. Dates : 22 et 29 juillet, les 5, 12, 19 et 26 août. Infos complémentaires ici.

Art et vins à Trians (83) Chaque année, le domaine de Trians s’engage aux côtés des artistes en exposant leurs œuvres dans sa cave du XVIIIe siècle. Cette année, ce sont 6 artistes varois qui sont mis à l’honneur : Agnès Granier, Philippe Litou, Alain Farache, Geneviève Parizot et Mc Giletti. Exposition accessible à tous gratuitement, jusqu’à la fin août. Château Trians, chemin des Rudelles, 83136 Néoules ; infos au 04 94 04 08 22.

Fais mousser la 83 ! Château Saint-Maur, au cœur du golfe de Saint-Tropez en partenariat avec les Brasseurs de l’Esterel a imaginé cette bière comme un grand cru : fraîche, élégante et aromatique. Elevée 3 mois dans des barriques en chêne de vin blanc de Provence, elle est composée à 100% d’ingrédients naturels : des malts fabriqués à partir d’orge de printemps d’origine française et des houblons alsaciens, d’une belle finesse aromatique, à l’amertume très faible. Cet assemblage garantit un parfait équilibre entre puissance  aromatique et moelleux en bouche Au nez, notes de tête de vanille, puis arômes de porto blanc et de banane confite. En bouche, notes exotiques légèrement fumées et boisées. Très belle longueur. Légère et agréable sucrosité en fin de bouche. A découvrir chez votre caviste.