Magazine Var

Julie Chaix, Anissa Bouleistex et Fanette, les trois adresses au féminin de l’été

Julie Chaix

Les Baux de Provence (13)
La Benvengudo, hôtel-restaurant familial comptant parmi les institutions des Alpilles, a fait appel à Julie Chaix pour animer la saison 2020. Agée de 30 ans seulement, la chef qui a fait ses gammes chez Anne-Sophie Pic, à Valence et Alain Ducasse, à Monaco, promet fraîcheur et audace à la carte de cet été. « Il n’y a aucun sens à aller chercher des produits ailleurs alors que nous avons tout ce que nous voulons ici », martèle Julie Chaix, fille de maraîcher et provençale de naissance, respectueuse de la saisonnalité et de la fraîcheur des produits, sitôt cueillis sitôt servis. « Une assiette doit exprimer des saveurs mais aussi des valeurs. Je propose une cuisine simple mais savoureuse où seuls les produits de saisons et du terroir seront proposés aux clients », assure Julie Chaix qui porte un intérêt aigu aux sauces et jus. La Benvengudo, fondée par Daniel et Maryse Beaupied, est désormais dirigée par Carole, leur fille, et Viktor.
Déjeuner, menu à 32 € ; le soir, formules de 67 à 90 €.
• La Benvengudo, quartier de l’Arcoule (D78F), 13520 Les Baux-de-Provence ; infos au 04 90 54 32 54.

Anissa Boulesteix

Crillon-le-Brave (84)
Vous vous souvenez de Top Chef 2019 ? Alors vous vous souviendrez d’Anissa Bouleistex, ancienne candidate du jeu de M6 qui, après avoir frayé aux Airelles à Courchevel, et au Mandarin oriental, à Paris, avec Thierry Marx, a mis le cap au Sud. Situé à 40 km d’Avignon, l’hôtel de Crillon-le-Brave est un 5 étoiles ancré dans le petit village éponyme du Vaucluse. Un pays de vergers et de potagers, un pays de cocagne dont le melon de Cavaillon, les fraises de Carpentras, la figue longue noire de Caromb, l’agneau et les abricots Bergeron ont bâti la réputation. C’est dans cet environnement foisonnant que la chef de 26 ans propose les grands classiques, à l’instar de la pissaladière, et quelques plats iconiques, comme les rougets-couteaux et ail des ours ou le risotto aux asperges et salicornes. En fin de repas, une promenade dans le village, merveilleux labyrinthe de bâtisses des XVIIe et XVIIIe siècles, tapissées de vigne vierge, offre une vue panoramique à couper le souffle.
• Restaurant bistronomique la Table du Ventoux, menu déjeuner à partir de 29 € et dîner à partir de 39 €. Carte, 50 €. Restaurant gastronomique, formules dîner 110 et 135 €.
• Hôtel de Crillon-le-Brave, place de l’Eglise, 84410 Crillon-le-Brave ; infos au 04 90 65 61 61. 

Fanette

Fox-Amphoux (83)
L’aventure a débuté par une table d’hôtes voilà presque 10 ans et, le bouche-à-oreille fonctionnant à plein, Fanette et Pascal Aimé, les bien nommés, ont endossé la casquette de restaurateurs. A un jet de pierre des villages de Cotignac, Moissac et Aups, leur restaurant figure aussi parmi les étapes conduisant aux gorges du Verdon. De la truffe, des légumes de potager, de l’agneau et du gibier en période de chasse, cette table incarne on ne peut mieux la cuisine au féminin, la cuisine de maman soignant chaque assiette comme elle le ferait pour ses enfants. D’une nature aussi discrète qu’heureuse, Fanette est titulaire du titre de maître restaurateur ; l’adresse dispose de quelques chambres, histoire de prolonger le plaisir d’un séjour authentique.
• Menus déjeuner et dîner 33, 47 et 59 €
• La table de Fanette, 298, chemin des Pouvets, 83670 Fox-Amphoux ; infos au 04 94 80 72 03.

Photos Matthieu Salvaing et DR

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter