Art de vivre Var

Saisons & Saveurs à Forcalqueiret : une bonne raison pour fuir la côte

La passion est-elle héréditaire ? On peut le croire avec l’arrivée sur la place d’un tout jeune restaurant inauguré voilà 3 mois à Forcalqueiret dans le Var. A sa tête, Morgan Aimé, le fils de Fanette et Pascal Aimé, les fondateurs de La Table de Fanette à Fox-Amphoux. Morgan Aimé a appris le métier à Marseille au lycée hôtelier de Bonneveine et a obtenu un bac « service et commercialisation restauration ». De la Bonne Etape de Jany Gleize, à Château-Arnoux, à l’hostellerie de l’Abbaye de la Celle, à côté de Brignoles, le jeune Varois s’est rompu au métier avant de rejoindre le restaurant familial.

Saisons & Saveurs
(de g. à d.) Enzo di Garbo, Morgan Aimé et Karine Dezzani

Quelques années et une quarantaine de kilomètres plus tard, le voici à Forcalqueiret mettant en scène un « atelier contemporain, moderne et dynamique ». Et parce qu’on est plus fort quand on est uni, Morgan Aimé s’est entouré de la fidèle Karine Dezzani, une amie de la famille qui a pris la salle en charge. Côté cuisine, Morgan a fait appel à un Marseillais, âgé de 28 ans : Enzo di Garbo. Le parcours de ce dernier est pour le moins éloquent : di Garbo a travaillé trois ans chez Paul Bocuse à Collonges-au-Mont-d’Or, formé par le Meilleur Ouvrier de France Olivier Couvin. Il a aussi exercé à Macao au Dôme, le restaurant de Joël Robuchon. De ces deux expériences, il a gardé la base classique des recettes du Lyonnais et le sens du dressage du pionnier médiatique de la nouvelle cuisine. Suivront quelques années à Lausanne en Suisse, à l’hôtel Royal Savoy où il participe à la réouverture du restaurant de Marc Haerbelin avant de s’initier à la cuisine légère et aux cuissons courtes de Carlo Crisci.

Saisons & SaveursDésormais installé dans le Var avec sa compagne, marseillaise elle aussi, Enzo di Garbo compose une carte courte à base de produits locaux : asperges de Pertuis, lentilles de Rocbaron, œufs fermiers de Pontevès, pissenlits sauvages de Hyères et légumes d’Aubagne. Le Var, terre d’inspiration, dessine les contours d’une carte où le chèvre pané de Rocbaron au miel et mesclun voisine avec la fraîcheur de gambas cuites en basse température-piquillos et ricotta, où la daurade royale de tamaris-panisse et betteraves de Gardanne le dispute au rouget farci-purée de courgettes d’Aubagne, mini-légumes et sauce vierge. Saisons & Saveurs, une adresse envisagée comme une halte lors des prochains périples estivaux, loin des turpitudes de la côte varoise.

Saisons & Saveurs, quartier Les Fougoux, rond-point entre la RD43 et la D15, 83136 Forcalqueiret ; infos au 04 98 14 20 35 et 06 17 29 01 67.
Plat du jour 14,50 € ; formules 17,50, 25 et 32 €. Carte 35 €.

Photos Marie Tabacchi

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.