En direct du marché

En jus, taillés, nectars, confitures… Kookabarra, le fruit dans tous ses états

KookabarraSe doutait-on que Jérémie Marcuccilli connaîtrait un tel succès avec une gamme de jus de fruits premium ? Kookabarra souffle ses 12 bougies à Avignon cette année, l’occasion de revivre une success story savoureuse qui prend sa source en Australie où Jérémie a décroché son Master of Business Administration. C’est au pays des kangourous, que ce grand sportif a découvert la passion des autochtones pour les bars à jus : « De retour en France, je me suis alors demandé comment les hôteliers pouvaient proposer des jus de qualité lorsqu’ils doivent gérer 100, 200, 300, 500 chambres, relève-t-il. J’ai donc réalisé une étude marché autour des restaurateurs et des hôteliers qui s’est avérée favorable. A cette époque, le Marché d’intérêt national (Min) d’Avignon louait des locaux in situ, c’était donc le moment de me lancer. J’ai débuté avec 12 000 € en poche, aujourd’hui Kookabarra réalise 4 millions de chiffre d’affaires par an et emploie 17 personnes ».

Cet ancien élève d’HEC a fait le choix de proposer à tous les professionnels français, mais aussi aux particuliers du Sud-Est, des confitures, fruits coupés, céréales et, surtout, des jus de fruits haut de gamme n’ayant subi aucune transformation. Le concept Kookabarra : un jus de fruits à 100%, aucun ajout en sucre, ni conservateur. Les approvisionnements régionaux et internationaux se font sur la base d’un cahier des charges établi conjointement entre les producteurs et l’acheteur. Sans surprise, c’est le jus d’orange qui cartonne “avec 49% des ventes, c’est l’incontournable du petit-déjeuner ». Avec la création de 6 à 10 nouvelles références chaque année, Kookabarra vit au pas de charge “surtout en été avec des pics atteignant les 400 bons de livraisons par jour » compte Jérémie Marcuccilli.

kookabarraUne Rolls-Royce à jus
Pour obtenir ses jus haut de gamme, Jérémie a tout misé sur un outil qu’il a baptisé “ma Rolls Royce”. Cette machine brevetée permet d’extraire à l’aide d’une seringue le jus et tous les bienfaits du fruit. “L’avantage de cette méthode vient de l’absence de contact direct entre la seringue, la peau et le jus, sinon cela engendrerait un produit de moins bonne qualité” précise l’entrepreneur. Cette machine permet de presser près de 500 fruits à la minute, soit de remplir de 2 000 à 2 500 bouteilles à l’heure : « Il y a deux ans, on produisait 500 bouteilles à l’heure et cet outil nous a permis d’accroître nos parts de marché. De plus il me semblait important d’extraire à froid afin d’éviter les traitements thermiques ou un quelconque ajout. Après extraction du jus, on l’embouteille dès qu’il atteint 2°C ». Dès la réception des bouteilles, le client doit conserver son jus de fruit entre 0 et 4°C. Sans jamais rompre la chaîne du froide, les jus ont une durée de vie de 14 jours sans altérer les qualités gustatives et les bienfaits.

Tout en citant Racine – “Qui veut aller loin ménage sa monture” – Jérémie Marcuccilli s’appuie aussi sur les valeurs humanistes qui animent son esprit d’entreprise : “J’insiste sur l’importance de l’esprit d’équipe et les valeurs humaines, l’esprit de curiosité et le sens de l’autonomie car il n’y a rien de plus valorisant que de proposer un environnement où l’humain peut s’exprimer et créer de nouvelles choses”. Un discours qui, au-delà de la qualité des jus, a permis à Kookabarra de séduire plus de 500 clients.

Marie Riera

Jus Kookabarra, 135, avenue Pierre-Semard, 84000 Avignon ; infos au 04 32 70 20 69.

En bref

Ban des Vendanges à Visan Pour cette 5e édition, les festivités débuteront à 17h, par un concert de l’orchestre de chambre de Lyon, dirigé par Vincent Balse (concerto pour piano en la majeur KV 488 de W.A. Mozart ; concerto pour 2 violons en ré mineur de J.-S. Bach ; quintette pour piano et cordes de N. Kapustin ; valse sentimentale de I. Tchaïkovski ; Azul Tango de R. Galliano).
A l’issue du concert, le défilé des membres de la confrérie Saint-Vincent de Visan, (une des plus vieilles confréries bachiques de France) intronisera quatre personnalités sur la place du Jeu de Paume. Un buffet sera ensuite dressé dans la cour de l’hôtel de Pellissier où seront servies les cuvées de 10 caves et domaines de l’appellation. A l’origine du ban des vendanges, le seigneur local levait une bannière à ses armes, d’où le nom de ban, ce qui levait l’interdiction de ramasser du raisin et non pas l’autorisation de commencer la vendange. Le raisin était goûté par les autorités compétentes qui déclaraient qu’il était mûr. La récolte et le foulage pouvaient alors commencer. Infos et réservations au 04 90 41 97 25 ; tarif : 30€.

Arles, expo au chardon Du 1er août au 30 septembre, le restaurant accueille l’exposition du photographe Samir Ben Rahma : “les Catalanes”. “Nous sommes honorés d’accueillir sur nos murs et pour le plus grand bonheur de vos pupilles, de votre mémoire, de la mémoire des Marseillais, cette expo qui est un hommage au passé, aux femmes et à leurs années glorieuses !” explique l’équipe du restaurant, réputé pour accueillir tout au long de l’année des chefs en résidence, des vignerons, des artistes et des bons vivants. 37, rue des Arènes à Arles ; infos au 09 72 86 72 04.

Les Musicales dans les Vignes jusqu’au 30 août, vingt-cinq domaines de renom célèbrent la noblesse du vin en musique avec des concerts uniques au fil de l’été… Des instants musicaux suspendus dans des lieux d’exception. Et il y en a pour tous les goûts : jazz, classique, tango argentin, flamenco, musique tzigane, klemer, russe, etc. Un tour du monde. Infos et inscriptions 06 60 30 32 90 et http://lesmusicalesdanslesvignes.blogspot.com/

Abonnez-vous à notre newsletter