Brignoles

La Foire de Brignoles dédie un week-end complet à la gastronomie, samedi 20 avril et dimanche 21 avril prochain. Durant deux jours, des chefs se succèderont en cuisine pour mettre à l’honneur le terroir, la filière ovine varoise, la pâtisserie et les Vins de Provence. Julien Tosello, Benoît Witz, Pascal Barandoni, Nicolas Pierantoni ont déjà confirmé leur participation. Recettes autour de l’agneau, démonstrations à 4 mains où les chefs déclineront un produit de saison en version salée et sucrée, astuces pour pâtisser vegan mais avec gourmandise, recettes pour composer un apéro provençal de qualité et accords mets et vins seront commentés par un oenologue en partenariat avec les Vins de Provence.
• Toutes les infos sur la foire de Brignoles, ici

Marseille

► Ouverture de la citadelle le 4 mai Après avoir ouvert temporairement l’été dernier (elle était fermée au public depuis plus de 350 ans !), la citadelle autrement connue sous les noms de Fort Saint-Nicolas ou Fort d’Entrecasteaux, ouvre ses portes au grand public, et cette fois de façon pérenne. Cet été, de nombreux évènements attendront les visiteur : visites théâtralisées, concerts, escape games, accès aux jardins, le tout avec bar et  un restaurant qui seront dorénavant ouverts toute l’année.

► Kouss-Kouss festival le rendez-vous de la rentrée revient cette année du 29 août au 8 septembre. Au programme, des centaines d’établissements qui proposeront leur version de ce plat emblématique, avec pour thème cette année : « 1001 graines ». Le 31 août, 5 000 couscous seront servis et offerts sur le Vieux-Port dans le cadre de l’Été marseillais par la Ville de Marseille et l’office de Tourisme.

Marseille

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.
Juan Pulgarin… le come back. Le plus célèbre colombien de la ville reviendra d’ici le mois de mai rue d’Aubagne pour nous y régaler des spécialités qui ont bâti sa réputation.

Une bière à la navette. Ils étaient tous là, jeudi 4 avril au soir, sur la place de Lenche, à goûter et célébrer cette nouvelle bière de la brasserie la Minotte. Une bière blanche aux accents marseillais, aux parfums des navettes des Accoules ! Bien sûr, José Orsoni dit-Jo Navettes, et ses enfants, Marie-Julie et Clément étaient de la fête, pas peu fiers de cette création à laquelle ils ont participé (surtout Clément)… Une bière ultra fraîche, très peu amère qui a nécessité 20 kg de biscuits par brassin et quelque 2 mois de fermentation. A découvrir à la Descente des Accoules (le caviste du 4, rue de l’Evêché, 2e), au Café du théâtre (12, place de Lenche, 2e) et dans tout le réseau des revendeurs des bières La Minotte.
• Infos au 04 91 90 99 42

Suis-nous sur les réseaux

Restaurants en Provence

La Bastide Massimo, un merveilleux et rarissime (nouveau) jardin en ville

bastide massimo le Grand PastisTrès régulièrement, la question se pose : où peut-on manger dans un jardin ? Dans une ville au climat aussi clément, Marseille ne compte pas 5 bonnes tables dotées d’un jardin, atout précieux dès qu’arrivent les beaux jours. Massimo rejoint ce club très, très restreint, dans un périmètre encore confidentiel. La Bastide Massimo, c’est, tout au sommet d’une ruelle pas plus large qu’une voiture, un petit portail derrière lequel, des marches en terre cuite conduisent à un merveilleux jardin dominant Marseille. A l’ombre des arbres, on jouit d’un point de vue atypique, entre Blancarde et Montolivet, à un jet de pierre de Saint-Barnabé, sur une ville à l’architecture chaotique.
Massimo parle italien, il en a gardé l’accent et les goûts. Sa carte propose de la charcuterie toscane, des aubergines parmesane, des penne aux scampi, des spaghetti tomate fraîche et basilic ou à l’encre de seiche. Des gnocchi (gorgonzola et speck, aux cèpes), risotti (milanaise parmesan-prosecco), des bocconcini… On hésiterait des heures. Un foie de veau vénitienne ? Un filet de loup à la plancha ?
Trois flûtes de prosecco plus tard, la table jette son dévolu sur les beignets croustillants aux artichauts et fleurs de courgette, sur une salade de poulpe, des supions sautés, et un tartare de tomates-burrata crémeuse et fondante. Le charme des antipasti, c’est le partage, rythmé des tintements de verre lorsqu’on trinque. Dans le fond, le ciel prend sa couleur encre de Chine et les immeubles commencent à scintiller. Les produits sont frais, les parfums appuyés. Lorsqu’arrivent les linguine aux clovisses, il n’y a déjà plus de prosecco. Les pâtes cuites al dente baignent dans une huile d’olive ardente qui se fracasse sur des notes aillées et iodées, nées des coquillages qu’on suçote sans gêne.
La carte des desserts, sans surprise, reste de bon goût : affogato (café expresso, glace vanille, chantilly), baba au limoncello, crème brûlée à la pistache. le mi-cuit au chocolat aurait pu être banal mais proposé noir, intense et peu sucré, il n’en prend que plus d’intérêt. Alors faut-il y aller ? Mais oui bien sûr, ne serait-ce que pour voir Massimo déambuler d’une table à l’autre, la mine ravie. Cette adresse fait déjà saliver de grands noms de la restauration marseillaise qui rêvent de racheter l’affaire. Cet été, ceux qui restent en ville savent désormais where is the place to be.

La Bastide Massimo, 30, rue Poucel, Marseille 4e arr. ; résas au 09 86 26 56 72. Carte 35-40 €.

D’autres tables d’inspiration italienne : chez Marco, le Limone

2 commentaires

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.