Marseille Restaurants en Provence

La brasserie Emile, grand style au rond-point du Prado

Brasserie Emile

Une nouvelle brasserie vient d’ouvrir ses portes sur le Prado, à un jet de pierre du cinéma Le Chambord, c’est une ancienne adresse à sushis et un restaurant indien qui ont fusionné sous le nom d’Emile 1933. Une brasserie d’un côté, un pub de l’autre, et un très beau décor qui reflète la volonté des trois associés de respecter et soigner leurs clients. Dan, Christophe et Stéphane, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, ont donné le nom d’Emile à ce projet tout de laiton et de marbre aménagé. Un prénom pour rendre hommage à la mémoire du grand-père de l’un des trois amis et une date, 1933, pour rappeler sa date de naissance.
Le comptoir de bois et de marbre blanc nervuré, les miroirs vieillis, les tables cerclées… le chantier a demandé un an de travaux et tout le talent du décorateur Bruno Mascolo. En cuisine, le chef Hervé Fodera espère, à terme, réunir une brigade de 5 ou 6 éléments. En salle, une quinzaine de personnes en tout s’affaire pour faire battre le cœur de ce bateau ouvert 7 jours sur 7, dès 6 heures du matin, proposant un service continu.

La carte d’Hervé Fodera puise dans les standards de la brasserie, du ceviche de daurade aux œufs coque-mouillettes, de la terrine de foie gras à la fraîcheur de lentilles bœuf de cecina. Elle s’appuie sur un gros travail sur les jus et les sauces comme la saucisse gourmande-purée, la blanquette de veau et la bourride blanche émulsionnée. « Le bistrot dans ses plus grands classiques » insiste le chef entre une entrecôte de Salers-os à moelle et les tripes gratinées.
Le déjeuner s’articule autour d’un pavé de quasi de veau-jus court au thym-gratin dauphinois et d’un carré d’agneau en croûte d’herbes-croquants de légumes. Ces deux plats ont en commun une viande d’exceptionnelle qualité cuite avec une troublante sensibilité. L’agneau rosé et assaisonné à la perfection rivalise avec le quasi aux arômes délicats de garrigue. Tendreté des chairs et contraste avec ces frites fraîches maison parfaites de croustillance, dorées à donf, salées juste comme il faut pour se lécher les doigts. Quel plus bel hommage rendre à un cuisinier que de se lécher les doigts ? Les gens bien éduqués devraient plus souvent se lécher les doigts, ça les empêcherait de dire n’importe quoi dans les dîners en ville.

Et parce qu’il fallait un final à la hauteur de ces agapes, c’est l’entrée de Léa Bizalion qui revient sur la scène marseillaise, titulaire, cette fois, de la carte des desserts. Mousse chocolat, tarte au citron, soupe de fraises… Léa aiguise ses armes et va monter en puissance dans les prochains jours, prouvant qu’elle est capable de grandes choses. Son millefeuille, craquant et fondant, son île flottante, baignée de crème anglaise au cœur surprise ne souffrent aucun reproche.
Alors peut-on aller déjeuner (ou dîner) à la brasserie Emile 1933 ? Oui absolument car vous y découvrirez une cuisine très humaine s’appuyant sur des produits irréprochables qui doivent tout à leur cuisson et aux assaisonnements : « Un légume, une viande ; au moins on touche, mieux c’est », professe le chef qui voit juste. Oui encore car l’équipe est motivée, le service plein de bonne volonté et de gentillesse. Oui parce que la cuisine a placé la barre haut et a le niveau pour respecter ses exigences. Et oui… parce que c’est très bon.

Brasserie Emile, 279, avenue du Prado, Marseille 8e. Ouvert 7/7j, déjeuner et dîner. Carte 50 €. Cocktails signature 14 €. Qualitative carte des vins.

4 Comments

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • J’ai été ravie de revenir samedi soir dans cet établissement chic et élégant. C’est un plaisir d’être accueillie avec le sourire par les patrons et l’équipe. La carte vous ouvre l’appétit, j’avais hâte de savourer. Les prix sont très corects, l’équipe a été professionnelle et souriante. Et puis on a fini la soirée juste à côté au pub Emile 1933. Le pub est aussi beau que le restaurant, idem concernant l’équipe. Romain est au top et plein d’énergie, souriant. J’ai passé une soirée de folie. Hâte d’y retourner souvent. Ces deux établissements sont irréprochables sous toutt rapport. A bientôt car j’ai hâte de revenir chez vous, Rita.

  • Un restaurant à conseiller très rare sur Marseille ! Cuisine excellente, personnel très agréable, des serveurs par excellence avec une belle tenue à l’exemple même de ce type de restaurant. Enfin ça fait du bien de retrouver les vrais classiques, l’amabilité, la bonne cuisine, la propreté et le style. J’ai hâte que le bar à vin ouvre ses portes.

  • J aime beaucoup cet endroit chic et bon et j espère tellement qu il le restera sans être contaminé par la mentalité marseillaise !!
    Hier j ai pris leur andouille à la moutarde bonne mais pas assez grillée avec leurs frites maison noires comme cuites ds une huile qui avait déjà trop été utilisée.. dommage !
    Par contre ma pavlova aux fruits était tres bonne !
    Attention aussi au tapis de terrasse déjà usé et troué ds lequel il’edtbfacile de se prendre les pieds !
    Bel établissement personnel classe… surtout surtout restez le !

    • Madame, le chic et le « classe » des uns ne sont pas souvent ceux des autres.
      J’ai d’ailleurs souvent constaté que ceux qui se prévalent d’un certain milieu n’en ont ni l’histoire familiale ni les usages.
      Il vaut donc mieux éviter les expressions du type « mentalité marseillaise » car c’est méprisant, insultatnt et je mets quiconque au défi de définir les contours de cette « mentalité marseillaise ».
      Se moquer de Marseille et de ses habitants est courant « dans certains milieux » qui, je vous l’assure, n’ont rien de plus reluisant que la mentalité marseillaise.
      Avec les salutations d’un Marseillais de souche.

Arles

► Céline la camarguaise. Elle s’est fait connaître en chantant les charmes du nomadisme en cuisine mais, finalement, Céline Pham a posé ses valises à Arles, l’été dernier. Suivant à la lettre les conseils de l’ami Armand Arnal qui lui a conseillé l’adresse, face à l’hôtel Voltaire, la cuisinière a jeté son dévolu sur une ancienne chapelle de 1224, ouvrant sa cuisine sur la salle. Fini le pop-uping et les restos éphémères : bistrot à la mi-journée, Inari se fait bistronomique en soirée. En référence à la déesse japonaise du riz et de la fertilité, Inari sert une cuisine inspirée des origines vietnamiennes de Céline. Thon rouge de ligne, aji verde, riz de Camargue soufflé, cébettes, shiso rouge, matcha et huile de sésame expliquent son succès.
Inari, 16, place Voltaire, 13200 Arles ; 09 82 27 28 33. Déjeuner 21, 35 et 41 € ; soirée, 51 €.

Var

Automne des Gourmands.- Le samedi 8 octobre, la 7e édition du festival sera parrainée par Pascal Barandoni, vainqueur d’Objectif Top Chef et chef au Mas du Lingousto. Cette journée mettra à l’honneur la saisonnalité, le terroir local et la découverte du goût. Rendez-vous esplanade Charles De Gaulle où seront installés la cuisine des chefs, le Bar des Gourmands et le marché de producteurs et artisans. L’après-midi, la cuisine accueillera Magali Armando,chef à domicile, et Guillaume Lecomte, chef chez Olives & Beurre Salé à Sanary-sur-Mer. A ne pas manquer non plus, de 10h à 13h, des ateliers peinture avec des ingrédients de cuisine animé par « Avec les mains » (3-6 ans). De 10h à 17h, ateliers sur le recyclage alimentaire et la confection de pâtes de fruits. Toute la journée, commerçants, producteurs et artisans proposeront leurs produits du terroir à savourer sur place ou à emporter. Au déjeuner, les visiteurs savoureront leurs trouvailles à l’espace pique-nique ou dans les restaurants du village.
Samedi 8 octobre 2022 de 10h à 18h au Beausset dans le Var, accès gratuit, infos au 04 94 90 55 10.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Une mozzarella 100% marseillaise.-  La Laiterie marseillaise reste fidèle à sa vocation pédagogique visant à voir et comprendre comment on fabrique des produits laitiers. Aussi, la boutique s’est-elle dotée d’un laboratoire visible depuis une grande baie vitrée. Nouveauté de la rentrée, la Laitterie lance des ateliers de fabrication de mozzarella et burrata pour adultes. À travers la fabrication de ces deux fromages, toutes les étapes de la transformation fromagère seront abordées et réalisées par les participants. Audelà de l’aspect ludique, c’est une vraie acquisition de savoirfaire qui est proposée : après ces 2 heures d’atelier, chacun repartira avec ses réalisations et un livret récapitulatif. Inscription sur le site web de la Laiterie Marseillaise ou se rendre en boutique !

www.lalaiteriemarseillaise.fr Tarif : 55 € par personne.