Marseille Restaurants en Provence

Le Caribou, l’autre très bonne adresse de la place Thiars

le Caribou

Après une très longue période de sommeil, le Caribou, tel un Phénix, renaît de ses cendres et contribue au revival de la place Thiars. Face à la fontaine, la façade, façon chalet haut-alpin, demeure elle aussi, suscitant curiosité et amusement chez les touristes. Pour les Marseillais, elle fait partie intégrante du patrimoine, pour les autres, c’est un sujet d’étonnement. L’équipe qui s’est emparée du Caribou est jeune, tonique et pleine d’allant. Chez eux, le sens de l’accueil et la bonne humeur se ressentent dans le timbre de la voix : – La bière c’est de la Pietra et l’eau c’est de l’Orezza, c’est une manière de se souvenir des anciens propriétaires », dit le serveur, en hommage à la famille Catoni… Les Corses apprécieront.
La carte du Caribou a tout misé sur les valeurs sûres : panisses-sauce yaourt citron et piment, gorgonzola à la louche-fruits secs et confiture de griottes, planches et salade de chèvre chaud confortent les moins téméraires. Il y a aussi les classiques tagliata de bavette angus sauce chimichurri, la côte de veau panée milanaise et les ribs de porc laqués au miel et romarin. Des plats rassurants et exécutés le petit doigt sur la couture.

Parmi les plats phare du Caribou, il y a le poulpe grillé à l’extraordinaire tendreté et le filet de loup à la crème d’aïoli. Vous le saurez, nous on a fait notre devoir de vous informer… A midi, la salade César se distingue par son blanc de poulet croustillant, servi encore tiède, et son œuf mollet. L’assiette est parfaite mais trop sage : quelques lanières de lard grillé auraient apporté un petit côté coquin supplémentaire pas désagréable. La tagliata est demandée saignante, servie parfaitement cuite. Les conversations à table s’enchaînent, preuve que tout le monde se régale et que rien ne vient perturber l’harmonie du déjeuner.
Une belle coupe de chantilly maison (parfaitissime) sur des fraises naturellement sucrées et un tiramisu plus tard, on boit un expresso des cafés Luciani. De la salle à la terrasse, les touristes ont déferlé. Alors faut-il aller manger au Caribou ? Oui si vous aimez le poulpe et le service gentil de l’équipe. Oui si vous aimez les produits frais et les cartes sans éclat mais qui respectent leurs promesses. Oui pour le rapport qualité-prix. Voilà, vous pouvez y réserver un prochain repas avec l’assurance de passer un bon moment.

Le Caribou, 38, place Thiars, Marseille 1er ; 04 91 59 05 17. Ouvert 7/7j. Formule midi 16 €. Suggestions de 20 à 28 €, desserts 8 €. 

 

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Arles

► Céline la camarguaise. Elle s’est fait connaître en chantant les charmes du nomadisme en cuisine mais, finalement, Céline Pham a posé ses valises à Arles, l’été dernier. Suivant à la lettre les conseils de l’ami Armand Arnal qui lui a conseillé l’adresse, face à l’hôtel Voltaire, la cuisinière a jeté son dévolu sur une ancienne chapelle de 1224, ouvrant sa cuisine sur la salle. Fini le pop-uping et les restos éphémères : bistrot à la mi-journée, Inari se fait bistronomique en soirée. En référence à la déesse japonaise du riz et de la fertilité, Inari sert une cuisine inspirée des origines vietnamiennes de Céline. Thon rouge de ligne, aji verde, riz de Camargue soufflé, cébettes, shiso rouge, matcha et huile de sésame expliquent son succès.
Inari, 16, place Voltaire, 13200 Arles ; 09 82 27 28 33. Déjeuner 21, 35 et 41 € ; soirée, 51 €.

Var

Automne des Gourmands.- Le samedi 8 octobre, la 7e édition du festival sera parrainée par Pascal Barandoni, vainqueur d’Objectif Top Chef et chef au Mas du Lingousto. Cette journée mettra à l’honneur la saisonnalité, le terroir local et la découverte du goût. Rendez-vous esplanade Charles De Gaulle où seront installés la cuisine des chefs, le Bar des Gourmands et le marché de producteurs et artisans. L’après-midi, la cuisine accueillera Magali Armando,chef à domicile, et Guillaume Lecomte, chef chez Olives & Beurre Salé à Sanary-sur-Mer. A ne pas manquer non plus, de 10h à 13h, des ateliers peinture avec des ingrédients de cuisine animé par « Avec les mains » (3-6 ans). De 10h à 17h, ateliers sur le recyclage alimentaire et la confection de pâtes de fruits. Toute la journée, commerçants, producteurs et artisans proposeront leurs produits du terroir à savourer sur place ou à emporter. Au déjeuner, les visiteurs savoureront leurs trouvailles à l’espace pique-nique ou dans les restaurants du village.
Samedi 8 octobre 2022 de 10h à 18h au Beausset dans le Var, accès gratuit, infos au 04 94 90 55 10.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Une mozzarella 100% marseillaise.-  La Laiterie marseillaise reste fidèle à sa vocation pédagogique visant à voir et comprendre comment on fabrique des produits laitiers. Aussi, la boutique s’est-elle dotée d’un laboratoire visible depuis une grande baie vitrée. Nouveauté de la rentrée, la Laitterie lance des ateliers de fabrication de mozzarella et burrata pour adultes. À travers la fabrication de ces deux fromages, toutes les étapes de la transformation fromagère seront abordées et réalisées par les participants. Audelà de l’aspect ludique, c’est une vraie acquisition de savoirfaire qui est proposée : après ces 2 heures d’atelier, chacun repartira avec ses réalisations et un livret récapitulatif. Inscription sur le site web de la Laiterie Marseillaise ou se rendre en boutique !

www.lalaiteriemarseillaise.fr Tarif : 55 € par personne.