Magazine

La Chapelle ouvre ses portes, le chef Adonis Gana entre en scène

La Chapelle accueillera ses premiers visiteurs et clients vendredi 23 octobre. L’occasion pour le chef Adonis Gana et son associée à la ville et dans la vie, Emma Gruer, de donner corps à un projet aux multiples facettes. Pour les Avignonnais, c’est aussi, et surtout, l’occasion de découvrir le travail de ce cuisinier autodidacte de 37 ans, originaire de Haute-Loire, dont le parcours professionnel l’a conduit aux quatre coins du globe, de l’Angleterre au Brésil, du Sénégal à Avignon. En Provence, Adonis Gana, qui se revendique “passionné de cuisine, vraiment”, a travaillé comme second du chef Nicola Vié au Moulin de Vernègues ; digne représentant de la cuisine fusion, il confie une dilection pour “les goûts du monde”.

“J’aime les épices, les condiments, jouer les associations”, dit-il, énumérant le zaatar, le sésame noir, la pâte miso, l’huile de palme africaine et ses opulentes saveurs. Sous les voûtes de la Chapelle, Adonis Gana proposera une ardoise révisée chaque jour au gré du marché, des saisons, des humeurs et des retours clients. “Je serai très porté sur la naturalité, la nature sera mon fil conducteur” assène-t-il. Seul en cuisine, le chef proposera 3 entrées, autant de plats et deux desserts, à l’instar du capuccino de butternut aux marrons-noisettes et girolles bresaola croustillante, du filet de bœuf cuisson longue sous-vide en déclinaison automnale grenailles et choux de Bruxelles travaillés au beurre ou de cette daurade snackée et carottes goût miso-sésame noir et wakamé.
Cette naturalité affichée et revendiquée se retrouve à la carte des vins, tous bio et majoritairement nature, “des vignobles indépendants comme nos amis du domaine de la Ferme Saint-Martin”, poursuit le cuisinier. 

“C’est la première fois que je tiens table à Avignon, confie le chef un rien ému dont la salle comptera 32 couverts assis et proposera une carte de tapas au comptoir. Lorsque je me balade dans les rues, je constate la diversité de l’offre des restaurants, cette ville aime tout et la diversité alimentaire surtout” analyse-t-il. A l’heure du dessert, une poire pochée cardamome-crémeux saveurs de tchaï indien, Adonis Gana pense déjà à la prochaine carte : “Il y aura de la patate douce pourpre, c’est un légume racine à la couleur violette profonde. Ça donne des chipes, des purées et des desserts fantastiques ! “. La machine créative est en marche.

La Chapelle, 14, rue Saint-Bernard à Avignon ; infos et résas au 06 68 32 91 56. Fermé mercredi, le lundi soir, mardi soir. Carte 40 €.

La Chapelle après la caravane

Emma Gruer Adonis Gana

Vous l’avez aimée dans sa boutique les Plumes du Paon, rue de la Bonnetterie, la voici qui revient dans un projet mené conjointement avec Adonis Gana. Emma Gruer ouvre les portes de la Chapelle vendredi 23 octobre prochain et donne corps à son rêve. “Ce lieu mêle tout en même temps la gastronomie, l’artisanat d’art, les expositions et a pour vocation de solliciter les 5 sens en permanence, s’amuse cette charmante commerçante, bouillonnante d’idées. Dès la fermeture de sa boutique de centre-ville, Emma Gruer et Adonis Gana ont sillonné les routes de Provence avec une caravane vintage, aménagée en boutique, réunissant les créations d’une douzaine d’artisans d’art. Se rendant sur des événements publics et privés, la caravane proposait en outre, des happenings culinaires et des concerts. L’accueil du public a suffi à convaincre les deux entrepreneurs de la justesse de leur projet. Sur une surface de 150 m² à l’intérieur et tout autant à l’extérieur, la Chapelle est dotée de deux cours végétalisées. Des concerts, un restaurant mais également l’exposition des travaux des membres de l’association des Fabricateurs y seront présentés. Un concept-store à découvrir.

1 commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Découvert hier accompagnés d’amis, ce lieu de délices, découvertes et surprises, à l’abri du tumulte sympathique du festival, nous a absolument séduits ! L’accueil et les mets sont à l’unisson pour votre plaisir ! Et la boutique ! Un très bon moment passé dont nous parlerons autour de nous. Marie-Françoise

Numa Muller chez Madame Jeanne Longtemps annoncée et attendue, l'arrivée de Numa Muller chez Madame Jeanne, le restaurant de la Maison Buon, rue Grignan (6e arr) est officielle. Le chef a pris possession de la cuisine et propose pêle-mêle une tête de thon de ligne, un loup-concombre compressé et abricot fermenté-lait ribot et chips de riz-seiche, un thon et abricot au sel-herbes et fleurs du littoral et huile de feuilles de figuier eau de concombre. A suivre, 86, rue Grignan, Marseille 1er ; infos au 04 86 26 54 16.

Elie Kalamouka n'est plus Son nom restera indéfectiblement attaché au Mas, restaurant de la rue Lulli (1er) qu'il avait cofondé avec Robert Lenoir. Elie Kalamouka s'est éteint vendredi à 87 ans non sans susciter une vive émotion chez tous ceux qui avaient pris l'habitude de dîner chez lui. Le Mas était l'une des rares tables ouvertes toute la nuit, attirant noctambules et artistes qui, en fin de spectacle, venaient s'y détendre. Il était paar ailleurs administrateur du festival Jazz des Cinq Continents. La crise sanitaire a été fatale au Mas qui a été placé en liquidation judiciaire. Ce décès tourne définitivement la page des années 1980 à Marseille...

Abonnez-vous à notre newsletter