En direct du marché

La clémentine pour affronter la saison froide

Cultivées essentiellement en Espagne et au Japon, les clémentines consommées par les Français proviennent pour leur part de Corse. Ses apports riches en vitamine C et pauvres en calories lui permettent de se vanter d’être un produit incontournable lors des saisons automnale et hivernale. Idéale pour s’intégrer dans une alimentation saine et équilibrée, les clémentines peuvent être consommées autant au petit-déjeuner, qu’en dessert ou au goûter.
Les spécialistes considèrent l’origine de la clémentine comme étant encore mystérieuse. Certains pensent qu’elle provient d’Algérie. Elle aurait été découverte par Clément Rodier entre 1900 et 1902, dans la région d’Oran, d’où son nom de « clémentine ». D’autres estiment que le fruit vient de Chine. Issues d’un croisement entre la mandarine et la bigarade (orange amère), les quatre variétés les plus connues sont les clémentines de Corse, espagnoles Oroval et Hermandina, marocaines Caffin et Carte Noire.

A déguster dans quelques jours
Les 135 producteurs des clémentines de Corses s’apprêtent à cueillir entre 18 000
et 20 000 tonnes de ce fruit issu des 520 000 clémentiniers cultivés. Dès le début du mois de novembre, les Français retrouveront dans les rayons des magasins et sur les marchés la chair juteuse et sucrée de la clémentine, qui est souvent particulièrement odorante. Ronds et fermes, ses quartiers, recouverts d’une fine membrane sans filaments blancs, doivent être faciles à éplucher. Son goût doit être à mi-chemin entre le sucré et l’acidité.

Des conseils pour bien choisir
Souvent confondues avec les mandarines – ces dernières étant un peu plus grosses -, les clémentines sont orangées et légèrement vertes à l’extrémité. Cette couleur est d’ailleurs la preuve que le fruit n’a pas déverdie en chambre froide. Les consommateurs doivent ainsi être rassurés quant à la couleur verte qui n’empêche pas à la clémentine d’être mûre, sucrée et savoureuse. Présentes dans les magasins de la mi-octobre à mi-janvier, la couleur des clémentines va évoluer vers un rouge orangé. Une attention aux feuilles est également à apporter car leur présence prouve la qualité de fraîcheur du fruit.

Bonnes pour la santé
Avec 40 calories pour 100g, les clémentines sont idéales pour s’intégrer dans une alimentation saine et équilibrée. Elles sont également riches en vitamine C, en nombreux minéraux et oligo-éléments. Même les personnes les plus fragiles peuvent en consommer car leur chair peu acide convient à tous les organismes. Aussi, elles renforcent les résistances des vaisseaux sanguins.

En cuisine
Hormis en dessert, les clémentines peuvent être assorties à des salades ou utilisées pour faire des sauces, des confitures ou des sorbets.

Conserver les clémentines
Après achat, les clémentines se gardent quelques jours à température ambiante. Pour une conservation plus longue – de 1 à 2 semaines, il est conseillé de les disposer dans le bac à légumes du réfrigérateur. Il est toutefois vivement recommandé de ne pas les congeler.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.