En direct du marché

La Fabbrica, la glace en mode italien

collagela fabbricaA Marseille, chaque amateur revendique son adresse, son “meilleur glacier”. Dernier arrivé dans la (petite) cour des (grands) glaciers : la Fabbrica, au coeur du quartier d’Endoume. Roberto, originaire des Pouilles dans le Sud de l’Italie, et Pascal, endoumois de naissance, ont ouvert ensemble ce petit établissement en mai 2014. Leur pari ? Des glaces fabriquées avec des produits naturels : du bon lait entier, des noisettes du Piémont, des pistaches de Sicile, des cerises amarena, des fruits et légumes achetés le matin-même au marché des Arnavaux . Dans les bacs, une diversité incroyable, avec plus de 74 parfums : ” Avec un terroir comme celui qui ceint Marseille, créer de nouvelles choses est d’une facilité déconcertante” avoue Roberto, le regard passionné. Les recettes inspirées par la gastronomie italienne atteignent des sommets et démontrent à quel point Roberto connaît son sujet à l’instar de la glace au tiramisu (le gâteau en bouche, tout simplement) ou encore de la glace au Gianduja (une pâte de chocolat et de noisettes) onctueuse et savoureuse. La glace à l’amarena ne vous laissera pas de marbre, avec ses cerises entières et sa crème délicieuse. Coté sorbet, de la banane, du citron, du melon, des dattes et 80% de teneur en fruit, pour des saveurs préservées. D’autre part, Roberto peut prétendre à proposer la meilleure glace aux navettes de la ville. A la fois légère et savoureuse, l’artisan ajoute à cette recette fondante une touche croustillante : des brisures de biscuit. Une idée brillante, et un petit défi lancé à la concurrence.

Un sorbet brousse-amande pour remplacer le fromage ?
En outre, si le sucré ne vous sied guère, optez pour les sorbets salés de Roberto. Poivrons rouges ou jaunes, saumon, crème de tomates-basilic, gorgonzola… Des parfums pour le moins étonnants, originaux à l’apéritif. Le dernier né, le sorbet brousse-amande interpellera les amateurs de fromages. “La clientèle est réticente aux glaces salées, mais une fois goûtées, tous en redemandent !” dit-il non sans fierté. De l’avis même du glacier, il serait criminel de passer à coté de la glace au réglisse, son “péché mignon”. Et pour habituer les plus jeunes au goût des bonnes choses, chaque mercredi et samedi après-midi, la Fabbrica ouvre l’atelier des petits glaciers. Pendant une heure, Roberto apprends aux enfants comment fabriquer leurs glaces eux-mêmes. Le cours fini, les maîtres glacier en herbe repartent avec leurs créations, pour les faire goûter à leurs parents. Une jolie manière de faire naître une vocation.

Gelateria la Fabbrica, 231, rue d’Endoume (place Saint Eugène), Marseille 7e ; 04 91 01 41 81. Fermé le lundi.
Tarifs : de 1 à 3 boules, de 2 à 4,50 €. Bacs à emporter. Tarif atelier petits glacier : 12€ de l’heure.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

In memoriam.- Claude Criscuolo s’est éteint samedi 23 janvier dernier, à 79 ans, victime de la Covid-19. Cette figure de la nuit marseillaise était le fils de Vincent qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait fondé la pizzéria éponyme dans le quartier des Cinq Avenues à Marseille. Claude avait pris la succession de son père en 1977 transformant ce restaurant de quartier populaire en rendez-vous du Tout-Marseille où comédiens, chanteurs et politiques se pressaient. Les années 70 et 80 marqueront son heure de gloire, les stars de l’OM, Johnny Hallyday et autres chanteurs qui venaient de se produire sur scène, rejoignaient la pizzéria pour y dîner et festoyer jusqu’à très tôt le lendemain matin… Claude avait quitté le restaurant en 2003 pour se consacrer à bien d’autres passions. Linda, sa veuve, ses enfants Isabelle, Marie, Thomas et Stéphane ainsi que tous ses proches pleurent aujourd’hui la dernière “figure” de Marseille.

Terre Blanche annonce la nomination de Christophe Schmitt au poste de chef des cuisines.- Le Resort de Terre Blanche Hotel Spa Golf Resort 5 étoiles, a nommé Christophe Schmitt au poste de chef pour prendre les rênes des différents restaurants, dont Le Faventia, étoilé au guide Michelin (le guide rigolo qui décerne des étoiles aux restaurants fermés). Christophe Schmitt succèdera ainsi au Chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Philippe Jourdin, qui prend sa retraite et dont il était le second, pour perpétuer une cuisine aux saveurs du Sud. Dans la continuité de cette philosophie qui allie tradition et touches innovantes, Christophe Schmitt proposera une cuisiné axée sur les meilleurs produits locaux rendant hommage au terroir. “C’est un honneur pour moi et un très grand défi de succéder à Philippe Jourdin. A Terre Blanche, ce Mof a marqué l’histoire de la gastronomie, et il m’a aussi beaucoup appris. C’est avec beaucoup d’émotion que je lui succède aujourd’hui, plus que jamais conscient des responsabilités qu’il me lègue” a déclaré Christophe Schmitt.