Art de vivre

La Font des Pères, un séjour inoubliable au cœur du vignoble de Bandol

Une vague de fraîcheur, un grand bol d’air, une immersion en pleine nature. Séjourner à la Font des Pères, c’est un retour aux sources, sur ce domaine pour lequel Philippe Chauvin a eu un coup de cœur, dès sa première visite en 2009. Du prieuré des moines observatins, il ne reste que le seul le souvenir d’une destruction à la Révolution, et les 14 hectares vignes dont huit sont classées en AOC bandol. Du lever au coucher du soleil, la vue se perd sur ce paysage de restanques, quelques pinèdes venant rythmer la ligne d’horizon avec une vue à couper le souffle sur le massif de la Sainte-Baume.

« Le domaine se compose de trois maisons dont deux fermes restaurées en chambres et suites, détaille Philippe Chauvin. Toutes nos chambres d’hôtes disposent d’un accès individuel, avec des terrasses privées. Une piscine exclusive est réservée aux hôtes de la partie maison 3 chambres et une autre piscine est dédiée aux autres chambres ». La Font des Pères offre un total dépaysement pour tous ceux qui sont en manque de nature. Outre les 30 hectares qui invitent à d’interminables balades, on visite le potager, les enfants sont fascinés par les 200 poules pondeuses et les poulets qui y sont élevés, on suit la course du soleil bercé par le chant des cigales. « Nous ne nous contentons pas de parler des circuits courts et des saisons, nous les vivons », insiste le maître de la Font des Pères qui vante aussi l’exposition nord de quelques unes de ses parcelles, générant des vins d’une grande fraîcheur et d’une vivacité hors normes.

Beaucoup de Varois et Bucco-rhodaniens viennent séjourner à la Font des Pères mais également des Franciliens, Suisses et Belges en quête d’une bonne table, d’un hébergement de grand confort au service irréprochable. « Ici, ils aspirent au calme qui leur manque tant chez eux, sourit Philippe Chauvin qui désigne une table en terrasse. Beaucoup viennent ici pour le vin et la meilleure des dégustation se fait toujours à table, autour de bons plats ». Un art de vivre, une nature préservée et un service irréprochable. Les meilleurs ingrédients sont réunis pour des vacances réussies.

Pique-nique et sac à dos à la Font des Pères

pique-niquePour profiter au mieux des grands espaces et de la nature préservée de la Font des Pères, l’équipe vous propose de garnir votre sac à dos d’une sélection de plats choisis à la carte du Comptoir. Laissez vous guider, entre vignoble et sentiers, et choisissez votre lieu de déjeuner. Planches de charcuteries et de fromages, petit fromage de chèvre, rillettes de poulet du domaine, foie gras maison reflètent la production locale, les lentilles corail en salade-œuf mollet palette ibérique et la tarte chèvre-épinards-pignons font aussi l’unanimité. Pour conserver toute leur fraîcheur, les fraisier maison, verrine de fruits frais et autre pot à la vanille-caramel anglais sont conditionnés isotherme, la garantie d’un pique-nique frais et inoubliable.
A la carte, de 24 à 30 € env. Infos sur le site ici.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter