En direct du marché

La Frétillante nous embarque dans sa boutique

La Frétillante, petite sardine sablée de Dali Nouader, née en 2016, est désormais vendue dans une jolie boutique toute pimpante, inaugurée tout récemment dans une ruelle du Panier. Une fin d’année en beauté puisque la gamme initiale s’étoffe avec de nouvelles recettes, salées, à base de thym et fleur de sel, de sel fumé ou de truffe. « Mais la base reste toujours aussi simple avec de la farine, de bons oeufs, du beurre et de la passion », assure la biscuitière toujours souriante.

Jusqu’ici commercialisées auprès des hôtels et des restaurants, en guise de cadeaux de bienvenue ou pour accompagner les cafés, la Frétillante passe à la vitesse supérieure : « Ce magasin, c’est l’idée de mon frère qui m’a rejointe dans l’aventure ; ça nous apportera une belle visibilité et nous permettra de séduire les touristes »

La FrétillanteDans un quartier où la navette règne en maître, Dali estime que « mes Frétillantes ne concurrencent pas ce biscuit historique, j’adore moi-même les navettes, ce sont deux textures et formes très différentes ». Fille et petite-fille de boulangers-pâtissiers, Dali Nouader rappelle que chez elle, « on n’a jamais acheté de gâteaux, on les cuisinait nous-mêmes ». Soubresauts de la vie, à 54 ans et au chômage, la biscuitière s’est lancée dans l’aventure : – Dans mon autre vie, j’ai beaucoup travaillé à Lyon, Bordeaux et dans le Sud-Ouest et tout le monde me surnommait la Sardine. Qu’on soit riche ou pauvre, tout le monde mange des sardines, alors l’idée de ce poisson s’est tout naturellement imposée à moi ».

En attendant les poulpes !
De nouvelles formes sont à l’étude et les moules seront prêts à la fin de l’année, outre les nouvelles recettes salées, les poulpes, étoiles de mer, hippocampes et coquillages rejoindront la gamme. « Tout est marseillais, de l’emballage aux ingrédients, mon fournisseur le plus lointain est à Cavaillon, explique Dali Nouader jamais avare d’une anecdote. Ce lieu a nécessité deux mois de travaux et nous avons appris par hasard qu’il était resté fermé 22 ans. Aux origines, il s’agissait d’une poissonnerie qui s’était spécialisée dans les sardines. Quand j’ai appris ça, ça m’a donné la chair de poule, ça veut dire que ce magasin a une âme » sourit Dali avec émotion.

La Frétillante, 12, rue de l’Éveché, Marseille 2e arr. Infos au 04 91 52 23 76.
Le bocal de 5 pièces : 4,90 € ; 9 pièces : 8,90 €. Eprouvette souvenir : 2 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux