En direct du marché

Le salon Savim d’automne pour une fin d’année gastronomique

salon Savim

En 2018, les éditions du printemps (44 000) et de l’automne (92 000) ont attiré 136 000 visiteurs (record national) un chiffre qui place le Savim au premier rang des salons de la gastronomie en France et deuxième en Europe, derrière le salon du Goût de Turin (avec plus de 200 000 entrées).
Ça y est, c’est parti pour 5 jours de découvertes, de saveurs et de rencontres avec le meilleur de la production et de la tradition gastronomique hexagonale… A quelques semaines des fêtes de Noël et de la Saint-Sylvestre, ce 31e salon Savim d’automne s’annonce comme un excellent millésime fort de ses 450 exposants et, pour la première fois, la venue de producteurs martiniquais, dont les onze distilleries de rhum agricole AOC et la présence très renforcée de producteurs fromagers. Les fromages au lait cru sont entrés en résistance et sont très présents au Savim à l’instar de la production de la laiterie lituanienne Zemaitijos Piena. Cette vénérable institution née en 1924 produit le dziugas IGP, un fromage à pâte dure avec des affinages pouvant atteindre les 100 mois, certains culminant à 120 mois ! A découvrir encore chez Zemaitijos Piena, des fromages fumés au bois d’aulne ou aromatisés au jambon cru savoureux et les fameuses barres “Magija” à base de lait caillé. Une barre dessert nappée de chocolat qui marie le lait caillé moelleux et le chocolat à 67%… Les goûter, c’est les aimer.

salon SavimDe la Corse à l’Allier
Toujours côté fromages, les Corses sont aussi bien représentés à l’instar de la fromagerie fermière Capra du village de Péri à une trentaine de minutes d’Ajaccio. Le lait des 100 chèvres qui paissent en liberté est utilisé pour fabriquer de la tomme, des crottins et, surtout, le fameux broccio AOP. Venue de Lombardie, la famille Buccelli donne à (re)découvrir sa spécialité : le Salva Cremasco DOP, ses fromages de brebis dont une merveille à la truffe. Ce producteur affineur se distingue par ses fromages puissants à la typicité unique. A réserver aux amateurs de goûts “évidents”.
Toute l’année sur les routes à la recherche de pépites qui ne figureraient pas encore dans l’annuaire du salon, Philippe Colonna, maître ès-sens et saveurs du Savim invite également à découvrir les burgers de bison d’Auvergne. Elevés sur le territoire de la commune de Rocles dans l’Allier, les bisons donnent une viande pauvre en graisse et savoureuse pour peu qu’on la déguste bleue ou juste saignante. “Matthieu Peron travaille très bien, c’est un éleveur intègre et il incarne bien les valeurs de passion et d’authenticité que nous défendons”, explique Philippe Colonna. Jusqu’au lundi 18 novembre prochain, les visiteurs du salon Savim auront l’occasion de s’en rendre compte…

31e salon Savim d’automne 2019, du 14 au 18 novembre, parc Chanot, 8e arr.

Téléchargez votre entrée gratuite ici

La chaleur et le sourire de la Martinique

salon SavimCette année, pas moins de 7 producteurs et 11 distilleries de rhums sont les hôtes du salon sous l’égide du comité martiniquais du tourisme. De fait, de quelle meilleure façon peut-on convaincre le public à venir sur l’île sinon en lui présentant ses atouts gastronomiques ? “Ce qui nous a plu ici, c’est la relation directe entre le consommateur et le producteur, il n’y a pas de triche” avance Marie-Line Lesdema au non de la délégation. La culture du chocolat est de retour sur l’île depuis 6 ans maintenant. Les débuts sont balbutiants mais prometteurs : l’an dernier, 1,5 tonnes de fèves de cacao haut de gamme et 5 tonnes de fèves dites coeur de marché ont été produites. A découvrir, les merveilleux chocolats liquides, suaves et sirupeux de Janine Salomon : “Une recette traditionnelle à base de chocolat bien sûr, de cannelle, vanille, zestes de citron et d’amande amère” détaille cette femme au sourire chaleureux qui mérite que vous découvriez son joli produit. Autre chocolatier de l’étape, Thierry Lauzea dont les bananettes (banane confite enrobée de chocolat) et les bonbons de chocolat utilisent tous les ingrédients du jardin tropical…

salon SavimSur le comptoir de la coopérative des rhums de Martinique, le public découvrira les meilleurs rhums, les seuls à jouir d’une AOC, des bruts de fûts en blanc et en vieux, des cuvées absentes en métropole et des rhums de 3 à 18 ans d’âge. Les liqueurs à base de fruits du pays, les jus de canne naturels et les ambassadeurs de la gastronomie insulaire sont là… Vous êtes prévenus !

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter