Restaurants en Provence

La Loco, cette incroyable auberge de la gare de Cassis

C’est la bonne nouvelle du jour, de la semaine, du mois, de l’année ! François est de retour ! L’homme qui avait fondé la Stazione a quitté le centre de Cassis pour ce petit bistrot pile-poil en face de la gare SNCF. Arrêt sur image : une gare de campagne, son parking, un petit troquet avec terrasse et un esprit déco dont seul le maître des lieux a le secret. Il suffit de sauter dans le TER en gare de Marseille-Saint-Charles, 26 minutes plus tard, on pose le pied sur le quai et y’a plus qu’a traverser pour s’attabler ! la Loco, un buffet de la gare comme on les imagine, en mode bistrot, le petit côté cassidain en plus.

Notre homme est resté fidèle aux fondamentaux : des pizzas, 6-7 tout au plus, et des plats provençalo-méditerranéens de belle tenue. Carpaccio d’artichauts, salade de poulpe, poivrons-anchoïade, pâtes aux palourdes ou au pagre, basse-côte pizzaiolo, calamars à la sicilienne. Tout est dit. Derrière le four, Pepe le calabrais, distribue ses sourires et sa bonne humeur. Ses pizza présentent une cuisson uniforme, la saucisse piquante fouette la sauce tomate fraîche, à partager c’est la meilleure des entrées en matière. Porté par une sainte inspiration, François a cuisiné le matin même des calamars, servis juste poêlés et farcis d’une sauce basilic-anchois-mozza. A se damner. L’autre proposition du jour, un merlan à la calabraise est accompagné de saucisse et poivrons, un miracle. Les cuissons sonnent juste, les assaisonnements, entre huile d’olive et pointe de sel, font vibrer les asssiettes, la fraîcheur des produits et la bonne intention de départ se retrouvent jusqu’aux pointes de la fourchette.

En salle, la bonne humeur règne et les clients affluent conscients de leur chance. La carte des vins, à forte prédominance cassidaine bien sûr, contribue à l’ambiance. Dessert ou pas dessert ? Dessert bien sûr, d’autant que François les promet maison. Et comme on a eu raison de l’écouter une fois encore : la mi-cuit au chocolat est servi encore chaud, le coeur semblant à une mousse au chocolat onctueuse et fondante. Dans la tarte au citron, les zestes apportent une note d’écorces blanches qui se combine à l’acidulé de l’agrume, c’est jaune, vif, vivant comme le soleil dans ce ciel dont un heureux vent du Sud balaie les nuages.

Alors faut-il y aller ? C’est presque comme une supplique, oui courez-y tout à la fois pour la gentillesse de François et de son équipe que pour la qualité de cette cuisine ménagère de haute volée. S’attabler à la Loco c’est savourer une cuisine authentique, puissante, au caractère bien trempé. Les saveurs et parfums sont abondants, c’est une brassée de fleurs, une leçon de gastronomie. A Paris la gare de Lyon a son Train Bleu, à Cassis, la gare à sa Loco.

La Loco, 29, avenue des Albizzi, 13260 Cassis (face à la gare) ; infos au 04 88 42 10 78 et 06 21 03 82 20. Carte 40 € environ.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter