Marseille

► Dîner des mécènes. Pour financer la rénovation de sa statue monumentale, la basilique  de Notre-Dame de la Garde annonce la tenue de plusieurs « Dîners des mécènes » afin de soutenir financièrement cette campagne de travaux. Programme de la soirée : visite privée de la basilique de 19h à 20h + dîner bouillabaisse autour d’une seule grande table de 50 personnes de 20h30 à 23h sur la terrasse des ex-voto avec vue sur le ville (dîner au Restaurant en cas de mauvais temps). Tarif : 100 € TTC – hors boisson. Sur le prix du dîner, 35 € sont reversés à la basilique pour la rénovation de la statue, cette sommes est éligible à un reçu fiscal pour déduction d’impôts. Uniquement sur réservation pour 50 personnes. Caution bancaire demandée de 65 € TTC par personne, annulation gratuite 48 heures à l’avance.
• Réservations : www.lerestaurant-ndg.fr
Deux dates disponibles pour le moment : jeudi 6 juin et jeudi 4 juillet
Pour vos dons à la basilique en vue de sa restauration, cliquer ici

 

Cavaillon

Festival Confit ! 2024 en vue.- La 2e édition du festival confit ! de La Garance (scène nationale de Cavaillon) se déroulera du mercredi 22 au dimanche 26 mai 2024. Le temps d’une semaine, Chloé Tournier et toute l’équipe de la Garance, convient tous les publics à un festival de rencontres et de convivialité hors des sentiers habituels du théâtre. Autour de spectacles et d’expériences inédites, ici inspirées de la Provence de Giono ou là du Liban d’Hiba Najem – une artiste à découvrir d’urgence – tous les sens et les arts sont sollicités : le regard, l’ouïe, la poésie, l’odorat, le goût et le toucher. Cette année, ce sont 4 femmes qui s’emparent du vivant sous toutes ses formes et vont au contact du territoire et des publics à l’image de Vivantes la création portée par la compagnie BRUMES, ou de la randonnée-spectacle de Clara Hédouin « Que ma joie demeure », avec le regard complice du chef Emmanuel Perrodin.
Inscriptions ici.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Street food festival #4.- Pour cette année olympique, le Street food festival mettra à l’honneur les cuisines du monde. Durant trois jours, près de 50 restaurateurs, artisans de bouche, glaciers, vignerons et brasseurs exerçant tous dans les Bouches-du-Rhône vous feront voyager sur les 5 continents en profitant d’une vue imprenable sur la Méditerranée. Comme en 2023, une programmation musicale sera proposée durant les trois soirées, avec un point d’orgue le vendredi 14 juin pour une programmation exceptionnelle orchestrée par Radio Star. Le Street food festival entre dans la programmation de Marseille Provence Gastronomie imaginée par Provence Tourisme, sous l’impulsion du Département des Bouches-du-Rhône et de la Métropole Aix-Marseille-Provence. Pour limiter les files d’attente sur les stands, les paiements sur l’ensemble du festival se feront uniquement par l’intermédiaire d’une carte bancaire ou d’une carte cashless.
Esplanade de la Major (Marseille, 2e arr.), les 13, 14 et 15 juin de 17h à 1h.

En direct du marché

La noix de coco pour se donner de l'énergie pendant l'hiver

Même si son nom évoque le soleil, la noix de coco est bel et bien un fruit exotique qui trône au rayon frais des magasins pendant les saisons automnale et hivernale, en France. Crue ou cuite, la noix de coco s’accommode à plusieurs types de plats, du poulet aux salades en passant par le dessert. Pas plus de deux euros cette semaine en magasin, celle-ci fait en plus double usage, puisque, certes sa chair peut être dégustée, son eau est utilisable pour des cocktails.

Originaire de Malaisie, la noix de coco pèse entre 1 et 1,5 kilo. Sa capacité à flotter lui a permis de s’implanter puis de donner vie à des racines dans le sol sablonneux des régions côtières de la planète. Elle est ainsi produite principalement en Côte d’Ivoire, en République Dominicaine, au Ceylan, au Kenya et aux Philippines. Ce fruit exotique est considéré comme un cadeau des dieux, par certaines civilisations, du fait de la présence de ses « trois yeux ». Une variété, appelée « coco-de-mer » peut peser jusqu’à 22 kilos.
Quand on parle de noix de coco, il faut également faire référence à l’eau que celle-ci contient, jusqu’à un demi-litre lorsqu’elle n’est pas encore mûre. L’eau de coco peut servir à réaliser des cocktails ou au pochage d’un poisson. On peut également y cuire une viande ou du riz. La saison idéale pour consommer des noix de coco commence en janvier et se termine vers le mois de février.

Mesurer sa consommation
Riche en matières grasses et en sucre, la noix de coco apporte 353 calories pour 100g. Toutefois, les nutriments qu’elle contient tels que les fibres, les vitamines, les minéraux et les protéines sont favorables pour garder un organisme en bonne santé. Manganèse, magnésium, potassium, tout semble réussir à quelqu’un qui raffole de noix de coco. Pour compléter ses besoins en nutriments, il est également conseillé de boire le lait de coco car il est riche en fer et en phosphore.

Conservation et préparation
En magasin, la noix de coco doit être lourde, pleine, sans fêlures et ses yeux ne doivent pas être moisis. Celle-ci se conserve jusqu’à deux mois au réfrigérateur et jusqu’à deux semaines à température ambiante. Toutefois, une fois ouverte, la noix de coco peut se dessécher rapidement ; elle ne se gardera pas plus de 24 heures. Seule solution pour faire durer le plaisir : râper sa chair pour la conserver dans une boîte hermétique.
Casser la noix de coco pour déguster sa chair peut constituer son seul défaut, car sa coque est souvent tenace. Il est conseillé de percer les « yeux » avec un instrument pointu, de vider le liquide (ou de le garder) et de la passer au four à 190°C pendant 15 à 20 minutes. Vient ensuite le moment où il faut la frapper à coup de marteau pour que celle-ci se fende complètement. La peau brune doit être enlevée avec un économe.

En cuisine
La noix de coco s’accommode à tous les moments d’un repas. Idéale pour des mets indiens, indonésiens, africains ou sud-américains, il est conseillé d’utiliser sa chair, préalablement râpée, pour parsemer une salade composée de fruits de mer. Côté dessert, il n’est pas rare de voir une touche de noix de coco sur des gâteaux au chocolat et dans beaucoup d’autres pâtisseries. Elle est aussi l’ingrédient principal des petits gâteaux, appelés congolais.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.