Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

En direct du marché

La Provence, terre des légumes secs

pois chiches blogEt si vous cédiez à la tentation des légumineuses ? Pourquoi ? Parce qu’elles sont peu onéreuses (aux environ de 1 € le demi kilo), riches en protéines, elles remplacent avantageusement une viande et, surtout, rassasient les plus gros appétits. Véritable partenaire santé précieux, les légumineuses sont riches en amidon et en fer à l’instar des lentilles. Les pois cassés, comme les fèves dont on raffole en Provence, contiennent 22% de protéines. Les fèves apportent également des fibres, des vitamines (B et C), du fer, du potassium et du magnésium. Les haricots, très présents dans les recettes de Pagnol (la soupe au pistou par exemple), existent sous plusieurs variétés (haricot de Soissons, mogette de Vendée, coco, haricot rose, noir ou rouge), contiennent de 16 à 25% de protéines et sont riches en fer, manganèse, cuivre et folate (vitamine B9). Quant au pois chiche, omniprésent en Méditerranée, il est une précieuse source de glucides, protéines, manganèse, cuivre et folate. Enfin, consommer 3 ou 4 fois par semaine des légumineuses, participera aussi à la prévention des calculs biliaires, des maladies cardio-vasculaires, de l’obésité et du cancer du colon.

legumes secs blogsMode d’emploi
Si les fèves, haricots, lentilles, pois cassés et pois chiches se conservent d’une saison à l’autre, mieux vaut les consommer au plus tard 5 mois après l’achat. En vieillissant, les légumes secs durcissent et peuvent réserver de désagréables surprises à la cuisson. Conservez-les dans des bocaux opaques (car la lumière leur est néfaste, à l’abri de l’humidité et de toute chaleur excessive. Utilisez des bocaux à fermeture émeri plutôt que vissée dans lesquels vous glisserez quelques grains de poivre noir ou une feuille de laurier qui éloigneront les charançons. Autrefois, on trempait les légumes secs toute une nuit pour les réhydrater. Or, ce trempage nuit à leur goût et les rend indigestes. Remplacez le trempage par une pré-cuisson à l’eau froide non salée. Si vous utilisez un autocuiseur, tout trempage est inutile : précuisez 5 minutes au lieu de 15 et cuisez 30 minutes.

En cuisine, les idées pour accommoder les légumes secs abondent : les pois cassés se savourent en soupe liquide ou en purée, vous les assaisonnerez d’un trait de vinaigre de vin et d’une belle lampée d’huile d’olive. Quelques cébettes pour croquer avec, c’est un régal assuré. Comme au Liban, le pois chiche se savoure en hommos ; il suffit de réaliser une purée de pois chiches que vous agrémenterez d’ail pilé, de jus de citron et de tahiné (huile de sésame, dans les épiceries orientales). A la provençale, vous aimerez ce dernier servi chaud ou tiède bien égoutté arrosé d’huile d’olive, de vinaigre et d’oignon frais ciselé.
En hors d’oeuvre, la lentille se mange froide assaisonnée d’huile d’olive, de jus de citron, de sel et de poivre. La touche évasion : ajoutez un ou deux gros bouquets de menthe ciselée à votre salade… La lentille du Puy, en hiver, se savoure en velouté sur lequel vous râperez une truffe du Haut-Var ou du Vaucluse… Les idées sont infinies alors laissez-vous séduire !

Les bons trucs

Ne jetez pas l’eau de cuisson de vos légumes secs ; gorgée d’éléments nutritifs, elle servira de base à de délicieux potages auxquels vous ajouterez des légumes moulinés.
Remplacez le sel dans l’eau de cuisson de vos légumineuses par un volume de bouillon pour deux volumes d’eau.
En salade, pour apporter du moelleux à vos légumes secs, ajoutez la vinaigrette à votre préparation encore tiède.

Idée recette

Pour accompagner une viande rôtie ou un poisson, la purée de haricots blancs fait merveille. Les cuire dans un fond de volaille avec une carotte, un oignon, du thym, du laurier et un bouquet garni. Égoutter, ôter la garniture et passer au moulin pour retirer les peaux. Diluer avec de la crème chaude, saler et poivrer.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.