Restaurants en Provence

A Cassis, faire étape à la Stazione

La Stazione

S’il ne fallait retenir qu’une chose de La Stazione, c’est le travail des pâtes à la poêle. L’utilisation faite, par ces hommes en cuisine, de l’eau de cuisson, riche en amidon, pour racler les sucs de cuisson et conférer une texture saucière divine à chacun des plats vaut le détour. D’autant qu’on se souvienne, on a toujours servi à la poêle ici. L’accueil a, lui aussi, toujours été irréprochable. Ce week-end par exemple,  la pression touristique augmentant aussi vite que le mercure dans son thermomètre, l’équipe a travaillé avec le sourire et bonne humeur, veillant à ce que les tables soient vite et bien servies et que rien ne manque.

Les cartes sont posées sur des nappes de coton blanc impeccables. Les pizzas s’affichent à 15 € la simple anchois et à 19 € pour la Stazione composée de mozza, jambon de Parme, roquette et parmesan. On peut en partager une pour accompagner l’apéro à moins que vous n’optiez pour les calamars à la sicilienne, des moules gratinées au four ou une chiffonade de jambon de Parme. Les amateurs de pitage comprendront. Avec 7 plats dont les gnocchis sauce tomate-burrata-basilic et la pantagruélique pasta del mare, l’offre est resserrée. C’est bon signe, ça veut dire que la cuisine bichonne ses plats au lieu de les expédier bâclés.

La Stazione

On va donc se la jouer plat du jour avec des linguine sautées dans un bouillon de poisson sirupeux. Deux pavés de  loup, des courgettes sifflet, tomates cerise, olives taggiasche apportent goûts et couleur. Pensez à inonder l’assiette de parmesan, c’est un vrai bon délire. La tagliata de bœuf, trop cuite, est aussi intéressante servie avec des légumes façon ratatouille, de la roquette et des copeaux de parmesan mais franchement, préférez les pâtes (aux palourdes, à la saucisse, à la lotte).

Les desserts brandissent eux aussi le drapeau transalpin, à l’instar du tiramisu. Le panetone façon pain perdu est excellent mais très appuyé sur le sucre. Hésitation entre le fondant chocolat et la salade de fruits mais la perspective d’un retour à la plage imminent impose la salade de fruits… Plutôt bien faite, fraîche et accompagnée d’un expresso.
Alors faut-il réserver à la Stazione ? Oui si vous espérez un accueil courtois à la cool. Oui si vous aimez les pâtes car ici, nos gars savent les travailler. Oui parce que la carte est courte et que c’est bien. Oui, enfin pour l’ambiance et la vue sur la rue qui est un spectacle à elle seule et parce qu’à partir du mois de juin, ce sera ouvert tous les soirs non stop jusqu’au 31 août. Molto bene.

La Stazione, 39, avenue Victor-Hugo,13260 Cassis ; infos au 04 42 01 16 60. Carte 40-50 €.

1 Comment

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Arles

► Céline la camarguaise. Elle s’est fait connaître en chantant les charmes du nomadisme en cuisine mais, finalement, Céline Pham a posé ses valises à Arles, l’été dernier. Suivant à la lettre les conseils de l’ami Armand Arnal qui lui a conseillé l’adresse, face à l’hôtel Voltaire, la cuisinière a jeté son dévolu sur une ancienne chapelle de 1224, ouvrant sa cuisine sur la salle. Fini le pop-uping et les restos éphémères : bistrot à la mi-journée, Inari se fait bistronomique en soirée. En référence à la déesse japonaise du riz et de la fertilité, Inari sert une cuisine inspirée des origines vietnamiennes de Céline. Thon rouge de ligne, aji verde, riz de Camargue soufflé, cébettes, shiso rouge, matcha et huile de sésame expliquent son succès.
Inari, 16, place Voltaire, 13200 Arles ; 09 82 27 28 33. Déjeuner 21, 35 et 41 € ; soirée, 51 €.

Var

Automne des Gourmands.- Le samedi 8 octobre, la 7e édition du festival sera parrainée par Pascal Barandoni, vainqueur d’Objectif Top Chef et chef au Mas du Lingousto. Cette journée mettra à l’honneur la saisonnalité, le terroir local et la découverte du goût. Rendez-vous esplanade Charles De Gaulle où seront installés la cuisine des chefs, le Bar des Gourmands et le marché de producteurs et artisans. L’après-midi, la cuisine accueillera Magali Armando,chef à domicile, et Guillaume Lecomte, chef chez Olives & Beurre Salé à Sanary-sur-Mer. A ne pas manquer non plus, de 10h à 13h, des ateliers peinture avec des ingrédients de cuisine animé par « Avec les mains » (3-6 ans). De 10h à 17h, ateliers sur le recyclage alimentaire et la confection de pâtes de fruits. Toute la journée, commerçants, producteurs et artisans proposeront leurs produits du terroir à savourer sur place ou à emporter. Au déjeuner, les visiteurs savoureront leurs trouvailles à l’espace pique-nique ou dans les restaurants du village.
Samedi 8 octobre 2022 de 10h à 18h au Beausset dans le Var, accès gratuit, infos au 04 94 90 55 10.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Une mozzarella 100% marseillaise.-  La Laiterie marseillaise reste fidèle à sa vocation pédagogique visant à voir et comprendre comment on fabrique des produits laitiers. Aussi, la boutique s’est-elle dotée d’un laboratoire visible depuis une grande baie vitrée. Nouveauté de la rentrée, la Laitterie lance des ateliers de fabrication de mozzarella et burrata pour adultes. À travers la fabrication de ces deux fromages, toutes les étapes de la transformation fromagère seront abordées et réalisées par les participants. Audelà de l’aspect ludique, c’est une vraie acquisition de savoirfaire qui est proposée : après ces 2 heures d’atelier, chacun repartira avec ses réalisations et un livret récapitulatif. Inscription sur le site web de la Laiterie Marseillaise ou se rendre en boutique !

www.lalaiteriemarseillaise.fr Tarif : 55 € par personne.