Restaurants en Provence

L'Auberge de Lagarde d'Apt

Restaurant
C’est ici, à plus de 1000 mètres d’altitude, que l’observatoire astronomique Sirene accueille le public pour découvrir le ciel. Rien d’étonnant à ce que Michelin ait attribué une étoile à ce restaurant en février dernier. Une récompense pour Laetitia et Lloyd Tropéano, 33 ans chacun, tombés amoureux de ce village et de cet ancien bunker entièrement réaménagé par la mairie. “Lloyd a fait l’école hôtelière d’Aurillac où sa famille s’était installée, raconte son épouse. Enfant, il cuisinait déjà pour ses frères et soeurs”. Après ses années d’apprentissage chez Louis-Bernard Puech dans le Cantal, Lloyd Tropéano intègre la brigade de Régis Marcon et y gravit les marches de la confiance du chef 2 étoiles. L’aventure durera 8 ans. Après un passage à Rodez puis à Saint-Genest Malifaux dans la Loire, l’envie de retrouver le Vaucluse se fait pressante chez Laetitia. Au hasard d’une visite à Lagarde d’Apt le 14 juillet 2010, le couple se lie avec Elisabeth Murat qui devine en eux de parfaits locataires. Et si le restaurant ramenait de la vie au village ? Madame le maire est visionnaire. Les premiers clients seront servis le 1er octobre suivant. Depuis, travaillant le petit épeautre de M. Fra, les agneaux de la famille Bonnet et les cochons du Ventoux, Tropéano et son second, Johann Laurent, magnifient le terroir à l’instar du cochon du Ventoux que l’on savoure en 3 façons (filet de cochon roulé cuit aux arômes de Provence, le gigot braisé longuement, l’épigramme de poitrine, l’épaule en petits farcis, jus court). Avec l’étoile et la reconnaissance nationale, Lagarde d’Apt entre dans le cercle fermé des chefs qui méritent leur titre. “C’est une cuisine classique, très généreuse, il y a de l’émotion dans ses assiettes” souffle Laetitia. Et femme amoureuse ne ment pas.

Adresse RD 34, 84400 Lagarde d’Apt ; résas au 04 90 74 57 23.
Fermé lundi et mardi. Tarifs aux environs de 22 € à midi ;
formules autour de 40 €. Carte 55 € environ. Le prix du café : 2,90 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux