Restaurants en Provence

L’Auberge montagnarde à Saint-Vincent-les-Forts

Valérie Berardi, une cuisine d'inspiration familiale...
Valérie Berardi, une cuisine d’inspiration familiale…

Dès que reviennent les beaux jours, Valérie Bérardi reçoit en terrasse, sous la tonnelle, à l’ombre de l’immense tilleul qui dispense une ombre apaisante. “Nous sommes arrivés ici en mai 2010, se souvient-elle. Et nous avons rouvert cette auberge le mois suivant après plus de quatre années de mise en sommeil”. Le village surplombant le lac de Serre-Ponçon est couvert de neige en hiver, “pas beaucoup, 20 ou 30 centimètres tout au plus” tempère Valérie, c’est la saison calme pour cette commune comptant quelque 60 âmes installées ici à l’année. “Mais dès qu’arrivent les beaux jours, c’est beaucoup plus animé” assure l’aubergiste tout sourire. Parce que la grande fierté de Saint-Vincent les Forts, c’est son spot de parapente mondialement connu : “on décolle et on atterrit au même endroit après avoir survolé le lac”… Dans un cadre majestueux, la vie se déroule au calme : “Nous vivions à Aubagne et avons voulu fuir le stress et le sentiment d’insécurité. Nous sommes partis à la recherche d’un endroit calme, d’un cadre de vie satisfaisant pour voir grandir Hina, notre fille de 12 ans maintenant” raconte sa maman. c’est en cuisine que se manifeste l’attachement au terroir de Valérie Bérardi : “Je me fournis à la coopérative fromagère de la Bréole” lance-t-elle en présentant une tomme de l’Ubaye. “Les charcuteries arrivent d’Embrun et les viandes de pays des établissements La Morlette”. Sans oublier les tourtons, les ravioles du Champsaur et les crumbles de pommes qu’elle réussit à la perfection, Valérie rend hommage à la terre qui l’a accueillie… à chaque service.

Adresse Le Village, 04340 Saint-Vincent-les-Forts ;
résas au 04 86 89 21 37. Tarifs menu midi 13 € ; formule 17 € et carte 24 €.
Café : 11/20 – pain : 11/20

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux