En direct du marché

Le caviar, un produit de luxe à consommer dans les règles de l'art

Produit noble et par essence rare, donc cher, le caviar se consomme pour célébrer une grande occasion. Reste à savoir comment l’acheter et quelles questions poser à son vendeur… Voici quelques pistes pour vous éclairer.

Acheter son caviar sur le marché légal
Dans un premier temps, Armen Petrossian recommande aux consommateurs d’acheter leur caviar dans le circuit légal. En effet, sur des sites d’enchères du type eBay circulent de « faux caviars » composés de chair de poisson et non d’oeufs d’esturgeon. Le risque, rappelle-t-il, est de « payer cher un mauvais produit mais aussi d’être condamner à un an de prison et 10.000 euros d’amende ». Mieux vaut donc s’adresser à une boutique spécialisée, qui conseillera et fera goûter le caviar aux clients avant qu’ils ne l’achètent.

Cuiller de caviar
Et attention , pas de cuillère en métal car le goût du caviar s’en trouverait changé. Une cuillère en corne, c’est l’idéal.

Une question d’odeur et d’aspect
La première chose à faire est de sentir le caviar. Celui-ci ne doit pas avoir une odeur de poisson trop prononcée. Ensuite, Armen Petrossian recommande de bouger délicatement le bocal et d’observer le caviar. Il ne faut pas qu’il ait une apparence trop liquide. De la même façon, les oeufs ne doivent pas être durs mais au contraire être pleins de jus. Goûter avant d’acheter L’avantage d’acheter son caviar dans une maison reconnue est de bénéficier d’un service de qualité. Les vendeurs prennent en général le temps d’expliquer les différences entre les caviars et font bien sûr goûter leur marchandise aux clients. Une fois dans la bouche, Armen Petrossian explique que le caviar ne doit pas « piquer », mais plutôt avoir « une saveur franche, ni trop forte et désagréable, ni trop fade ».

Faire attention à la conservation
Le caviar étant un produit fragile, une fois que le consommateur l’a choisi et acheté, il doit prendre quelques précautions. Armen Petrossian recommande notamment de le conserver entre deux et quatre degrés, dans le haut du réfrigérateur. Afin qu’il garde toutes ses propriétés gustatives, le mieux est également de le consommer le plus rapidement possible, sous un mois « car les réfrigérateurs ménagers ne sont pas faits pour la conservation ». Une fois le bocal ouvert, il faut en revanche consommer le caviar tout de suite.

Servir dans les règles de l’art
Le caviar doit être servi dans sa boîte d’origine, il ne faut donc pas le transvaser dans un autre récipient, au risque de l’abîmer. Armen Petrossian conseille de placer la boîte sur de la glace pilée, ou de créer un petit moule de glace pour soigner la présentation. Déguster au naturel Selon Armen Petrossian, « le bon caviar se déguste à la petite cuillère ». Il est aussi possible de manger le caviar posé sur un blini ou un toast. Dans ce cas, les oeufs doivent être posés dessus, pour ne pas casser les grains. Pour M. Petrossian, il est inutile d’ajouter du citron dessus, le caviar se suffisant à lui-même.

Accompagner de vodka
En boisson, Armen Petrossian recommande de servir de la vodka ou du champagne. Du vin blanc peut très bien s’associer au goût du caviar. Il faut cependant veiller à ce qu’il soit « particulièrement plat, pas trop fort ou fruité ». L’objectif est de réaliser une alliance dans les goûts. Un vin ou un champagne trop sucré risquerait d’accentuer le goût salé du caviar.

Le prix, caractéristique à part entière
Produit de luxe par excellence, le caviar a un coût élevé. Pour déguster ces petits oeufs noirs d’esturgeon, il faut compter, dans les boutiques Petrossian, de 62 à 219 euros les 30 g, selon la qualité et les espèces de poissons. Quand on n’a pas les moyens de s’offrir du caviar, plutôt que d’acheter un produit de mauvaise qualité, Armen Petrossian conseille « d’acheter des oeufs d’autres poissons, comme de truite ou de saumon ».

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Arles

► Céline la camarguaise. Elle s’est fait connaître en chantant les charmes du nomadisme en cuisine mais, finalement, Céline Pham a posé ses valises à Arles, l’été dernier. Suivant à la lettre les conseils de l’ami Armand Arnal qui lui a conseillé l’adresse, face à l’hôtel Voltaire, la cuisinière a jeté son dévolu sur une ancienne chapelle de 1224, ouvrant sa cuisine sur la salle. Fini le pop-uping et les restos éphémères : bistrot à la mi-journée, Inari se fait bistronomique en soirée. En référence à la déesse japonaise du riz et de la fertilité, Inari sert une cuisine inspirée des origines vietnamiennes de Céline. Thon rouge de ligne, aji verde, riz de Camargue soufflé, cébettes, shiso rouge, matcha et huile de sésame expliquent son succès.
Inari, 16, place Voltaire, 13200 Arles ; 09 82 27 28 33. Déjeuner 21, 35 et 41 € ; soirée, 51 €.

Var

Automne des Gourmands.- Le samedi 8 octobre, la 7e édition du festival sera parrainée par Pascal Barandoni, vainqueur d’Objectif Top Chef et chef au Mas du Lingousto. Cette journée mettra à l’honneur la saisonnalité, le terroir local et la découverte du goût. Rendez-vous esplanade Charles De Gaulle où seront installés la cuisine des chefs, le Bar des Gourmands et le marché de producteurs et artisans. L’après-midi, la cuisine accueillera Magali Armando,chef à domicile, et Guillaume Lecomte, chef chez Olives & Beurre Salé à Sanary-sur-Mer. A ne pas manquer non plus, de 10h à 13h, des ateliers peinture avec des ingrédients de cuisine animé par « Avec les mains » (3-6 ans). De 10h à 17h, ateliers sur le recyclage alimentaire et la confection de pâtes de fruits. Toute la journée, commerçants, producteurs et artisans proposeront leurs produits du terroir à savourer sur place ou à emporter. Au déjeuner, les visiteurs savoureront leurs trouvailles à l’espace pique-nique ou dans les restaurants du village.
Samedi 8 octobre 2022 de 10h à 18h au Beausset dans le Var, accès gratuit, infos au 04 94 90 55 10.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Une mozzarella 100% marseillaise.-  La Laiterie marseillaise reste fidèle à sa vocation pédagogique visant à voir et comprendre comment on fabrique des produits laitiers. Aussi, la boutique s’est-elle dotée d’un laboratoire visible depuis une grande baie vitrée. Nouveauté de la rentrée, la Laitterie lance des ateliers de fabrication de mozzarella et burrata pour adultes. À travers la fabrication de ces deux fromages, toutes les étapes de la transformation fromagère seront abordées et réalisées par les participants. Audelà de l’aspect ludique, c’est une vraie acquisition de savoirfaire qui est proposée : après ces 2 heures d’atelier, chacun repartira avec ses réalisations et un livret récapitulatif. Inscription sur le site web de la Laiterie Marseillaise ou se rendre en boutique !

www.lalaiteriemarseillaise.fr Tarif : 55 € par personne.