Art de vivre

Le domaine de Manville fête ses deux ans

domaine de manville le Grand PastisUn hôtel 5 étoiles, un spa, un golf « écoresponsable », un environnement naturel préservé et protégé : le domaine de Manville joue sur tous les tableaux. Propriété d’Edith et Patrick Saut, ce resort lové dans la pinède au pied du rocher des Baux-de-Provence, a fêté cette semaine ses deux ans d’activité. « Le domaine a été conçu comme un complexe agricole moderne par Louis-Alexandre Blanc de Manville en 1908 », raconte Florence Biscarrat, en charge de la commercialisation de ce « palace rural ». La reconversion architecturale de la propriété, réalisée par Mireille Pellen, architecte du Patrimoine en collaboration avec les paysagistes de PEP’S et Annie Zéau (pour la décoration intérieure) a permis de faire émerger un complexe hôtelier contemporain.
Bien sûr, comme dans toute structure de ce type, Manville aligne chambres, junior suites, suites mais, sans rien renier de son passé et des dépendances agricoles qui le composaient, le domaine a eu l’ingénieuse idée de convertir ses 9 maisons en locations individuelles de 220 m2, luxueusement équipées, pouvant accueillir jusqu’à 8 personnes. Là encore, l’accès au golf, les voiturettes électriques, le spa, les piscines, le service voiturier, le club enfants, le cinéma privatif sont laissés à disposition des hôtes…

Matthieu Dupuis Baumal chez lui, à Manville…

Et au milieu de cet écrin de luxe discret, il y a Matthieu Dupuis Baumal. Natif de Nantes, ce chef de 31 ans à peine a pas mal bourlingué : en Angleterre, aux côtés de Michel Roux, il vit deux ans au Waterside Inn. A son retour, il intègre des maisons de renom : l’Hôtel du Palais à Biarritz, le Puits Saint-Jacques dans le Gers, le George V à Paris. Avant d’intégrer Manville, Matthieu Dupuis Baumal passe 4 ans à la Maison Troigros auprès de Michel et César. Provençal depuis un an maintenant, il se familiarise peu à peu avec l’âme de la cuisine sudiste. Lors du dîner servi aux quelque 80 amis et clients les plus fidèles du domaine le 16 juin dernier, Dupuis Baumal a fait preuve d’une certaine intelligence, mariant par exemple l’artichaut barigoule au caviar osciètre sur une sauce champagne. Bien que rustique mais ancré dans les vraies valeurs terriennes, le menu du cuisinier a fait naître les sourires en proposant un velouté de petits pois à l’orange (écume et suprêmes). On retiendra du repas la magnifique sauce vierge provençale (huile d’olive, cubes de pulpe de tomates, chair d’olives vertes) sur un pavé de maigre et le jus réduit ample et sirupeux de la côte de veau de Corrèze à la cacahuète et galanga.
Seuls quelques mètres séparent le restau gastro du bistrot ; là encore, Matthieu Dupuis Baumal supervise le travail d’une équipe qui arrime sa passion sur les bons produits à l’instar du boulanger-tourrier qui propose des pains exceptionnels, mie blanche, élastique, à peine acide, des viennoiseries à nous clouer au brunch un dimanche entier et des cakes qui justifient toutes les damnations. Et si le temps manque, précipitez-vous un après-midi au bistrot encore pour y boire un café sur la terrasse à l’ombre des pins. Il y a de fortes chances que vous succombiez au baba au rhum, au Paris-Brest ou à un opéra très régressif.
Sept ans l’âge de raison ? Pas si sûr, il aura fallu seulement deux ans pour que le domaine de Manville parvienne à la maturité.

Restaurant gastronomique « la Table », réservations au 04 90 54 86 27 ; menus 85€ et 130€ + la carte.
Le bistrot, formules 22 €, 29€ (vin compris) et pâtisseries à emporter : 8 € la part.
Domaine de Manville, 13520 les Baux-de-Provence ; infos au 04 90 54 40 20.

Photos Julien Bouvier

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom (présents déjà à Paris, les Emirats, Londres, la Savoie , Rio et New York) signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Ramatuelle

Raclette à Pampelonne. Fondée par la famille Manificat dans les années 70, L’Orangerie compte parmi les historiques de la plage de Pampelonne. Ce restaurant de plage est l’un des seuls de la baie à accueillir ses clients toute l’année, 7 jours sur 7. Pour cet hiver, le chef Daniele Negrini a eu l’idée de proposer une raclette… original face à la mer ! Côté tarif, ça reste raisonnable : 35 € par personne, pour deux convives minimum.
L’Orangerie,
962, chemin des Tamaris, 83350 Ramatuelle ; infos au 04 94 79 84 74.

 

Suis-nous sur les réseaux