Restaurants en Provence

Le Grain de Sel à Marseille

Février 2011, on pousse la porte pour la première fois de cet estaminet modeste de centre-ville. Printemps 2014, les années sont passées, l’engouement des guides et du public ont porté le restaurant de Pierre Giannetti aux nues. Rien n’a changé : le mur en pierre demeure et fait toujours face à la cuisine ouverte sur la salle. Les tables s’alignent toujours aussi joliment et la clientèle a fini par comprendre que sans réservation point n’était besoin d’espérer y déjeuner ou dîner. Mardi dernier à midi, les asperges violettes au lard de Colonnata étaient accompagnées de poitrine fumée et réchauffées dans un jus de volaille à l’ail des ours-velouté d’asperges aux kumquats ; la cocotte de gnocchis sardes aux palourdes se mariait à un ragoût de poulpes dans un jus de homard fenouil et pistou et la crème brûlée au miel et verveine se pâmait de quelques écorces de pamplemousse confits.

graindesel2
Une présentation complètement ratée… à revoir

Des agrumes, du soleil, des produits bios et de saison… la Méditerranée offre ce qu’elle a de mieux et Giannetti s’en amuse. Il en résulte des intitulés (trop) longs mais précis sur le contenu  des assiettes : gaspacho de fenouil et concombre à la menthe-salade de coques au citron vert-oignons frais vinaigre d’hibiscus ; filet de cabillaud de ligne vapeur-première courgettes en ragout de chorizo pommes de terre ratte-mousseline chaude de blanc de courgette au safran jus de poisson lié à l’aïoli et encre de seiches. Le gaspacho est plaisant, frais et précis avec quelques pointes d’iode bienvenues. En revanche, la cuisson du cabillaud aurait supporté 20 secondes supplémentaires. La chair nacrée délicate se détache en pétales mais le reste de la composition est brouillon. Les saveurs sont là mais la présentation est bâclée. Les flaques sont rarement esthétiques.graindesel3 Le dessert, une tarte sablée coco-amande s’accompagne d’un crémeux au chocolat blanc-pamplemouse et mousse ricotta. Le pamplemousse s’appuie sur des notes fortes d’écorces blanches, le sablé est délicat tout comme la mousse ricotta balayée par la force des agrumes. Il n’empêche, il reste de ce repas une belle impression, le sentiment du travail maîtrisé et bien fait. L’origine des produits est irréprochable et le rapport qualité-prix est au rendez-vous. Faut-il y aller ? Oui, sans aucun doute.

39, rue de la Paix Marcel-Paul, Marseille 1er arr. ; 04 91 54 47 30. Formules midi : 22 et 26 € ; carte : 42 €. 

 

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

Le premier livre de Mérouan Bounekraf intitulé Accords, Mets et Vannes est sorti ! Chef trentenaire connu depuis sa participation à Top chef en 2018, et actuellement aux côtés de Julia Vignali, sur M6, en 2e partie de soirée du Meilleur Pâtissier, Mérouan est un cuisinier de talent. Il combine sa passion à un sens de humour prononcé, faisant le show et abordant avec légèreté des recettes sérieuses et techniques. Il se présente comme un cuisinier comique et prouve que dans la profession, on peut être très rigoureux et blagueur. C’est aussi un compétiteur dans l’âme qui manie la langue française avec talent, panache et humour. Son péché mignon ? Les jeux de mots qui foisonnent dans l’ouvrage. Dans ce livre, Mérouan se fait plaisir et prend une revanche sur ses jeunes années, lui qui a subi brimades et humiliations lors de son 1er CDI chez un étoilé pour lequel il a travaillé 5 ans. C’est un livre bienveillant comptant 35 recettes classiques retravaillées (avocat-crevettes commis d’office, bi-joues de bœuf, poisson-panais ou encore cigar’misu), un cadeau gourmand et drôle qui se fera une jolie place au pied du sapin.
• Accords Mets et Vannes, Larousse Ed. 144 pages, prix : 16, 95 €.