Restaurants en Provence

Le New Dalat, un classique pour se faire plaisir

resto new dalat
Soupe piquante, rouleaux crus au canard, la fraîcheur est au rendez-vous

Ce restaurant sino-vietnamien a été fondé en 1982 et les actuels propriétaires s’y sont installés en 2002. Il appartient à cette famille des adresses hautement recommandables dont on ne comprend jamais pourquoi personne ne s’y est jamais intéressé. Le casting est simple : Madame est en salle et Monsieur en cuisine. Murs jaunes, lanternes chinoises, éventails, tableaux aux dessins de nacre… Aucun poncif des décors du genre n’y échappe. Il en est de même de la carte, alors ne vous perdez pas dans les interminables suggestions et plongez direct sur la soupe piquante spéciale, à réserver aux amateurs de piment car celle-ci ne rigole pas… Elle est puissante. Les rouleaux au canard ou aux crevettes se partageront pour plus de convivialité. Le poulet à l’ananas est très décevant et ne vaut pas le détour en revanche, il faut impérativement demander les cuisses de grenouilles croustillantes qu’on plonge dans une sauce ail-citron : exceptionnelle pour sa longueur en bouche. Le riz thaïlandais relevé accompagne les plats (porc au basilic ou boeuf luc lac) et fait l’unanimité. Comme toujours en pareil lieu, oubliez les desserts qui n’ont définitivement aucun intérêt. Alors faut-il y aller ? Oui parce que les assiettes sont fraîches, les recettes maîtrisées et les quantités honorables. Il faut vraiment le vouloir pour dépenser plus de 25 € par tête alors ne vous privez pas…

Le New Dalat, 3, rue Méry, Marseille 2e arr. ; résas au 04 91 56 14 18. Carte 20-25 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.