Bouches-du-Rhône

Prix Agricole des Produits de Provence.- La Métropole AMP vient d’organiser la première édition du prix agricole des produits de Provence afin de valoriser l’excellence et la diversité de son agriculture et de ses productions. Vins, huiles d’olive, miels, bières et calissons : au total, onze catégories de produits ont été soumises à l’appréciation du jury composé de chefs, d’élus du Projet alimentaire territorial, de référents du réseau « Nos cantines durables », d’agents métropolitains (y compris de son directeur général des services), du président de la chambre d’agriculture Monsieur Levêque et du Grand Pastis. Etait aussi présent Christian Burle, 15e vice-président de la Métropole délégué à l’Agriculture, la Viticulture et ruralité, à l’Alimentation et Circuits courts et maire de Peynier. Chaque table a dégusté 3 produits différents, soit entre 15 et 20 échantillons au total. Un expert produit a accompagné la dégustation de chaque table sans jamais intervenir dans les notations et commentaires du jury. Les lauréats ont reçu leur prix mardi 28 mai.
Vin rouge AOP :  cuvée MIP collection AOP Côtes de Provence, Made in Provence, Puyloubier
Vin rosé AOP : Rose Bon Bon AOP Côtes de Provence, domaine des Diables, Puyloubier
Vin rosé IGP : Terre de passion IGP Méditerranée, vignobles du Roy René, Lambesc
Vin blanc IGP : cuvée tradition IGP Méditerranée, domaine Richeaume, Puyloubier
Huile d’olive AOP fruité vert vierge extra : AOP Provence château Montaurone, Saint-Cannat
Huile AOP d’olive maturée fruité noir : AOP Provence château Calissanne, Lançon-Provence
Miel de Garrigue IGP Provence :  les Ruches du Roy à Simiane-Collongue
Bière blonde :  Pacific Ale, brasserie artisanale de Provence à Rousset
Bière ambrée :  Thymbrée, brasserie Epicentre à Pertuis
Bière blanche : Gaby brasserie Zoumaï, Marseille
Calissons d’Aix :  calissons aux amandes de Provence, confiserie du Roy René, Aix-en-Pce.

Bollène

Le bronze pour Révélations. Installée dans le petit village de Bollène, l’épicerie Révélations gérée par le torréfacteur Nicolas Avon, a remporté la médaille de bronze au concours des Quintessences 2024 ! Cette distinction sera officialisée lors du salon Gourmet international qui se tiendra en septembre à Paris. « Chez Révélations, nous avons créé un lieu unique mêlant épicerie fine, bar à vin et salon de thé avec une offre de petite restauration atypique, où nos produits locaux et régionaux sont à l’honneur. Nous avons à cœur de cultiver une atmosphère chaleureuse et accueillante, propice aux échanges et aux liens sociaux », se réjouit Nicolas.
6, place Henri-Reynaud de la Gardette, 84500 Bollène ; infos au 04 90 61 86 53.

Suis-nous sur les réseaux

La Barasse

Les halles de producteurs de la Barasse fêtent leurs 5 ans. Rendez-vous jeudi 13 juin pour retrouver une trentaine de paysans-producteurs. De 17h à 19 heures, goûter offert : jus de fruit frais ou sirop, biscuits colorés d’Emacréa, et des fruits. Grande tombola gratuite, avec des produits du marché à gagner et ambiance musicale. Les halles de la Barasse, ont accueilli près de 40  000 visiteurs en 5 ans (en intégrant la fréquentation du début de saison 2024 de mars à juin). + 20% de fréquentation en 2023 par rapport à 2022. Et un très bon début de saison 2024. Le marché des 5 ans sera le 165e marché organisé depuis l’ouverture en 2020 avec près de 200 tonnes de produits vendus depuis 2020 (dont 70 tonnes en 2023). Plus de 750 000 € de chiffre d’affaire ont été générés depuis 2020 (270 000 € pour 2023). 58 paysans ou artisans ont participé à au moins 1 marché depuis 2020. En 2024 : 27 producteurs ou artisans se relaieront sur la saison. Les producteurs exercent dans un rayon de 45 km autour de Marseille depuis 2020.

Magazine

Au Restaurant de Notre-Dame-de-la-Garde, nouveau look, nouvelle équipe et nouvelle carte

Restaurant de Notre-Dame-de-la-Garde

Le millésime 2023 restera dans les mémoires ! Après l’ouverture d’un musée dédié à l’histoire et à la vie de Notre-Dame-de-la-Garde, voilà que le restaurant du sanctuaire entame sa mutation. Ouvert au public depuis 3 jours, le Restaurant dévoile sa feuille d’intentions. Le décor de la salle accueillant quelque 120 places assises a été intégralement repensé ; les murs ont été blanchis pour apporter de la clarté et ouvrir la vue dominante sur la ville. Sur des étagères, des dizaines de bateaux, comme autant d’ex-voto, ont été exhumés des réserves pour évoquer la vocation protectrice de la Bonne Mère auprès des marins. Des photos, extraites de la riche collection d’archives de Notre-Dame, habillent les murs et placent plus cette rénovation dans la continuité que dans la rupture.

Un petit corner d’épicerie issue de l’artisanat monastique a été installé. « Il rappelle qu’au XIIIe siècle, Maître Pierre priait ici et cultivait quelques arpents de vigne. Ce lieu est né d’un hermitage et met en valeur l’artisanat de ces communautés un peu cachées partout en France. Les profits liés à la vente des produits monastiques financeront les projets de toutes ces communautés.
Des brassées de branches d’olivier, des torchons en coton écru, des paniers d’osier tressés renvoient à la simplicité de l’art de vivre provençal. Les tables ont été changées, offrant une structure en bois massif et un piètement contemporain de bon goût. Le comptoir, enfin, a aussi fait l’objet d’un relooking pour plus de légèreté.

“Nous avons donné le nom de Restaurant au restaurant car il serait superflu de dire que c’est le restaurant du sanctuaire puisqu’on y est”, s’amuse le recteur Olivier Spinosa. Concernant l’équipe qui animait le site, le recteur de la basilique explique qu’elle “est partie car sa gestion par les Travailleuses missionnaires n’était plus adaptée”. Cette période d’expérimentation durera jusqu’au mois d’octobre et ensuite “nous verrons. C’est un premier concept, on reste à l’écoute d’autres propositions et il y aura sans doute un autre appel à intentions, dit le religieux. L’idée, pour le diocèse et la basilique, c’est de perpétuer le lien de convivialité, le lien social et familial qui fait partie de la vocation du sanctuaire”.

Restaurant de Notre-Dame-de-la-Garde

“Tout a été pensé dans la continuité et les habitués garderont leurs repères. La grande difficulté est de s’adresser aux visiteurs d’un jour comme aux réguliers”

La carte met en exergue trois temps forts de la semaine : les moules-frites du mercredi, la daube-polenta crémeuse du jeudi et l’aïoli du vendredi. “Nous avons cherché les tarifs les plus équilibrés possible car du simple plat au repas, il faut que ce soit supportable par tous, prévient Anne-Sophie Houzel, l’économe de la basilique. Nous proposons un menu à 14,90 € entrée, plat et dessert avec un café ou un verre de vin et nous avons séparé les garnitures (frites fraîches, risotto parmesan, penne, légumes) pour les plus petits budgets”.

Dans la salle, une statue argentée de la Vierge rappelle « que le restaurant est une composante à part entière de la visite à Notre-Dame-de-la-Garde”. Une prière de bénédiction du repas sera dite à midi par un chapelain et un texte de prière sera posé sur chaque table, libre à chacun de repartir avec, en guise de souvenir. Sous l’égide de l’association du Domaine qui porte le projet et gère certains aspects de la vie économique du sanctuaire, une équipe-brigade de 9 personnes fera vivre le Restaurant. “Sœur Lucile, à l’accueil, m’a fait retour que les visiteurs sont sensibles à notre volonté de proposer des tarifs accessibles à tous. Beaucoup lui ont dit que ce cadre met en valeur l’humain, se réjouit le recteur Spinosa. C’est comme la basilique : un endroit beau fait pour tous”.

Le Restaurant de Notre-Dame-de-la-Garde, sanctuaire de la Bonne Mère, 6e arr. ; infos au 04 91 98 25 17. Menu 14,90 €. Salades 8 et 14,90 €. Repas à partir de 5-10 € jusqu’à 25-30 €.

2 commentaires

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Je tiens à rectifier certaines observations sur notre communauté à Notre-Dame de la Garde.
    Vous dites : les Travailleuses Missionnaires laïques qui animaient jusque-là le restaurant de la Basilique sont parties. :
    – Le nom de la Communauté est : « Travailleuses Missionnaires de l’Immaculée » (le mot Immaculée est essentiel à ce nom, sans cela il n’y pas de signification pour notre communauté.)
    – Le mot « laïque » que vous mentionnez n’est pas applicable à notre vocation car les Travailleuses Missionnaires de l’Immaculée ont toujours été reconnues canoniquement comme des « consacrées à Dieu » au service de l’Eglise. Elles vivent les exigences des Conseils évangéliques, de chasteté, pauvreté et obéissance dans la vie communautaire et la mise en commun des biens depuis ses débuts en 1950.
    Elles sont donc ordonnées à la mission de l’Église, et elles le font particulièrement pour reproduire l’Évangile de la rencontre de Jésus avec la Samaritaine au Puits de Jacob, à travers des lieux d’accueil comme par exemple un restaurant. C’est ce qu’elles ont fait pendant 30 ans à Notre-Dame de la garde.

    Régine Sabekop

    • Madame,
      Les Travailleuses Missionnaires fondées en 1950 (les TM) ne sont pas des « religieuses » au sens canonique du terme. Elles sont, selon la volonté de leur fondateur, le Franc-comtois Marcel Roussel-Galle « des vierges consacrées ». Il est très clair lorsqu’il énonce : « Une Travailleuse Missionnaire est une vierge laïque, tertiaire carmélitaine. ». Pour le reste, la justice a tranché.
      Bonne journée, Madame