Restaurants en Provence

Le Ryad : nouveau paradis vert et gourmand de Mouna Gerchi

le RyadCet immeuble abrite un hôtel depuis 1920 et a connu plusieurs vies. Racheté par une Marocaine en 2005, il a pris le nom et l’allure d’un ryad ; comme une parenthèse lointaine dans le centre-ville, une bulle de charme au calme étonnant. L’actuelle propriétaire, Valérie, réfléchissait depuis quelques années à ouvrir un restaurant au rez-de-chaussée, dans le jardin. La rencontre avec Mouna Gerchi, il y a quelques mois, a précipité les choses. Cette dernière quittait son Moon’s kitchen et cherchait un point de chute, l’opportunité était trop belle.

Bien vite, quelques tables ont été dressées dans ce jardin verdoyant et étonamment frais en été. Mouna n’a rien changé de sa façon d’accueillir, sourire et embrasser ceux qui, au fil des semaines, deviennent ses amis. Pas de carte, elle propose à haute voix et le client dispose. Curry vert à la Thaï, maquereau au four, brioche perdue glace vanille… Les assiettes sont bariolées, composées comme un zellige,  un « itinéraire unique » dit-elle non sans charme. Chaque jour, au gré des trésors ramenés du marchés, le tour du monde nous conduit du poulet yassa au tajine, du poulet thaï au cake au citron. Au déjeuner, quelques supions sautés en persillade, accompagnent un riz noir, un fenouil grillés, de l’oignon confit, quelques tranches de courgettes. Une virgule acide de citron, le gras d’une huile d’olive, l’ail et le rissolé des sucs de cuisson des supions, chaque fourchette apporte son lot de saveurs, appuyées et évidentes.

Le cake au citron et pavot est nappé d’un coulis de mangue et d’un sorbet citron. Juste à côté, une table de 8 amis fête un anniversaire, un jeune couple est tout heureux de ce moment au calme, loin de tout, un ami est venu par surprise et a fini par s’asseoir à table pour déjeuner ensemble. Alors faut-il y aller ? Oui parce que la cuisine de Mouna est celle d’une copine ou d’une maman qui gâterait chacun de ses enfants ; il s’agit d’une cuisine sans artifice, peu technique certes mais très généreuse et heureuse. Oui pour ce jardin surprenant de calme en centre-ville. Oui enfin, pour le rapport qualité-prix qui est excellent.

Le Ryad, 16, rue Sénac de Meilhan, Marseille 1er arr. Infos au 04 91 47 74 54. Plat du jour : 16 € ; menu complet, 21 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Guide Fooding

Le nouveau Guide Fooding, édition 2023, qui sera disponible, partout en France, dès ce jeudi 17 novembre, dévoile son palmarès. A Marseille, le titre de meilleur Sophistroquet est attribué à Regain (Sarah Chougnet-Strudel et Lucien Salomon) et le titre de Meilleur esprit d’équipe échoit au restaurant l’Idéal (Julia Sammut, Aurélien Baron et Jérémy Nguyen).

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux