Restaurants en Provence

Le Ryad : nouveau paradis vert et gourmand de Mouna Gerchi

le RyadCet immeuble abrite un hôtel depuis 1920 et a connu plusieurs vies. Racheté par une Marocaine en 2005, il a pris le nom et l’allure d’un ryad ; comme une parenthèse lointaine dans le centre-ville, une bulle de charme au calme étonnant. L’actuelle propriétaire, Valérie, réfléchissait depuis quelques années à ouvrir un restaurant au rez-de-chaussée, dans le jardin. La rencontre avec Mouna Gerchi, il y a quelques mois, a précipité les choses. Cette dernière quittait son Moon’s kitchen et cherchait un point de chute, l’opportunité était trop belle.

Bien vite, quelques tables ont été dressées dans ce jardin verdoyant et étonamment frais en été. Mouna n’a rien changé de sa façon d’accueillir, sourire et embrasser ceux qui, au fil des semaines, deviennent ses amis. Pas de carte, elle propose à haute voix et le client dispose. Curry vert à la Thaï, maquereau au four, brioche perdue glace vanille… Les assiettes sont bariolées, composées comme un zellige,  un « itinéraire unique » dit-elle non sans charme. Chaque jour, au gré des trésors ramenés du marchés, le tour du monde nous conduit du poulet yassa au tajine, du poulet thaï au cake au citron. Au déjeuner, quelques supions sautés en persillade, accompagnent un riz noir, un fenouil grillés, de l’oignon confit, quelques tranches de courgettes. Une virgule acide de citron, le gras d’une huile d’olive, l’ail et le rissolé des sucs de cuisson des supions, chaque fourchette apporte son lot de saveurs, appuyées et évidentes.

Le cake au citron et pavot est nappé d’un coulis de mangue et d’un sorbet citron. Juste à côté, une table de 8 amis fête un anniversaire, un jeune couple est tout heureux de ce moment au calme, loin de tout, un ami est venu par surprise et a fini par s’asseoir à table pour déjeuner ensemble. Alors faut-il y aller ? Oui parce que la cuisine de Mouna est celle d’une copine ou d’une maman qui gâterait chacun de ses enfants ; il s’agit d’une cuisine sans artifice, peu technique certes mais très généreuse et heureuse. Oui pour ce jardin surprenant de calme en centre-ville. Oui enfin, pour le rapport qualité-prix qui est excellent.

Le Ryad, 16, rue Sénac de Meilhan, Marseille 1er arr. Infos au 04 91 47 74 54. Plat du jour : 16 € ; menu complet, 21 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.