Restaurants en Provence

Le Ryad : nouveau paradis vert et gourmand de Mouna Gerchi

le RyadCet immeuble abrite un hôtel depuis 1920 et a connu plusieurs vies. Racheté par une Marocaine en 2005, il a pris le nom et l’allure d’un ryad ; comme une parenthèse lointaine dans le centre-ville, une bulle de charme au calme étonnant. L’actuelle propriétaire, Valérie, réfléchissait depuis quelques années à ouvrir un restaurant au rez-de-chaussée, dans le jardin. La rencontre avec Mouna Gerchi, il y a quelques mois, a précipité les choses. Cette dernière quittait son Moon’s kitchen et cherchait un point de chute, l’opportunité était trop belle.

Bien vite, quelques tables ont été dressées dans ce jardin verdoyant et étonamment frais en été. Mouna n’a rien changé de sa façon d’accueillir, sourire et embrasser ceux qui, au fil des semaines, deviennent ses amis. Pas de carte, elle propose à haute voix et le client dispose. Curry vert à la Thaï, maquereau au four, brioche perdue glace vanille… Les assiettes sont bariolées, composées comme un zellige,  un “itinéraire unique” dit-elle non sans charme. Chaque jour, au gré des trésors ramenés du marchés, le tour du monde nous conduit du poulet yassa au tajine, du poulet thaï au cake au citron. Au déjeuner, quelques supions sautés en persillade, accompagnent un riz noir, un fenouil grillés, de l’oignon confit, quelques tranches de courgettes. Une virgule acide de citron, le gras d’une huile d’olive, l’ail et le rissolé des sucs de cuisson des supions, chaque fourchette apporte son lot de saveurs, appuyées et évidentes.

Le cake au citron et pavot est nappé d’un coulis de mangue et d’un sorbet citron. Juste à côté, une table de 8 amis fête un anniversaire, un jeune couple est tout heureux de ce moment au calme, loin de tout, un ami est venu par surprise et a fini par s’asseoir à table pour déjeuner ensemble. Alors faut-il y aller ? Oui parce que la cuisine de Mouna est celle d’une copine ou d’une maman qui gâterait chacun de ses enfants ; il s’agit d’une cuisine sans artifice, peu technique certes mais très généreuse et heureuse. Oui pour ce jardin surprenant de calme en centre-ville. Oui enfin, pour le rapport qualité-prix qui est excellent.

Le Ryad, 16, rue Sénac de Meilhan, Marseille 1er arr. Infos au 04 91 47 74 54. Plat du jour : 16 € ; menu complet, 21 €.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter