En direct du marché

Le Ventoux, du tire-fesses au tire-bouchons

Les Vauclusiens parlent du Ventoux comme du “Géant de Provence”. C’est vrai qu’il en impose, ce mont culminant à 1911 mètres avec… une station de ski à son sommet ! Mais bien loin des tire-fesses, retour au tire-bouchon avec, de Vaison-la-Romaine à Apt, en passant par Carpentras, sur quelque 6500 hectares, une aire d’appellation intéressante. Une zone géographique qui profite des contrastes offerts par la conjugaison des microclimats des monts, plaines et vallées de l’appellation. Alternance entre sols argileux et sols calcaires, les vins produits ici en trois couleurs sont tantôt puissants, tantôt délicats.

infographie ventouxCaricaturalement, les vins du Ventoux appellent à des plats méridionaux (pieds-paquets, boeuf à la braise, tomates farcies). Les vins rouges (66%) et rosés (30%) sont élaborés avec du grenache typique des appellations méridionales de la vallée du Rhône. Il donne des vins corsés d’une belle couleur, fruités dans leur jeune âge. La syrah, elle, confère corps et structure et le carignan, compère du grenache, donne des vins nerveux et structurés. Le cinsault trouve sur ces coteaux secs et pierreux un terroir de prédilection et apporte finesse et élégance. Le mourvèdre enfin colore les vins et leur apporte soleil et chaleur.

Côté vins blancs (4%), la clairette s’accommode bien des sols pauvres où elle s’exprime le mieux. La roussanne a une maturité tardive et développe des arômes très prononcés de fruits secs comme la noisette, aubépine, abricot, café vert, chèvrefeuille, miel, narcisse, racine d’iris. Le bourboulenc donne des vins plus légers et nerveux que la clairette, mais s’associe très bien avec cette dernière. Le grenache blanc est un cépage à faible rendement, cultivé sur les coteaux. Il donne des vins fins, riches en arômes floraux et peu acides. Certains vignerons cultivent également la marsanne, le vermentino et le viognier.

C’est bien beau tout ça, mais on boit quoi ?

La Noria 2012, château La Croix des Pins Cette cuvée est issue d’un assemblage de grenache, syrah et mourvèdre vinifiés séparément, pour permettre à chaque cépage de développer son identité propre. croix des pins okCe vin se pare d’une belle couleur rubis, rehaussée par de légers reflets noirs. Le nez laisse poindre des arômes vanillés et toastés qui évoluent rapidement vers des notes de caramel et de café. La bouche se caractérise par une belle fraîcheur et présente des tanins fins, tout en souplesse et en rondeur. La finale, quant à elle, délivre des essences de moka. Pour le reste, le domaine respecte un cahier des charges agriculture bio et, très logiquement, les vendanges sont faites à la main.
Prix départ cave : 10,90 € ; infos au 04 90 66 37 48.

La Terre du Petit Homme 2012, château Juvenal Cette cuvée tire son nom des parcelles qui étaient souvent visitées par un petit homme accompagné de son chien et qui, selon les terre du petit homme okrumeurs, savait 23très bien flairer la truffe. Elle est vinifiée à 50-50 de grenache et syrah. La robe se pare d’une couleur rouge profonde aux reflets d’encre de chine. Au nez, les arômes oscillent entre des notes d’épices douces (curry, origan, cumin) et des notes de petits fruits rouges. En bouche, la densité et l’élégance dominent, marquées par des tanins soyeux, associés à la vanille et à la réglisse. Anne-Marie et Bernard Forestier se sont installés ici en 2001 et ont basculé le domaine en agriculture biologique dans la foulée. A terroir d’exception, ensoleillement maximal…
Prix départ cave : 12 € ; infos au 09 51 13 01 63.

Infos express

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 26 septembre, le restaurant de l’île d’If, Marseille en Face, vous ouvre sa table pour un moment culinaire inédit et unique au pied du château d’If. C’est dans ce lieu chargé d’histoire, face à Marseille et privatisé pour l’occasion que le trio Sébastien Dugast, Romain Nicoli (restaurant Le Môle – Gérald Passedat) accompagnés du cuisinier nomade Emmanuel Perrodin vous propose de vivre une soirée unique autour d’un menu découverte faisant la part belle à l’histoire du lieu et des vins sélectionnés pour l’occasion. Frédéric Presles, invité d’honneur, nous contera un peu d’histoires de Monte-Cristo et d’Alexandre Dumas. Déroulé de la soirée : embarquement au Vieux-Port en direction du château d’If (une navette privée). 18h30 : apéritif au soleil couchant. 19h30 : menu découverte. 22h30 : retour sur Marseille. Tarif : 75 € par personne (incluant apéritif, dîner, vins et navette). Plus d’informations & réservations : romain@lemole-passedat.com / 06 09 55 25 01. Attention, places très limitées.

Samedi 26 septembre journée spéciale “les pieds dans les vignes” à la maison des Vins d’Avignon, sur la place de l’Horloge. Au programme : une matinée pour découvrir la richesse sensorielle des vignobles de la vallée du Rhône par une approche méthodique de la dégustation et un vocabulaire adapté pour percevoir et exprimer les sensations et saveurs. L’après-midi, l’expérience continue dans le vignoble à la rencontre des vignerons et négociants qui font la typicité des vignobles de la vallée du Rhône. De 10h à 17h30. Tarif : 190 €par personne pour la journée. Ce tarif comprend l’initiation à la dégustation, le déjeuner, la visite de 2 domaines viticoles et le transport. Infos auprès de Clémence Durand au 04 90 27 24 00.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter