Marseille Restaurants en Provence

Pokawa, l’esprit du Pacifique souffle sur Aix et Marseille

Un bar à poke vient d’ouvrir sur la place de l’opéra. Premier du genre à Marseille, il appartient à la chaîne des pokawa déjà implantée à Aix, Paris, au Luxembourg ou à Bruxelles. Dans une ambiance hawaïenne colorée, le décor, réduit à son plus strict minimum, raconte la vie d’une paillote sur une plage qui sert les fameux petits bols, emblématiques de la cuisine des îles de l’archipel.

pokawa

Un peu à la façon des shirashi japonais, chaque bol (deux contenances) propose des base de riz vinaigré, riz noir ou quinoa par exemple qu’on assortit d’une garniture de crudités (radis, concombre, edamame, wakame) et de protéines (suamon, thon; daurade, crevettes, poulet) et de sauce (soja sucrée ou salée, tropicale, ponzu, spicy mayo).
Un plat complet qui se mange à la baguette ou à la fourchette. L’équipe revendique une fibre environnementale et utilise cartonnages, bambous, couverts en plastique de maïs ainsi qu’un mobilier en pin blanc des plus rudimentaires. Toujours pour caresser le client dans le sens du poil healthy, des bols combinant fruits/graines et produit laitier complètent l’offre ainsi que des accompagnements pour caler les grosses faims.

A l’heure du déjeuner, « on vient comme on est« , dans une ambiance très cool, en se perdant un peu à la lecture des formules et des offres. L’équipe, encore en rodage, conseille, oriente et laisse prendre son temps. A table, on oublie la montre et la composition toute fraîche de l’ « hawaïen » (saumon, avocat, mangue, cébette thaï et grains de sésame) s’arrose de sauce soja salée du meilleur effet, se combinant étonnamment bien avec la mangue. Les desserts, pudding au lait de coco-perles de chia et coulis framboises, cheesecake et autres salades d’ananas ou de mangue ne conviendront qu’aux hystériques qui passent leur vie à compter les calories (à se demander pourquoi elles vont au restaurant)…
Alors faut-il y aller  ? Oui et sans crainte. Cette adresse est parfaite si on ne dispose que d’une heure à la mi-journée, idem pour une pause goûter. Oui car le rapport qualité-prix y est pour peu qu’on ne dépasse pas les 15-16 euros et oui encore pour la nouveauté du concept très frais et léger. Idéal en été.

Pokawa, 8, rue Saint-Saëns (place de l’opéra), Marseille 1er arr. et 4, rue d’Italie à Aix-en-Provence ; infos au 04 42 61 37 10. Environ 15-18 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Guide Fooding

Le nouveau Guide Fooding, édition 2023, qui sera disponible, partout en France, dès ce jeudi 17 novembre, dévoile son palmarès. A Marseille, le titre de meilleur Sophistroquet est attribué à Regain (Sarah Chougnet-Strudel et Lucien Salomon) et le titre de Meilleur esprit d’équipe échoit au restaurant l’Idéal (Julia Sammut, Aurélien Baron et Jérémy Nguyen).

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux