En direct du marché Restaurants en Provence

Les mamies dégainent leur brunch

mamies bruncheusesDepuis avril 2013, ce trio en régale plus d’un chaque dimanche. Elles se font appeler « mamies bruncheuses » mais ce sont surtout des mamies rock’n roll qui assurent ! Dans ce petit bar du quartier d’Endoume (décidément, tout se passe là-bas en ce moment), elles investissent les deux salles et bientôt la terrasse, quand le mistral voudra bien s’arrêter de souffler. La formule propose un assortiment de confitures, sirop d’érable, pâte de marrons, pancakes, pains aux céréales, brioches et un délicieux (trop) petit brownie.
Le jus d’orange, la boisson chaude (thé, chocolat avec son pot de pâte chaude, café) et le yaourt baies de goji, complètent l’assortiment. En salle, les trentenaires et quadra sont majoritaires. Ils sont venus avec leurs enfants : vous êtes prévenus. L’ambiance est heureuse et les conversations s’animent. Le plat chaud, une variation autour de l’œuf, proposait dimanche un œuf coque, une sorte de clafoutis au fromage, une salade verte au balsamique, un peu de charcuterie et on en oublie. Tout est cuisiné maison, frais du jour à l’image de cette crème de marrons surmontée d’une chantilly toute légère.
Une intéressante option pour qui ne sait jamais comment occuper son dimanche et nous, on a envie de leur faire un bisou !

Les Mamies bruncheuses, place Saint-Eugène, tous les dimanches à partir de 12h30 ;
réservations obligatoires au 06 62 69 85 88.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • […] Les amateurs de formules simples, décomplexées et dénuées de toute pesanteur raffolent des brunc… Le Marriott tout neuf du stade Vélodrome propose le sien depuis deux semaines, jouant la carte de la décontraction et de la langueur qu’inspirent les beaux jours. D’une formule très classique, il s’organise autour d’un assortiment de charcuteries qu’on accompagne de saucisses et tranches de bacon croustillant ; l’incontournable brouillade aux oeufs et les pommes de terre sautées ne manquent pas à l’appel. D’une table à l’autre, on se reconnaît, les connaissances du quartier voisinent avec les touristes qui se remettent à peine de leur soirée de samedi. Sophie Henry, la directrice, va d’une table à l’autre dire bonjour, distribuant ses sourires spontanés et francs. Un mini burger ? Une salade ? Sur le buffet également, du poisson et des légumes (courgettes, tomates, aubergines) en lamelles passés à la mandoline et rissolés cautionnent les régimes. Pendant que les gosses jouent dans le jardin, les discussions s’animent. La bonne idée du brunch du Marriott ? Un choix de jus de fruits et légumes, non pas passés à la centrifugeuse mais à l’extracteur, signés « Delphine et Manou » : épinards, poire, lime et menthe ; carotte, pomme, citron et curcuma ; betterave, orange gingembre. Le plus beau ? La betterave. Le plus punchy ? La poire-épinards. Un expresso, deux expressos, on se réveille lentement mais sûrement devant le buffet de desserts. Si la mousse de chocolat-caramel ne convainc guère, on se reportera sans retenue sur les tartelettes fines aux fraises, les brownies chocolat et la salade d’ananas très fraîche. Sophie vient à table s’asseoir et entretenir la conversation. Au fil des semaines, elle est devenue l’âme des lieux, l’hôtel s’incarne en elle au point que certains viennent « manger chez Sophie ». Et voilà comment, un hôtel entre dans le paysage marseillais… […]

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.