Art de vivre

Le Top 3 des meilleures glaces, coupes et parfums de Marseille

Ils mettent en valeur des produits typiquement marseillais, se distinguent par l’originalité de leurs formules
ou, a contrario, l’extrême rigueur dans l’application des recettes traditionnelles.
A défaut de dire qui fait les meilleures glaces de Marseille, voici notre top 3

glaciers marseillais1. Liminana pour les textures et les arômes
Les deux sorbets inspirés par la fameuse marque des Cristal Liminana, anis-orgeat et anis, sont en train de conquérir Marseille. On doit à Karine Aprile-Morisse qui cultivait la nostalgie des yétis à l’orgeat et à l’anis qu’elle dévorait, enfant, tous les étés. Maristella Vasserot, dirigeante de Cristal Limiñana, a compris tout l’intérêt que cette collaboration pouvait susciter pour sa marque : « Notre famille fabrique le Cristal depuis 1884, c’était pour nous l’occasion de nous diversifier et de conquérir de nouveaux publics ». Approché par les deux jeunes femmes, le glacier marseillais Jérôme Cellier s’est joint à l’aventure pour élaborer la recette de ces deux délicieux sorbets. Le résultat ? Une glace exceptionnelle de fraîcheur dans sa texture et ses parfums.
10 euros le pot d’un demi litre ; en vente chez Cristal Limiñana, boutique d’usine 99-101 bd Jeanne d’Arc (5e arr.) ; le kabanon à Boulettes (kabanonaboulettes@gmail.com) et les Glaciers marseillais, 138, av Pierre Mendès France (8e arr).

2 et 3. Le Glacier du Roi, pour les recettes
Avec l’ouverture il y a quelques semaines d’une deuxième boutique plage des Catalans, plus rien ne semble arrêter Florence Bianchi. Gage de ce succès, les parfums et nouveautés qui apparaissent au fil des saisons comme une collection qui ancre cette maison au rang des institutions. Cet été, ce sont le kiwi menthe, baptisé Saint-Tropez, et le caramel salé-cacahuètes pralinées qui tiennent le haut du pavé. Ces deux nouveaux parfums intègrent à merveille les recettes les plus estivales à l’instar du kiwi-menthe qui accompagnera une salade de fruits frais, la chlorophylle s’associant à merveille au sucré des fruits. On pourra napper de chocolat noir fondu le caramel salé-cacahuètes pralinées pour une association pertinente.
4, place de Lenche, Marseille 2e arr. (04 91 91 01 16, ouvert le soir également) et Côté mer, 39, rue Papety Marseille 7e arr. (de 8h30 à 19h30).

4. Dalloyau, un très grand classique
La recette est simple mais le résultat a de quoi épater plus d’un exigeant. La Dame blanche servie chez Dalloyau réveille les enthousiasmes à commencer par sa chantilly dense et ferme. La glace vanille ensuite, voluptueuse, nappe la cuillère et laisse une douce longueur en bouche déconcertante. Reste les éclats de meringue pour le croustillant de la composition et, surtout, la sauce au chocolat noir de couverture à 71% qui, coulée chaude, durcit au contact de la glace créant, de fait, une coque craquante et fondante en bouche, jouant le contraste chaud-froid avec bonheur… Un bonheur facturé 11 €. What else ? Nothing else…
aux Terrasses du Port, 9, quai du Lazaret, Marseille 2e arr. Infos au 04 91 45 75 11.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.