En direct du marché

Les Paniers marseillais fêtent leurs 15 ans

Paniers marseillais

Fondés en 2007, les Paniers marseillais ont pour vocation de promouvoir les circuits courts sans intermédiaire entre une cinquantaine de producteurs, dont une dizaine de maraîchers, et plus de 5 000 « mangeurs et mangeuses » dans une quarantaine de quartiers de Marseille. Animée par des bénévoles, cette association est affiliée au mouvement des AMAP. Engagés aux côtés de partenaires associatifs et institutionnels, « les Paniers » mènent des actions de sensibilisation et plaident pour la promotion de modèles vertueux pour l’homme et l’environnement. Les 15 ans de l’association seront célébrés le 1er octobre prochain au Talus avec quelques grands moments : un marché bio, des tables rondes, un concert et DJ set initié par le Talus.

Les Paniers marseillais, ce sont 1750 familles réparties sur plus de 30 points dans tout Marseille, distribués par 10 maraîchers et près de 35 autres producteurs qui entretiennent les paysages. Les Paniers ont touché à cette heure 1% de la population marseillaise et il faudra 150 ans pour que 10% de la population les rejoigne. Plus de 70% de ce qui est consommé dans le département provient d’ailleurs, c’est la grande fragilité d’un système où tout repose sur les transports et le pétrole.
« Nos paysans viennent de subir un été particulièrement caniculaire. A la sécheresse et au manque d’eau qui les affectent de plus en plus sajoutent les gels tardifs et autres dérèglementsclimatiques, avance l’association dans un communiqué d’annonce de son anniversaire.  La fête des 15 ans du réseau des Paniers marseillais permettra aux consommateurs et producteurs locaux engagés en Amap (1) de faire le point sur les grands enjeux de ce début de siècle : quels sont les effets de l’évolution actuelle du climat sur notre production alimentaire régionale ? Que peuvent faire concrètement les agriculteurs pour s’y adapter et les consommateurs pour les y aider ? Comment assurer notre souveraineté alimentaire dans le contexte des dérèglements climatiques ? »
En 15 ans, le réseau des Paniers marseillais est devenu un acteur incontournable de la vie locale et de la réflexion sur l’agriculture biologique. De multiples actions partenariales ont été menées avec d’autres acteurs de l’économie sociale et solidaire : sensibilisation, accessibilité sociale alimentaire, préservations des terres agricoles, développement de l’agroécologie etc. Démarrant sur un fonctionnement entièrement bénévole, l’association a réussi à pérenniser de deux emplois salariés pour  professionnaliser ses actions et proposer plus de 500 produits basé sur une éthique rigoureuse. Et comme le disent les membres de l’association, « une autre économie est possible ». Alors comment faire pour rejoindre le mouvement ? Cliquez sur le bouton rouge ci-dessous, quartier par quartier, vous retrouverez le nom des contacts et leurs coordonnées pour obtenir toutes les réponses à vos questions.

Les Paniers marseillais, le 1er octobre au Talus

Grand marché bio avec 19 paysans et artisans régionaux : fruits et légumes, viandes, fromages, farines, huiles, olives, poissons, coquillages, miels, jus, vins, savons, tisanes de 10h à 12h.
Ateliers Fresques du climat de 10h à 11h30, de 14h à 15h30 et de 16h à 17h30.
Visite du Talus de 11h30 à 12h30.
Tables rondes : « citoyens et paysans face aux changements climatiques » animées par le journal Sans Transition avec l’intervention du Grec Sud, du GR CIVAM, du GRAB, du Talus, de Marseille en Transition, de FNE 13 de 14h30 à 16h30
Animations pour petits et grands en continu : jeux ludo-pédagogiques, tombola, espace enfant, compostage, « Le Bouillon de Noailles », librairie Wild Project
Spectacle, concert et DJ set organisé par le Talus à partir de 17h30 et gratuit avant 19h

Le Talus, 603, rue Saint-Pierre, Marseille 12e arr. ; infos au 06 95 45 96 94 et contact@lespaniersmarseillais.org

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter