Marseille

► Rencontres des Cuisines africaines En 2020, à l’occasion de la Saison Africa2020, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), les Grandes Tables-I.C.I et Chefs In Africa se sont réunis pour organiser des rendez-vous culinaires et artistiques à Calais, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand et Marseille. Les événements des Cuisines africaines ont permis de questionner et explorer les identités culinaires de tout un continent. Au cours des quatre dernières années, de nombreux projets ont été entrepris pour poursuivre cette démarche : la publication d’un numéro de la revue Papilles, intitulé Stirring the Pot, Les Cuisines Africaines, l’organisation de tables rondes, des participations à des festivals (Village International de la Gastronomie, Omnivore, …) et des actions développées dans plusieurs territoires d’Afrique. En 2024, les Rencontres des Cuisines africaines rassembleront, pour une première édition, plus de 70 acteurs et actrices culinaires d’Afrique et de ses diasporas afin d’explorer les identités des cuisines africaines, célébrer leur richesse et développer des synergies communes. Au programme : des tables rondes explorant les grands enjeux des cuisines africaines, des ateliers pour découvrir et échanger, des entretiens avec des personnalités et des démonstrations culinaires autour de produits phares.
• Les Rencontres des Cuisines Africaines, les 1 et 2 mars 2024 à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Data from MeteoArt.com
En direct du marché

Les vins du Luberon à l'âge de raison

carte luberon vaucluseAnsouis, Lourmarin, La Tour d’Aigues… Réunis dans le sud du département du Vaucluse, ces villages emblématiques du Luberon comptent parmi les plus beaux de France ; on y admire châteaux et paysages façonnés par la main de l’homme depuis des siècles. C’est aux vignerons que l’on doit les plus belles perspectives de la région ; de Mirabeau à Lauris en passant par Maubec, Apt et Vitrolles, l’AOC (ou AOP, c’est pareil) vins du luberon couvre quelque 3220 hectares.

Joël Bouscarle, le président de l’appellation luberon, est un enfant de cette terre et il en est aussi l’un des principaux défenseurs : « Depuis plus de 10 ans, le respect du consommateur, la qualité de plus en plus pointue de la production et le virage vert ont contribué à un changement de mentalités » explique-t-il. Fini l’image du vigneron bio qui se limite à de petits rendements : « Pour être viable, la viticulture bio doit concilier respect de la biodiversité et volumes rentables ». A ce jour, les vignerons de l’AOP luberon qui se lancent dans la culture bio affichent une production de 25% inférieure à ce qu’autorisent les critères de l’AOC. Le bio représente 11% de la surface des terres cultivées soit 5% du volume total de l’appellation.

tourrel blogDémarches culturales réfléchies

Les vignerons du Luberon militent pour une approche éthique de l’agriculture. Outre les domaines estampillés bio, il y a aussi de nombreux acteurs qui « font bio sans le dire, affirme Bouscarle, parce qu’ils refusent de se laisser embrigader dans des carcans inextricables ». Guillaume Gros, du domaine Guillaume Gros, est de ceux-là, « faisant du bio plus que bio » mais refusant tout label car il se revendique « anti-système ». Et puis il y a les autres, ceux qui ont adopté une démarche « raisonnée » pour ne pas dire raisonnable. Ainsi des coopératives (on en dénombre 10) qui sont passées en « agri confiance » s’interdisant ou se limitant sur certaines molécules et utilisant à la place des « produits peu impactants ».

carnet de routeC’est dans cette catégorie que l’on retrouve Sylvain Morey, chantre de l’agriculture raisonnée. « Je travaille sur une quinzaine d’hectares, détaille le vigneron de la Bastide du Claux, et chacune des parcelles offre une riche combinaison de sols, de climats et d’expositions ». Chez Morey, le terroir est massivement sableux, terre bénie pour le grenache et les vins blancs. « Cet espace dicte mon travail : mettre en avant ses particularités, respecter ses équilibres naturels, garder le souci du geste juste ». Interdiction de tricher et de faire tenir à la vigne un discours autre que le sien. « Notre problématique est de produire des vins à boire tout de suite et qui puissent attendre quelques années en cave ». Et c’est aussi ce défi que l’appellation est en voie de relever.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.